LES LAITS EN HOMÉOPATHIE
Michelle SARRAZIN
janvier 2008


Physiologie de la lactation:
(documents 3, 4, 6 et 9)
Chez la femme enceinte, les œstrogènes induisent un allongement des canaux galactophores, la progestérone, la prolactine et l'hormone lactogène placentaire la multiplication et le développement des acini. L'hormone placentaire lactogène (HPL), synthétisée par le placenta, possède des activités mimétiques de la prolactine et de l'hormone de croissance (GH). Pendant la  grossesse, l’HPL sature une forte proportion des récepteurs à prolactine à la surface des lactocytes (effet prolactine-like) et inhibe la production lactée. Les fonctions de cette hormone ne sont pas bien définies. La progestérone inhibe la prolactine, empêchant également la sécrétion du lait.
En fin de grossesse, les rameaux galactophores sont largement garnis d'acini, au total entre 6 000 et 200 000 unités microscopiques, disposées par grappes de 10 à 100 et constituant ainsi des lobules ou unités ducto-lobulaires de 0,1 à 1 mm de diamètre chacun. De 20 à 40 de ces lobules sont regroupés en rameaux autour d’un des canaux galactophores, formant ainsi un lobe. Il y a autant de lobes que de canaux galactophores (entre 15 et 25), chacun débouchant séparément dans le mamelon.

À l'accouchement, la chute du taux sanguin d'œstrogènes et de progestérones s’accompagne d’une libération massive de prolactine pour la fabrication de lait dans les acini. Aussi longtemps que la mère allaite, les acini continuent à se développer.
La prolactine stimule la synthèse et la sécrétion du lait tandis que l'ocytocine stimule la contraction des cellules myoépithéliales permettant l'éjection du lait dans les canaux galactophores (et entraînant aussi des contractions utérines parfois douloureusement ressenties lors des tétées). Les taux d'ocytocine sont directement le reflet de la qualité de la stimulation aréolaire et de l’état émotionnel de la mère. Le stress, et plus spécialement l'adrénaline, bloquent très facilement le réflexe d'éjection Les glucocorticoïdes et l'insuline ont également un rôle dans la montée laiteuse.
Rôle de l'hypothalamus: C’est là que se gèrent de façon autonome les rythmes biologiques (la température corporelle, le rythme cardiaque, le sommeil...) et la régulation des sécrétions de l’organisme (les larmes, le lait, les hormones...). En réponse à la stimulation spécifique de la tétée, l’hypothalamus lève pendant un bref moment l’inhibition qu’il maintient sur l’hypophyse par l’intermédiaire de facteurs inhibiteurs, notamment la dopamine.
Le système limbique: C’est le siège des émotions. La peur, la joie, la colère, la tristesse, le dégoût peuvent avoir une influence sur les fonctions du système végétatif contrôlé par l’hypothalamus. C’est pourquoi il est important, surtout les premiers jours de l’allaitement, d’être attentif aux émotions de la mère.

Après le sevrage, la glande mammaire involue : l'activité sécrétoire cesse, la glande retourne à un état moins différentié et reste au repos (ne subissant plus que de légères modifications liées au cycle) jusqu'à la grossesse suivante au cours de laquelle les rameaux se regarnissent à nouveau d’acini.
Modifications anatomiques du sein:
Le volume du sein croît (son poids double, voire triple pendant la grossesse) ainsi que le diamètre hautement variable de l’aréole : celle-ci est plus foncée pendant la grossesse et les premiers mois de la lactation.
Les tubercules de Montgomery (4 à 28 sur chaque sein) grossissent. Ils contiennent des glandes sébacées dont les sécrétions sont augmentées pendant la lactation (sécrétions odorantes qui pourraient constituer un signal objectif pour inciter les bébés à téter et qui auraient également un effet lubrifiant et protecteur de l’aréole).
La vascularisation mammaire augmente en fin de grossesse et encore au début de la lactation. Les veines sous-cutanées, plus apparentes pendant la grossesse, forment un cercle périmamelonnaire quasi-constant.

DOCUMENTATION:
1- http://fr.wikipedia.org/wiki/Lait_maternel
2-
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lait (de mammifères)
3-
http://fr.wikipedia.org/wiki/Allaitement#Physiologie_de_la_lactation
4- http://www.med.univ-rennes1.fr/cerf/edicerf/immam/rennes/008.html#ADM644
Docteur MC LAURENT Service de Gynécologie - Hôpital Sud CHRU Rennes
5- http://www.santeallaitementmaternel.com/se_former/comprendre_lactation/qu_est_ce_que_lait/qu_est_ce_que_lait.php
6- http://allaite.online.fr/allaiter/nourrisson.htm#_Toc485500112 Thèse
7- Actes de la 3
ème journée nationale de l'allaitement. Brest 19 mai 2006
8- http://www.santeallaitementmaternel.com/se_former/histoires_allaitement/allaitement_histoire.php
Allaitement et Société
Yvonne Knibielher
9- http://www.allaitementmaternel.be/pro/physio/physio1.htm
10-
http://www.liberation.fr/vous/sante/220230.FR.php "Ce sacro-saint allaitement" Charlotte ROTMAN
11- http://joel.martine.free.fr, "enfantement, allaitement, féminisme"
12-
http://www.santeallaitementmaternel.com/index.php "Histoire de l'allaitement en France : pratiques et représentations" Catherine ROLLET
13- http://www.lllfrance.org/index.htm Site de le LECHE LEAGUE France
14
- http://www.pediatres.online.fr/allaitement2.htm#choix "Le choix d'allaiter"
15-
http://www.gfmer.ch/Chalumeau_Presentations_Fr/Pdf/Sexualite_grossesse_postpartum.pdf
Denise MEDICO


SIGNES HOMÉOPATHIQUES COMMUNS AUX LAITS:



Le fait d'allaiter son enfant est un acte extrêmement positif
- pour l'enfant auquel il apporte un aliment idéal à sa croissance et à ses défenses contre les infections, les maladies auto-immunes et les allergies. De surcroît, le lait contient une hormone, la cholécystokinine, qui favorise la satiété et l'endormissement du bébé en fin de tétée.;
- pour la mère: espacement des naissances, éventuelle perte d'un surpoids de la grossesse puisque la richesse en lipides du lait pourra se faire à partir de ses "réserves", et moins de fractures du col du fémur chez les femmes qui ont allaité par dynamisation du métabolisme phosphocalcique. (La relative protection contre le cancer du sein est acquise dès la fin de la grossesse, qui termine la maturation de la glande mammaire, et cela qu'il y ait ensuite allaitement dit "maternel" ou non);
- pour le lien entre les deux lorsque ce mode d'alimentation de l'enfant est librement choisi par la mère, et s'accompagne de conseils, de soutien et d'estime.

Et cependant cet acte très valorisé s'accompagne de
contraintes et difficultés qui lui sont spécifiques et dont on retrouvera les signes dans la plupart des études des laits homéopathiques. En effet, si pour un animal l'allaitement des petits est un acte instinctuel, répété une à plusieurs fois par an, les expérimentateurs de laits de mammifères vont en traduire un ressenti qui passe par le crible de leur humanité ("Animal mind, human voices" selon le beau titre de Nancy HERRICK).
Mais il faut remarquer, avec Marc BRUNSON, que les animaux ne sont pas épargnés par un mauvais "vécu" de l'allaitement, on peut même voir des vaches refuser leur veau, elles sont sujettes aux mammites qui, si elles n'ont pas la gravité de celles des chattes (plus rares) et la dangerosité vitale de celles des chiennes (heureusement exceptionnelles) sont extrêmement fréquentes.

L'immaturité du nouveau-né humain auquel il faut apprendre à téter, la méconnaissance de ce qu'il convient de faire pour une mère d'un premier enfant, peuvent rendre les débuts difficiles, d'autant plus que les femmes sont souvent isolées, dès le retour précoce de la maternité, en raison de l'éparpillement fréquent des familles, du travail du conjoint. Les difficultés sont psychiques: peur de mal faire et que le bébé en pâtisse, soit mis en danger,
et physiques: montée de lait laborieuse et décourageante, lourdeur douloureuse, crevasses, engorgements, etc.
Comme le dit très bien Marie Thirion (document 7): "L'allaitement (tout comme l'accouchement) est une période charnière pour la mère. Dans les bouleversements psychiques d'après la naissance, sa vulnérabilité est majeure … Dans ces moments fragiles, vivre un échec dans le projet conçu pour nourrir son enfant peut ébranler au très long cours sa confiance en elle-même et compromettre sa relation paisible avec l'enfant"
Peur de faire tomber ou de tomber soi-même (réelle, illusion ou en rêve) (lac c, lac cpr,. lac f.)
Peur d'être incapable de faire son devoir, impression de l'avoir négligé (lac c., lac eq., lac h.)
Rêve de responsabilité et de peur de cette responsabilité (lac oryc.) Rêve de sentiment de ne pas être prêt devant une situation qui se présente (lac camel.,)
Manque de confiance en soi (lac h.)
Consciencieux pour des broutilles (lac del., lac f., lac eq.
et il est intéressant de noter que ce signe n'est pas retrouvé dans le groupe "crin d'étalon")
Reproches à soi-même (lac del.)

Abandon, isolement (lac asin., lac c., lac cpr.: "je me sentais seule, ma famille me manquait"; lac d: "sentiment d'être séparée de sa mère et des amis", lac del., lac eq., lac f., lac h., lac leo., lac lup.)

Douleurs des mamelons (lac c., lac oryc.) et des seins (lac c., lac d., lac del., lac f., lac h., lac oryct.)

La lactation va entretenir l'état d'"involution" de la grossesse. L'utérus reste mou et plus volumineux, la muqueuse vaginale reste atrophique donc plus facilement irritée ou infectée. Le transit intestinal reste plus lent, le tissus plus relâchés (abdomen, périnée) avec les problèmes de continence urinaire qui en dépendent, Le retour de couches et plus tardif.
Abdomen gonflé, distendu, lourd, flatulent (lac asin., lac c., lac cpr., lac del., lac eq. lac h., lac lox-a, lac v.)
Bearing down abdominal ou génital (lac c., lac d., lac f., lac h.)
Flasque, molle (lac d)
Des vents s'échappent par le vagin (lac c.)
Sensibilité vulvaire, irritation prurit (lac c., lac d., lac f.)
Pertes vaginales (lac c., lac d., lac f., lac h.,)
Envies fréquentes d'uriner, urgences mictionnelles (lac c., lac del. lac eq. lac f., lac h.)
Constipation (lac c., lac d., lac del., lac eq., lac f., lac leo., lac h.)
Et toutes sortes de désordres des règles.

La vigilance, que la faim de l'enfant impose impérieusement de jour comme de nuit, s'ajoute à la fatigue de la fin de la grossesse et de l'accouchement et à ce vide énergétique du post-partum que la médecine chinoise décrit bien, et que Claude FONTAINE avait si bien expliqué à propos de l'approche énergétique de Lac defloratum pour la SMHMP, causant épuisement, irritabilité, parfois dépression: le "baby blues".
Tristesse, tendance à pleurer (lac c., lac cpr., lac d. lac l., lac lox-a, lac oryc.)
Irritabilité, nervosité (lac asin., lac c., lac cpr., lac d., lac f., lac h., lac l., lac v.)
Sommeil entrecoupé, non-réparateur, se réveille fatiguée (lac asin., lac camel., lac c., lac cpr. lac d., lac del. lac eq. lac h., lac l., lac lox-a)
Fatigue, faiblesse, épuisement (lac asin., lac c."chienne de vie" dit J. LAMOTHE, lac d, lac del., lac eq.: "sentiment que la vie est dure", lac h., lac lox-a, lac lup., lac oryc.)
"Le lait est l'unique aliment issu du corps humain. À ce titre, il est chargé d’une puissance symbolique extrême qui transparaît dans beaucoup de nos discours ou de nos pratiques : fantasmes anthropophagiques de "dévoration" : "il te pompe", "il t’épuise"…(document 5)

"La stimulation induite par la succion du nourrisson stimule le système parasympathique et inhibe le système sympathique de la mère. Le muscle strié génère alors moins de chaleur." (document 6)
Frilosité, sensation de froid (lac camel., lac c., lac d., lac h., lac lox-a, lac oryc.)
Salivation (lac c., lac eq., lac f., lac h.)
Transpiration (lac c., lac cpr, lac d., lac eq., lac h., lac leo., lac lox-a.)

Il faut parler aussi de l'assujettissement que peut vivre une femme soumise au rythme des tétées pour ses activités, imprégnée de l'odeur du lait et des régurgitations, obligée d'exposer son buste pas toujours dans l'intimité, et qui peut se considérer réduite à une fonction de nourricière
Dépendance/indépendance (lac camel, lac f., lac h.)
Ce thème renvoit aussi à l'absolue dépendance du nourrisson pour sa subsistance.
Dévalorisation, impression d'être méprisée, qu'on dit du mal d'elle, qu'on se moque d'elle (lac c., lac cpr. lac del., lac f.)
Pense être sale (lac c), gène (lac eq.) Besoin de beaucoup se laver (lac h.)
Rêves: de courir nu avec des seins (lac eq. Expérimentateur masculin))
Elle se promène seins nus dans la ville, de façon tout à fait naturelle (lac asin.,)
"Je suis dans la cuisine un matin, portant seulement un pantalon élastique, je sais que bientôt le cuisinier et mon oncle vont arriver et je voudrais me précipiter dans ma chambre et me couvrir. Je tire le pantalon sur mon buste et cours vers ma chambre" (lac h.)
"En sortant juste de la douche, sans vêtement sur moi, pour aller dans ma chambre, je remarque un groupe de gens étranges dans la maison. J'appelle mon mari pour qu'il me donne mes vêtements. Il se moque de moi et ne le fait pas" (lac l)
"Juste avant de me réveiller j'ai rêvé de mes seins. Les artères et les veines étaient très visibles sous la peau, comme de grosses zébrures rouges qui descendaient du haut des mamelles et des zébrures vertes sur leur partie inférieure. Pour la première fois j'ai désiré que la ménopause survienne pour qu'elles disparaissent." (lac eq. par M.L. FAYETON)
Et deux rêves du proving "Lac rupicaprinum" (chamois) par Jean-Marie DESCHAMPS et Jean-Marie TRIBOUILLARD:
Nous sommes à table, assis à des tables d’aire de pique-nique en bois avec des bancs. En face de moi il y a deux jeunes (filles ou garçons ?) et je suis en face d’eux, seins nus !! (c’est inhabituel chez moi). Je perçois des personnes autour. Tout d’un coup il y a du vent, j’ai froid et j’ai la sensation que les pointes de mes seins durcissent.
[Une cycliste…] Elle montre à travers sa tenue moulante de cycliste et en levant les bras qu’elle a un troisième sein sur la face postérieure du bras droit. Et comme je ne comprends pas trop ce rêve, je ne sais pas trop pourquoi mais la fin de la révélation du secret repasse, et là elle se redresse, et l’on voit à travers sa tenue trempée par la transpiration deux seins superposés de chaque côté. … Dans le reportage de la télé sont filmés au moins deux cyclistes hommes dégoûtés de voir cela

Les rêves de nudité sont retrouvés dans les expérimentations de mammifères faites à partir d'autres produits.

La fatigue, le lien étroit avec son bébé, le rôle anaphrodisiaque de la prolactine, la sécheresse vaginale, la sensibilité vulvaire voire la cicatrisation de l'épisiotomie, et parfois l'image dépréciée qu'elle a d'elle-même, peuvent influencer négativement sa libido.
Désir sexuel diminué (lac eq. lac l., lac lox-a)
Mais d'autres laits ont ressenti le signe "animal" d'une augmentation du désir

Il sera d'autant plus difficile à la mère d'exprimer des doléances qu'elle est censée être dans le bonheur total de cette maternité et que son désarroi est en contradiction avec la joie bien compréhensible de son entourage et avec sa "mission" telle que la définissait déjà Michel MONTAIGNE (Essais 1580) "Après que le petit est né, une vraie mère le doit nourrir de ses mamelles, qui est la belle fontaine que Dame Nature, sage et provide a préparé à cet effet…Quel passe-temps plus grand pourrait avoir une femme en ce monde que celui qu'elle a en allaitant ses petits enfants?"
Irritabilité mais incapable de l'exprimer (lac cpr.)



DOCUMENTATION:
- "Le monde des laits" Actes du congrès INHF Paris 2003 avec Jonathan SHORE
- Lac asininum Expérimentation-flash 3
ème journée des Antipodes Toulouse mai 98
- Lac camelinum Expérimentation-flash Séminaire INHF Paris septembre 96
- Lac caninum. Annie BENDAYAN, Paul CAMO, Jacques ECHARD, Jacques LAMOTHE. Bulletin de la SMHMP n° 55 mai 96
- Lac caninum. Jacques LAMOTHE. "Homeopathie pédiatrique" ed. Similia
- "Lac défloratum: approche énergétique" Claude FONTAINE Bulletin de la SMHMP n° 55 mai 96
- Lac equinum. "Essence des remèdes homéopathiques". GEMMH 2004
- Lac felinum. Jean-Thierry CAMBONIE. Bulletin SMHMP N°55 mai 96
- Lac vaccinum defloratum. Jean-Thierry CAMBONIE. Bulletin SMHMP N°55 mai 96
- Lac oryctolagus cuniculus (lapin)Peter David FRASER
www.hominf.org/remedy/oryctola.htm
- Lac rupicaprinum (chamois) JM TRIBOUILLARD et JM DESCHAMPS Proving non encore publié
- "La dépendance" discussion à partir d'un cas de Marc BRUNSON. Actes de la 3
ème rencontre des Antipodes Toulouse Mai 98
- Différentes matières médicales et provings in "REFERENCE WORKS"




En guise de conclusion:
N'ÉTUDIONS PLUS LES LAITS !

dans les pathogénésies

On peut se douter, avec simplement un sens rustique de l'observation, qu'il existe de grandes différences entre les mâles et les femelles mammifères: morphologiques, physiologiques et comportementales.
Les deux expérimentations que j'ai coordonnées se sont attachées à les mettre en évidence d'un point de vue homéopathique. La première (RATTA norvegica) par comparaison avec d'autres provings, la deuxième (LEPUS europaeus,) au sein même, c'est le cas de le dire, du groupe d'expérimentateurs.

Lorsqu'on étudie un remède homéopathique "mammifère" en utilisant le lait comme souche, il est évident que, non seulement nous aurons les caractéristiques d'un des deux sexes de façon prépondérante, mais, de plus et surtout, d'un état extrêmement particulier de ce sexe lié à la lactation. Remarquons aussi que le lait des expérimentations homéopathiques est prélevé sur des animaux domestiqués, captifs ou asservis ce qui ne rend pas vraiment compte de l'état naturel du mammifère libre lorsqu'il s'agit d'animaux existant à l'état sauvage.
Nous en savons beaucoup (assez?) sur les laits. Des auteur(e)s et groupes tels que Patricia LEROUX, l'INHF sous la direction de Chantal CHEMLA et Michel ZALA, Rajan SANKARAN, Kees DAM et j'en omets sûrement de notables, ont extrait des multiples pathogénésies les caractéristiques communes à ce produit et cet état.


Lors de la hiérarchisation des signes d'une étude pathogénétique de mammifère, pour bien identifier ce qui permettra de reconnaître l'animal étudié, il faut déjà élaguer :


- les signes communs à toute expérimentation et dus au changement d'état:
Agitation, excitation, euphorie
Confusion, impression d’avoir pris une drogue
Compréhension ; difficile 
Concentration ; difficile
Contrôle, perte de
Étourderie, oubli
Erreurs
Vertige 

- les signes liés à l'animalité en général:
Sexe 
Nourriture 
Danger, menace 
Agressivité 
Jeunesse : comportement, apparence 
Territoire
Spiritualité, religiosité

- les signes des mammifères.
(Je me suis permis de déplacer, de travaux d'autres auteurs, les signes attribués aux laits vers ceux des mammifères lorsqu'ils étaient retrouvés de façon nette dans les expérimentations faites à partir du poil ou du sang)
Poils, cheveux (mammifères terrestres)
Tâches nécessaires faites avec efficacité et détente
Calme, serein, tranquille
, ce n'est pas grave (même la mort, les situations dangereuses ou dramatiques)
Enfants, bébés; prendre soin, protéger,
Relation avec la famille proche
Pensées, rêves de mariage
Appartenance au groupe (concerne sans doute les animaux en troupeau et peut-être eux seuls)
Combat pour la suprématie
Sécurité à l'intérieur du groupe
Signes autour de la période des règles
(La peur et les rêves de serpents, classiquement notés, sont trop fréquents, en tout cas en Occident, pour être attribués à une espèce voire à un règne, même s'ils sont curieusement sous-représentés dans les répertoires)

Epargnons-nous donc les signes de l'état d'allaitement, résumés ci-dessous. Pour cela utilisons le poil de l'animal (ce qui est fort peu traumatisant et un peu plus facile à recueillir, même sur un animal dangereux) ou son sang très éventuellement, et n'oublions pas de préciser le sexe du mammifère prélevé.

- les signes des laits:

PSYCHIQUES:
Incapacité:
Peur de faire tomber ou de tomber soi-même
Peur d'être incapable de faire son devoir, impression de l'avoir négligé;
Rêve de responsabilité et de peur de cette responsabilité
Consciencieux pour des broutilles
Reproches à soi-même
Abandon, isolement
"Baby blues":
Tristesse, tendance à pleurer
Irritabilité, nervosité
Assujettissement:
Dépendance/indépendance
Dévalorisation, impression d'être méprisée, qu'on dit du mal d'elle, qu'on se moque d'elle
Sentiment (
mal vécu) d'être sale
Rêves d'être
seins nus, d'être vue dans une nudité gênante
Passé d'agression sexuelle
Divers:
Thème des cercles
Conflit avec soi-même concernant le contrôle de la sexualité, la culpabilité sexuelle, etc.
(placés par R.SANKARAN dans les signes des mammifères)

PHYSIQUES:
Seins de lactation:
Douleurs des mamelons, douleur des seins
Persistance de l'involution gravidique:
Abdomen gonflé, distendu, lourd, flatulent
Bearing down abdominal ou génital
Constipation
Flasque, molle
Des vents s'échappent par le vagin
Sensibilité vulvaire, irritation prurit

Pertes vaginales
Envies fréquentes d'uriner, urgences mictionnelles

Tétées jour et nuit:
Fatigue, faiblesse, épuisement
Sommeil entrecoupé, non-réparateur, se réveille fatiguée
Stimulation du parasympathique par les tétées:
Frilosité, sensation de froid.
Salivation.
Transpiration.
Divers:
Alternance de côté
Tropisme locaux: tête (céphalées), gorge, membres, seins, peau