LEPUS europaeus
Lièvre & hase

EXPÉRIMENTATION Décembre 2006 - Avril 2007

Michelle SARRAZIN
Société de Médecine Homéopathique de Midi-Pyrénées






pastedGraphic






DIRECTRICE D'EXPÉRIMENTATION : Michelle SARRAZIN


SUPERVISEURS :
Anne CLAIS
Denis GASTEUIL
Christine NEUHOFER



EXPÉRIMENTATEURS :

Pour le remède « LIÈVRE » (=bouquin. Mâle):

Groupe de trituration: Prise du remède :

N°1 N°1 30 CH Femme 45 ans professeur des écoles
N°2 N°2 12 CH Homme 48 ans service aux personnes
N°3 N°7 30 CH Femme 42 ans homéopathe
N°4
N°7 N°10 12 CH Homme 64 ans homéopathe
N°8 12 CH Femme 57 ans homéopathe
Il s’agit de la coordinatrice. Le remède a été pris par elle après la fin de l’expérimentation des autres participants. Elle était la seule à connaître le remède expérimenté)



Pour le remède « HASE » (femelle) :
Groupe de trituration: Prise du remède :

N°5 N°3 30 CH Femme 40 ans homéopathe
N°6 N°4 12 CH Femme 50 ans homéopathe
N°9 N°5 12 CH Femme 52 ans homéopathe
N°10 N°9 30 CH Femme 61 ans homéopathe
N°11 Femme 37 ans homéopathe N°12 12 CH Femme 45 ans homéopathe




Placebo N°6 Femme 62 ans relations publiques
Les signes de cette expérimentatrice sont identifiés par cette police sauf ceux qui sont survenus peu après la trituration, qu’elle a faite dans le groupe « hase ».











MERCI

À Monsieur Robert ARMAND dans le bel élevage duquel, à Lavernose-Lacasse (31), les animaux de l’expérimentation ont été choisis. Toute notre gratitude pour la gentillesse de son accueil et pour ses conseils.


Au Docteur MARTY, qui a réalisé, avec sa compétence habituelle et l’excellent matériel de sa pharmacie « L’herbier » à Toulouse, les pesées de précisions pour les premières triturations du remède.


À HELIOS Homoeopathic Pharmacy pour la préparation des granules.


À Hélène, qui a filmé les groupes lors de la trituration


À nos expérimentateurs: Anne et Michel qui ont vécu en couple cette aventure, Florence et Béatrice qui ont été obligées de l’interrompre prématurément malgré des signes initiaux prometteurs, Fanchon, Marianne, Agnès, Isabelle, Magali, Laurence et Pierre qui ont permis la collecte de ce riche ensemble de symptômes.




pastedGraphicpastedGraphicpastedGraphicpastedGraphicpastedGraphic



LA SUBSTANCE:
Ordre: Lagomorphes
Famille: Leporidés
Genre: Lepus
Espèce: Lepus europaeus

Une touffe de poils a été recueillie sur la hase et sur le lièvre d’un couple provenant de l’élevage, par Monsieur Robert ARMAND à Lavernose-Lacasse (Haute-Garonne, France), d’animaux destinés principalement à peupler des territoires de chasse et qui vivent à l’extérieur, dans de longs couloirs de bois grillagés et abrités.
Le couple de jeunes adultes qui a fourni les souches homéopathiques est conservé pour la reproduction. Ils ne sont pas apprivoisés mais de caractère paisible et ont, l’un envers l’autre, une attitude affectueuse. Lors d’une première visite dans cet élevage nous avions pu voir la puissance, l’énergie et la combativité d’autres individus, au détriment de l’éleveur qui, en nous en présentant un, s’était sévèrement fait mordre la main. Une femelle avait le dos labouré par les assiduités sexuelles du mâle, mais Monsieur Armand nous a dit qu’elle refusait de se faire féconder par lui. Le regard intense, farouche, un peu exorbité de ces animaux, qu’on avait saisis pour nous nous les montrer, nous avait frappé.

Documentation :
1- http://www.coulmes.net/traces.html
2- http://www.inra.fr/hyppz/ RAVAGEUR/3lepeur.htm
3- http://www.chassepassion.net/lievre.php
4- http://www.jyrousseau.com/lievre.html
5- http://nature.ca/ukaliq/index_f.cfm
6- http://fr.wikipedia.org/wiki/Lièvre & http://fr.wikipedia.org/wiki/Lagomorpha
7- http://apemutam.free.fr/LIEVRE.htm « le lapin en chocolat est un lièvre »
8- http://www.chasse.sud.fr/site/articles2.php?id=11 Jean ROUGEOT Institut National de la Recherche Agronomique, Laboratoire des Pelages, Toisons et Fourrures. F78350 JouyenJosas
9- http://ecologie.nature.free.fr/pages/mammiferes/lievre.htm
10- http://www.bretagne-environnement.org/Patrimoine-naturel/La-faune/Les-mammiferes/Le-lievre-d-Europe
11- Encyclopédie des symboles. Ed. La Pochothèque - Le livre de poche. 1996
12- CHEVALIER Jean et GHEERBRANT Alain. Dictionnaire des Symboles; Coll. Bouquins. éd. Robert Laffont. Août 1991
13- http://www.syndicatdelachasse.com/htm/portrait-lievre.htm
14- http://environnement.wallonie.be/ong/refuges/lievre.html
15- http://www.arche-nature.com/FicheArticle.asp?IdArticle=143
16- http://membres.lycos.fr/lalonginiere/index.html
17- http://nature.ca/ukaliq/elem/pop/3d0273f-f.html
18- La Hulotte N°15 – p 2 à 16 - Octobre 1973





MÉTHODOLOGIE:
CLASSIQUE, avec placebo ("Blank") en simple aveugle ("Blinding")
Conforme à ce qui est préconisé par Jeremy SHERR et J.BAUR et selon les directives du sous-comité Provings de l’EUROPEAN COMMITTEE FOR HOMEOPATHY

Observation des expérimentateurs lors de la trituration, puis, après préparation des remèdes en 12 CH et 30 CH par HELIOS Homoeopathy, le remède a été donné « à l’aveugle », même la coordinatrice ne savait pas la dilution ou le genre des granules reçus par chacun. Les expérimentateurs ayant fait la trituration de l’un des genres (mâle ou femelle) n’ont pas obligatoirement effectué l’expérimentation avec le même (voir la répartition plus haut)

Bibliographie :
-J. BAUR : "Qu'est-ce qu'une pathogénésie?". Communication présentée au Centre homéopathique lyonnais le 23 novembre 1962. Éd. des laboratoires J. BOIRON. Angoulême 2ème trimestre 1966
-Jeremy SHERR: "La pathogénésie homéopathique. Principes et méthodologie. Similia 1997.
-« Homeopathic Drug Proving Guidelines ». Éd. Subcommittee Drug Provings of European Committee for Homeopathy (ECH) Brussels Belgium





LA TRITURATION de la troisième centésimale:

Après un exposé des modalités de l’expérimentation, le groupe a été divisé en deux parties, dans deux pièces différentes, suffisamment éloignées l’une de l’autre pour que chaque groupe ne puisse ni voir ni entendre l’autre. La coordinatrice et les superviseurs allaient de l’un à l’autre groupe. Une observatrice filmait.
Groupe de trituration « Lièvre » :

Ce groupe comportait les expérimentateurs n°1, 2, 3, 4 et 7.

La N°4, qui est intolérante au lactose, et la première à prendre le mortier, s’est immédiatement mis à tousser et a dû rester ensuite en retrait. Mais l’observatrice qui filmait a eu aussi une toux sèche pendant la trituration.
La trituration s’est faite avec délicatesse, par petits coups légers, rapides et soigneux. L’ambiance était calme et douce. Les expérimentateurs, très concentrés, étaient préoccupés par le fait de répandre un peu de lactose en dehors du récipient. Au début, ils ont échangé leurs prénoms et essayé de les mémoriser, puis peu parlé, se posant des questions sur la méthodologie homéopathique, la dénaturation des aliments par les micro-ondes. En fin de trituration l’une (N°4) a ressenti le besoin de s’étirer vers l’arrière, les deux mains sur la nuque, et le dernier a placé avec application le pilon bien droit au centre du mortier.

Groupe de trituration « Hase» :

Ce groupe comportait les expérimentateurs n°5, 6, 8, 9, 10.

La trituration était énergique, les frappes de pilon assénées bruyamment (« tu vas voir, je vais l’écraser ! »), l’ambiance tonique, tout le monde parlant souvent en même temps. Les expérimentateurs constataient aussi qu’ils mettaient un peu de poudre à côté mais ne s’en préoccupaient pas outre mesure. Au bout d’une minute et demie de pilonnage, la première en avait déjà assez et passait le mortier au voisin. Une autre, qui se disait « tellement énervée » avant même de commencer, et qui pensait que triturer trois minutes c’était très long, a déclaré « si les gens nous voient en train de triturer ce truc et bien contents de le faire, ils vont dire : ils sont maso ceux-là ! ». L’un d’entre eux, qui habite, à vrai dire, assez loin est parti avant la fin.


Après réunion des deux groupes autour de la table du repas, les participants se sont curieusement mis à discuter avec animation par deux, avec la personne qui se trouvait juste à côté, aucune conversation ne s’entrecroisait avec les autres personnes attablées.
Après s’être mise à côté d’un des duos, la coordinatrice n’a pu ou voulu s’intégrer à leur conversation et est allée parler avec un des superviseurs qui était encore seul.
Un expérimentateur étant parti tôt, l’assemblée était en nombre impair et une expérimentatrice s’est retrouvée toute seule, personne ne lui a adressé la parole, sauf pour constater brièvement avec elle cette curiosité.
Il s’est avéré plus tard que, souffrante mais ne le sachant pas encore lors de cette réunion, elle n’a pas pu faire la prise du remède.

Une des superviseuses à écrit: "ambiance chaleureuse chacun parlant deux à deux avec son voisin (sans s'être apparemment choisi), mais il régnait une harmonie et surtout aucune raison que ces conversations ne s'arrêtent malgré l'heure tardive. Au bout d'un moment je me suis levée pour parler avec quelqu'un de l'autre côté de la table (que je voulais voir ce soir-là), mais c'est presque à regret, parce que j'ai eu l'impression de rompre l'équilibre de l'état précédent (deux à deux) ou du groupe et de trancher en agissant volontairement (au lieu de suivre le moment présent) : je m'étais bêtement démarquée!!! Pourquoi pas ? mais cela m'a chiffonnée."
CLASSIFICATION DES SYMPTÔMES

1-SIGNES COMMUNS À TOUTE PATHOGÉNÉSIE :

Certains de nos expérimentateurs n’ont pas échappé aux signes de légère déstabilisation qu’entraîne toute pathogénésie, mais ils se sont limités à un manque de concentration et quelques troubles de la mémoire, maladresses, vertiges:

Concentration
J6. 6h30 pendant 3h.. Tracassée, cerveau embrouillé, mal réveillée (trop passé de temps à faire de la comptabilité hier ?) (N°3)

Mémoire
L'expression "avoir une mémoire de lièvre" signifie n'en avoir aucune.

J13. Je me suis fait la réflexion d’avoir une mémoire très floue et me demande comment j’ai pu arriver à ce poste de travail avec une telle mémoire ! (N°3)

J5. 8h40. Problème de mémoire qui m’a surpris : Je suis avec la maîtresse de ma fille à l’école qui doit m’indiquer la prochaine sortie afin que je m’organise pour les accompagner. Elle m’indique le lundi 14 mai et je ne pense à rien, peut être que je pourrai y aller. Ce n’est que plusieurs minutes après, en montant dans la voiture que je réalise que ce jour-là n’est pas un jour comme les autres puisque ma fille fête ses cinq ans et donc raison de plus pour être avec elle et l’accompagner. Je culpabilise de ne pas avoir pensé à son anniversaire lorsqu’elle m’a indiqué cette date et cela me surprend de ma part car c’est quand même quelque chose d’important pour moi. Je me pose la question si c’est bien son anniversaire et doute même après l’avoir réalisé ! comme si cette date et quelque part la naissance de ma fille était effacée de ma mémoire. Ça me perturbe vraiment de réagir comme ça et je ressens beaucoup de culpabilité vis-à-vis de ma réaction. (N°7)

Sensations vertigineuses:
J2. Au réveil vertige important. J3 : Installation organisation du séjour au ski avec tremblements et vertige dès que je ne bouge plus. J4 : ça tangue, au réveil. J6 : j'ai le vertige, mais une fois sur les skis ça va rien ne tremble plus à l'intérieur (N°4)

J10. Retour en voiture, je chavire à chaque descente de voiture (N°4)

J9 à 20h.  Je m'aperçois qu’aujourd'hui j'ai une sensation d'étourdissement, surtout les yeux fermés, ce qui entraîne une impression de chute en avant. (N°10)

Maladresse:
2 jours après la trituration du poil de hase. Je fais tomber mes téléphones, mon réveil, je me coince le bras derrière un meuble en voulant récupérer mon téléphone. (Coordinatrice)

J17. Je laisse tomber des objets et ne réagis pas. (N°10)

2-SIGNES ÉVOCATEURS d’ANIMALITÉ en général:
Ils expérimentaient un remède animal et l’on ne sera pas étonné de trouver des symptômes dans les rubriques

Sexualité:
PSYCHISME:
"Le lièvre intrigua les observateurs empiriques de la France médiévale, essentiellement rurale, qui virent en lui une sexualité débridée. Le bouquinage, la saison des amours, débute en plein hiver et dure sept mois. La décision de s'accoupler dépend de la femelle. Par défense ou par séduction, elle refuse parfois les avances de l'élu et des batailles peuvent s'engager entre les partenaires. Les naturalistes ont longtemps ignoré si les combattants étaient des concurrents ou si les femelles participaient aux combats de boxe. La hase peut s'accoupler avec un mâle alors qu'elle a déjà été fécondée par un précédent et porter deux levrauts de deux mâles différents." (Documentation 7)

3 jours après la trituration. Je flirte avec (et me laisse flirter) par mon ex-compagnon et oublie la présence de sa nouvelle compagne que je respecte et apprécie; quand je réalise la peine de celle-ci, j'en suis navrée et regrette mon attitude. (N°3)

J44. Dans la rue, pensées érotiques en voyant des passantes, comme à 18 ans. (N°10)

RÊVES amoureux, érotiques:
2 jours après la 1ère trituration du poil de hase. Je flirte avec un jeune homme, je dois être jeune moi-même. Nous sommes à une table très grande avec d’autres personnes… (Coordinatrice)

J20 à 6h. Réveillé par un rêve érotique avec début d'émission ce qui ne m'était pas arrivé depuis plus de 20 ans. (N°10)

J11. Une femme plantureuse sort de la baignade et je lui passe une serviette, je pense que le soir j'aurai du plaisir avec elle. (N°10)

J3. Rêve : En rapport avec une série télévisée vue la veille : je suis dans un internat d’hôpital ou de clinique avec toute une équipe d’internes et de médecins ; il y a seulement à un moment donné un jeu de séduction entre ce médecin misanthrope et moi par un jeu de miroir sur un écran d’ordinateur éteint. (N°6)

J5. Rêve :Nous sommes dans un appartement et nous discutons de pourcentage de « dénucléarisation » qui coûterait 1632 € ! En attendant le vrai prix nous voyons sur une scène un défilé de sous-vêtements : une très jeune fille soulève son jupon pour montrer sa culotte – très provocant - puis baisse son jupon et le relève pour montrer son collant.(N°6)

PHYSIQUE; génital masculin:
J3. En fin de nuit. Réveil avec érection matinale bizarrement dure et non douloureuse. J5 à 6h : toujours une érection bizarre et non douloureuse à cette heure-là. (N°10)
Nourriture (voir la profusion de rêves)

Agressivité, colère:
PSYCHISME
J3 à 1h15 du matin, je ne dors pas encore, tenue réveillée par la colère contre mon dentiste qui a différé à fin août des soins prévus. (N°8)

J10. Je me trouve un air fatigué et très sévère, presque en colère, objectivé le jour même par la photo pour la carte d’identité où j’avais j’avais l’impression d’avoir été inexpressive, comme cela
est exigé. (N°8)

J17.
22h. Très énervé, une impolitesse à l'égard de mon amie qui en est surprise. (N°10)

J12 à 9h15.
J’ai un épisode de colère froide envers une représentante d’un laboratoire à qui j’essaie d’expliquer que j’ai déjà vu une collègue à elle la semaine d’avant et qui persiste à vouloir me présenter ses produits et n’arrête pas de se justifier. Je finis par lui dire de sortir n’arrivant pas à l’arrêter, elle part en continuant de parler, je trouve tout ça particulièrement insupportable. Ça fait peut-être 10 ans que je n’ai pas traversé un état de colère pareil. (N°12)

J14. Je me sens un petit fond coléreux mais après quoi ? Il faut dire que je suis un peu fatiguée. (N°12)

J15. Je pars travailler et, dans la voiture, je prends conscience que ce médicament me bouffe la vie, ça me met en colère. J’ai l’impression de ne pas être moi d’avoir toujours un fond de colère ou de contrariété au fond et ça a sûrement été majoré par le week-end de yoga que je viens de faire. En plus je suis fatiguée ce qui augmente ma colère. Je me sens à nouveau en résistance avec cette énergie qui voudrait m’emmener là ou je n’ai pas envie d’aller. Je me sens fatiguée et énervée comme il y a longtemps que je n’ai pas été. Je crois que je comprends que c’est cet enracinement permanent qui m’énerve, je ne sais pas être là tout le temps sans m’échapper de temps en temps et là je ne peux pas, je supporte difficilement cette contrainte. Je ne me sens pas moi-même et je résiste. (N°12)

J17. J’ai toujours mon fond de colère. Je suis en colère, je dois faire un stage ce week-end, une fille que je ne connais quasiment pas m’a laissé un message sur mon téléphone pour que je la rappelle. Elle arrive vendredi soir et voudrait être hébergée et emmenée, je n’ai pas du tout envie de le faire, je me sens envahie.... (N°12)

J18. Dernier jour du supplice. La coordinatrice vient de m’autoriser à respirer du camphre
(à titre d'antidote) ce qui me débouchera le nez par la même occasion. La colère s’est un peu tassée au milieu de la nuit comme une bulle qui se dégonfle, je ne comprends même plus comment ça a pu me mettre dans un état pareil, c’est vraiment comme si je ne pouvais supporter aucune contrainte supplémentaire, je suis au top de la contrainte. Ça commence à m’agacer d’écrire sur ce carnet, c’est comme si ça me rappelait sans arrêt que j’ai pris ce médicament et que ça me replonge dans cette ambiance de colère. Heureusement je suis seule aujourd’hui parce qu'un rien m’énerve. Je sens moins l’enracinement comme avant. Comme c’est mon dernier jour de supplice, je vais faire mon dernier devoir et décrire mon état de colère : (voir la suite à "Tâches répétitives"). (N°12)

RÊVES:
2 jours après la 1ère trituration du poil de hase. Je suis de passage dans une communauté religieuse. J’ai mangé, au bout de la table communautaire, des choses simples. Le plat contenait des vermicelles chinois (je me nourrirais de cela en ce moment). J’aide une fille à faire la vaisselle. Une adolescente fait tomber par terre, volontairement, un annuaire mouillé qu’on avait mis à sécher sur une table près de l’évier, et s’en va plus loin. Je la rattrape et l’oblige à ramasser ce livre. Pendant que je continue la vaisselle, elle vient se mettre tout près de moi. Je sens qu’elle est sournoise et veut me nuire. Je la touche à peine et elle se met à hurler comme si elle avait été battue. (Coordinatrice)

Colère; au sujet de la nourriture:
J2. …on se dispute presque les deux dernières miettes avec quelqu’un d’autre, je râle car je voulais ma part, mon dû, on a mangé mon morceau. (N°7)

J3. C’est la St Valentin et mon mari décide de nous offrir un bon repas commandé chez un excellent traiteur et que nous devons aller chercher pour le manger à la maison. Joie au départ, déception à l’arrivée … Alors la colère me monte et je deviens vraiment mécontente envers ce traiteur. (N°7)


Danger, menace:
Le lièvre est classiquement considéré comme peureux, " être lièvre " désigne le Couard du Roman de Renard, " une vie de lièvre " en exprime les tourments, " dormir en lièvre " signifie d'un sommeil léger…Lié à son caractère craintif, manger de sa cervelle aurait guéri la crainte et le tremblement. " (Documentation 7)

PSYCHISME:
Vers 19H50 1ère trituration du poil de lièvre. Vers 23h, quand mon compagnon est venu dans la cuisine m’embrasser avant d’aller se coucher, j’ai eu un brusque recul involontaire d’évitement qui lui a fait dire "n’aie pas peur, je ne vais pas te battre".
Réveil dans la nuit avec sensation de peur dans le ventre. (Coordinatrice)

2 jours après la 1ère trituration du poil de hase. Je me réveille avec la peur que mon code bancaire, donné en réponse à un courriel d’un honorable commerçant anglais ne soit piraté. (Coordinatrice)

2 jours après la trituration du poil de hase. Fugacement, en faisant le Qi-Gong du matin, j’ai eu une odeur de charogne dans le nez. Brève peur. (Coordinatrice)

J2 après les triturations en 3CH du groupe. Dans la nuit, entre deux rêves, et au réveil: peur dans le ventre. (Coordinatrice)

J7.
 Après un rêve (anodin) au réveil à 2h30 sensation de striction épigastrique avec angoisse. (N°10)

RÊVES:
3 jours après la 1ère trituration du poil de hase. Pays asiatique en guerre. Il y a une bande d’individus dangereux. Un vieil homme érudit est à quatre pattes, je ne sais pas ce qu’il arrange par terre. Un homme arrive vers lui sur un engin lourd à très grosses roues qui semble un engin agricole. Le vieil homme n’a pas le temps de se relever, le conducteur de l’engin lui roule dessus. (Coordinatrice)

J28. Un ami (décédé il y a quelques années) me dit qu'il a mis des bombes ou des incendies dans la ville pour désorganiser la police et pouvoir piller les grands magasins. Tout le monde pille et je me hasarde moi aussi à prendre des choses encombrantes, le paquet trop long me gêne… (N°10)

J34. Je vais m'asseoir à une terrasse de café, je m'aperçois que je suis dans un train qui rentre dans un tunnel, je me dis qu'il peut tomber en panne et que je peux rester 21 jours sans boire ni manger. Je me vois allongé dans un étroit boyau sans savoir si je m'en sortirai et je me réveille. (N°10)

La nuit qui a suivi la trituration. Un immeuble, en haut, dernier étage, il ne fallait pas faire de cuisine avant 20h du soir sinon on était attaqué par une monstrueuse géante bête mécanique. Quelqu’un est venu faire de la cuisine à 19h30, il fallait cacher le plat dans le réfrigérateur pour que les odeurs n’attirent pas la bête, on entendait ses pas lourds, secousses et vibrations dans tous l’immeuble à chaque pas. Puis je me retrouve dans un bus bondé, remplis de personnes en fuite, il circule dans un dédale de couloir, on croise dans l’autre sens d’autres bus qui vont vers l’immeuble et un tracteur qui change de direction. (N°11)

J10. 2h. Réveillé par un rêve: Le Pen (Le fondateur d’un parti d’extrême-droite) a obtenu 50% des voix au premier tour des élections présidentielles, sensation de peur. (N°10)

Acuité sensorielle: olfactive, visuelle et auditive.
Les lièvres entendent très bien, leur grandes oreilles dressées pivotent dans toutes les directions pour capter les sons. Ils ont un excellent odorat mais ils y voient mal, ils sont très myopes. (Documentation 18)


Jeunesse (Comportement, apparence):

J16. Rêve: Je suis invité chez une vieille amie de ma mère dans l'Ouest parisien. Mon frère arrive, je lui demande qu'il me rapproche du métro. Je fais du vélo dans la cour et j'arrive en retard, j'ai du mal à reconnaître l'endroit, c'est au 2° par un escalier en bois. Je frappe, elle vient m'ouvrir et,
malgré son âge, elle est en bottes et minijupe. Mon frère est déjà là, c'était son ancienne dentiste, ils se tutoient. (N°10)

La nuit après les triturations "Lièvre" et "Hase" 2CH. Rêve: Mon coiffeur me regarde bizarrement alors que nous sommes dans un petit groupe amical, pas dans son salon. En effet, je me rends compte que je me suis de nouveau
teint les cheveux en brun-rouge comme lorsque j’étais plus jeune. Cela ne va pas du tout. Heureusement la teinture est sur les cheveux de dessus, en dessous ça reste gris. Je sais qu’il va pouvoir rattraper ça, peut-être avec, malgré tout, quelques pointes rouges, qui seront amusantes.
Au réveil, je pense que, comme dans la chanson de Dave, "je ne voudrais pas refaire le chemin à l’envers". (Coordinatrice)

J3. Rêve : J’arrive, je suis nouvelle pour travailler dans un hôpital ou plutôt dans une maison de personnes âgées … Les infirmières arrivent, elles sont contentes que l’on m’ait choisie car je suis
jeune et d’allure alerte. (N°12)

J7 : En me regardant dans le miroir de la salle de bain, j’ai été surprise par le fait d’être vieille, comme si cela venait de se produire. (N°8)

Religion, spiritualité:
RÊVES:
5 jours après la trituration : Je suis en voyage en Espagne —(j’en viens)— avec des amis dans un hôtel très grand et très moderne … Puis dans un salon où je me trouve, affublée d’un foulard aux couleurs d’un pèlerinage avec des médailles pieuses accrochées dessus, et ce foulard appartenait à un homéopathe de notre société. Puis je remarque une télé qui diffuse des émissions enfantines et un autre homéopathe de notre société est devant. (N°6)

J27. …En marchant, je joue du tamtam avec une planchette en bois, on dirait du djembee, on me dit que je joue bien et qu'il y a une messe chantée de communion à l'église. Je demande si je peux aller écouter, mais on me dit que je serai gêné par des adolescents qui en sortent souvent. Alors je me mets à côté, contre une sorte de cloison, mais le vent d'autan me gêne pour écouter, il résonne dans mon abri. (N°10)

 Plus surprenante serait l’absence de signes ayant trait à la notion de Territoire
si l’on ne tenait pas compte du fait que le lièvre ne défend pas de territoire. Il a, pour tout domicile, un petit espace où il se tient tapi, simple dépression du sol dans des herbes ou broussailles, et la hase ne garde pas ses petits auprès d’elle mais les éparpille alentour afin qu’un prédateur éventuel ne détruise pas toute la portée à la fois.

3-SIGNES ÉVOCATEUR DES MAMMIFERES:

Comme pour tout animal à pelage, le Toilettage soigneux est une activité très importante:
J1. Dans la même journée, je suis allée chez le coiffeur, je me suis acheté des produits de beauté afin de prendre soin de mon visage (soin fait le soir même) et avant de m’endormir j’ai limé et poli mes ongles. J’ai éprouvé le besoin de m’embellir. (N°7)

Tâches nécessaires faites avec efficacité et détente:
Le lendemain matin de la trituration du groupe, levée de bonne heure (à cause de mon fils). Malgré l'heure du coucher tardive et la
fatigue chronique que j'ai habituellement, je vaque toute la matinée sans coup de pompe ce qui est exceptionnel,·surtout vers 11h en rentrant du marché (qui me terrasse habituellement). je suis pleine de pensées positives: comme quoi je suis heureuse de m'occuper des miens à travers les tâches ménagères, les courses et la confection du repas. Ça fait un peu image d'Épinal, mais c'est du bonheur que je ressens comme s'il y avait à cet instant une forme de réponse simple à mes questions. Et je me sens d'humeur enjouée et épouse et mère accomplie et heureuse de l'être. Cet état a duré jusque vers 14h. Je me suis demandé si c'était l'effet de la convivialité de la veille (depuis mon arrivée à Toulouse je suis très sensible à tous les moments d'échanges amicaux qui sont assez rares et qui m'apaisent) mais l'intensité de cette énergie et cette sensation de bonheur étaient tellement remarquables que j'ai pensé à un effet de la trituration. (Superviseuse)

Réunion de synthèse: c'était une période de vacances et tout lui paraissait facile et agréable, même les courses, tranquille; nettement plus agréables que d'habitude. (N°1)

J2. Dans la journée, j'ai fait un maximum de choses sans avoir à me presser, comme si le temps se ralentissait. (N°4)

N°4 qui déteste conduire a fait, à J2, le trajet qu'il lui fallait faire sans aucune difficulté.

Réunion de synthèse. Conduisait dans une circulation dense, des bouchons, sans énervement. (N°2)

J6. …Je ressens du bien-être, une confiance intérieure que je cultive par de la méditation, la
reprise de l’activité physique plus régulière (que j’ai pu remettre en place cette semaine, tous les jours sauf mardi). J’ai eu deux patients aujourd’hui et je suis heureuse de m'être sentie à ma place, juste dans ce que je suis, ce que je dis….Mon bien-être est allée crescendo cette semaine (N°7)

Sérénité, tranquillité, calme, détachement, les choses ne sont pas graves (même la mort):

PSYCHISME:
Le lendemain de la trituration. Je me sens sereine; dépense de vêtement avec plaisir. (N°3)

J2. Toute la journée. Je me sens moins tracassée par ma problématique de couple. (N°3)

J4. En contactant un conseiller financier, je me suis lancée dans l’achat d’un appartement en loi de Robien avec certitude du bien fondé de cela et d’une totale confiance sur le projet ! (en me disant que si je ne faisais rien ça serait du gâchis) (N°3)

J5: Etonnamment sereine au fond de moi bien que tracassée par l’avenir du couple. Moins de tristesse que d’habitude à vivre un énième dimanche seule (mon compagnon travaille presque toutes les fins de semaine au service d’urgences). Je me suis bien occupée et même suis allée voir une amie alors que je veux rarement déranger autrui, surtout un dimanche. J11: Le soir, je demande à mon compagnon de ne plus se voir, il demande que j’y réfléchisse…Je suis sereine. J17: Sereine, détachée bien qu'en pleine confusion sur mon choix de quitter mon compagnon. (N°3)

J11. Stage d’écoute aquatique le week-end, je suis calme, mais moins enthousiaste que la dernière fois que je l’avais fait (il y a 2 ans), moins émue, presque détachée, faisant cela comme un devoir nécessaire, ne cherchant pas à connaître les autres du stage s'ils n’ont pas envie de parler d’eux, pas vraiment envie d’être portée par un accompagnant dans l’eau. (N°3)

J2 15h, pendant 2h30. Depuis toujours je n’aime pas conduire, je n’y trouve aucun plaisir, ni à l’art du pilotage, ni à la vitesse (cela n’a rien à voir avec de la peur…simplement je n’aime pas conduire): quand j’ai de la route à faire, je "prends sur moi" comme on dit, et j'ai hâte d’arriver. Je préfère faire à pied les 5 Km jusqu’à ma Boite Postale… c’est dire. Bref, moins je conduis, mieux je me porte. Donc cette après-midi, je
dois faire les 2h30 de route pour me rendre sur le chantier. Et comme d’habitude, cette perspective ne me réjouit pas. Bon, je démarre… Je roule… et là, surprise, je réalise en cours de route que je ne suis pas en train de compter les Km qui me séparent du but, je suis détendue, la conduite ne me pèse pas, au point que je N’AI PAS VU LE TEMPS PASSÉ ! ! ! (pourtant, j’ai vérifié, j’ai mis exactement le même temps de trajet que d’habitude). Cela m’a beaucoup étonnée. (N°4)

J6. Journée agréable, c’est le premier vendredi que je ne travaille pas en médecine du travail depuis ces dernières semaines perturbées et je suis heureuse de pouvoir de nouveau exercer en libéral une médecine et accompagnement qui me correspond. Je ressens du bien-être, une confiance intérieure que je cultive par de la méditation, la reprise de l’activité physique plus régulière (que j’ai pu remettre en place cette semaine, tous les jours sauf mardi). J’ai eu deux patients aujourd’hui et je suis heureuse de m'être senti à ma place, juste dans ce que je suis, ce que je dis.
Mon bien-être est allée crescendo cette semaine, homéopathie ? Répercussion de la décision prise sur le plan professionnel avant la prise du médicament ? (N°7)

J33.
À noter que dans la journée je suis calme et prends les choses et relations avec détachement, même je note une baisse des implications affectives. (N°10)

J2 après la trituration 3CH "Lièvre" et "Hase" avec le groupe.
J’ai senti la nécessité de retrouver, ranger et mettre plus en évidence mon dossier "retraite-décès" et de recopier mon testament, simplement, comme une chose naturelle. (Coordinatrice)

RÊVES:
J4 après les triturations en 3CH du groupe. Je suis dans une vieille bâtisse dont le toit est en flammes. Je me vois sous les traits d’un homme (c’est la 1ère fois que ça m’arrive, je crois). Je pense que j’ai le temps, mais je vois tomber un brandon dans la pièce d’à côté. Je ramasse très peu de choses, un peu d’argent et mes vêtements car j’étais dévêtu pour dormir. J’ouvre une porte en bois brut rugueux, sorte de porte de cave qui donne sur un pré. Il fait nuit. Mais finalement c’est par un soupirail au ras de terre, dans un mur de pierre ou de briques crues, que par des allers-retours j’emporte quelques affaires, avec l’aide d’un autre homme ami, jusqu’à la lisière de la prairie. Cela se fait dans l’urgence, mais sans peur ou inquiétude à l’idée de tout perdre. (Coordinatrice)

J3. Voyage en voiture très tranquille (N°4)

J18. Je me suis souvenu d’un rêve où je conduisais dans une circulation dense et bouchonnée, où je passais des heures sans être énervé ni pressé, très calme. Cela étant logique, normal. Et c’est sur cette impression que je me suis réveillé. (N°2)
(À rapprocher de l'expérience de conduite calme de l'expérimentatrice N°4)

J26. Au grand désappointement de mes 3 filles, je m’étais assis sur un superbe fauteuil que je trouvais super confortable, mais qui s’avérait être le "clou" d’une exposition d’un artiste de renommée internationale qui exposait dans la "salle des Illustres" de la mairie! Moi cela me faisait rire, pas les filles ! Je ne sais pas si cela était "grave" car je me suis réveillé très amusé. (N°2)

2 jours après la trituration…Comme je fendais rapidement la foule sans me retourner, je me suis retrouvée seule ayant perdu le groupe avec lequel mon mari était resté. Pas de stress. Je savais que je les retrouverais. (N°6)

2 jours après avoir manipulé les granules à donner aux expérimentateurs. J’ai saigné de la bouche qui est pleine de sang noir coagulé. Je le constate sans émotion. (Coordinatrice)
Maladies des lièvres: Le VHD: On ne constate pas d'amaigrissement. Du jour au lendemain, l'animal qui paraissait sain meurt foudroyé, en général un peu de sang suinte par la bouche et le nez. (Documentation 13)

Enfants, bébés; prendre soin, protéger:
(Voir les rêves d'enfants, bébés)

Relations avec la famille proche:
J2. …il y avait aussi ma grand-mère, il m’arrive encore de rêver d’elle, mais dans les rêves je suis toujours consciente qu’elle n’est là que pour un moment et je sais qu’elle est morte et dans ce rêve je n’avais absolument pas cette impression elle était là, elle ne m’aidait pas, elle avait l’air heureuse et souriait à ce bébé et discutait avec moi. (N°1)

J7. Je me gare près d'un marché dans un village, il y a ma mère, on attend, la radio allumée, on doit aller chez mon frère, ma soeur téléphone qu'il n'est pas rentré puis il appelle disant qu'il était allé faire un tour en Hongrie. Dans ce village, je cherche une papeterie, on m'en indique une à côté du marché, quand c'est mon tour je m'aperçois que c'est une poissonnerie. (N°10)

J12. Je suis dans ma chambre chez ma
mère, j’ai passé la nuit chez une copine, je rentre et elle n’est pas là, elle est dans l’appartement de ma grand-mère. J’essaie de téléphoner, mais je tombe sur ma mère qui ne m’entend pas, elle téléphone aussi depuis l’appartement de la grand-mère et ça bloque la ligne. Elle revient, je lui dis: c’est pas dommage!, je peux enfin téléphoner. Je trie des vêtements dans mon placard, il y a un tee shirt vert pâle que je n’ai pas déballé. Je défais l’emballage et ça s’avère être un pantalon avec en bas des jambes finition comme des manches de tee shirt. Ma sœur a plein de jupes d’été sur son lit. (N°12)

J2 après les triturations en 3CH du groupe. … Je croise ma
mère. Je lui parle avec impatience car, alors que je viens de lui dire que j’ai perdu mon sac, elle me demande si j’ai bien tout ce qu’il me faut. (Coordinatrice)

Pensées, rêves de mariage:
J2 à 6h25. préparatif d’un mariage, je suis invitée quelques jours avant par la mariée au restaurant pour finaliser les préparatifs…(N°7)

3-SIGNES ÉVOCATEUR DU LIÈVRE:

MORPHOLOGIE:
Les pattes postérieures du lièvre sont très longues, plus que celles du lapin, lui permettant de faire de grands bonds.
La nuit après la trituration. Rêve éveillé d'un catcheur avec de grosses cuisses, il doit passer une épreuve d'agilité en passant une jambe puis l'autre au travers d'un cerceau métallique. (N°3)

J1 à 14h et tout le reste de la journée. Au repos, illusion d’une bouche déformée, s’allongeant comme un museau d’animal (N°7)
-Regard, expression:
J1. Les yeux sont comme écarquillés. (N°4)

J2. La tête est tirée en arrière depuis le dessus des orbites (N°4)

J1. 11h15: Sensation des yeux tirés vers l’arrière et sur les côtés lors de la prise. 17H: Toujours la même sensation d’yeux tirés en arrière ou poussés vers l’avant, sensation de traction au niveau des tempes. 20h: Sensation qui dure comme si les joues étaient tirées vers le haut. J2 toute la journée. Toujours cette sensation d’yeux tirés en arrière et de joues tirées vers le haut. J3. Toujours cette même sensation d’yeux tirés vers l’arrière
comme pour être hyper éveillé, élargir le champ de vision (N°12)
Le lièvre est myope, mais yeux disposés latéralement (champ visuel presque égal à 360°). (Documentation 9)

-Dents :
"Ces animaux ont longtemps été classés dans l'ordre des rongeurs. Ils s'en distinguent principalement par leur denture. Cette dernière est caractérisée par la présence de deux paires d'incisives à la mâchoire supérieure (l'une, plus petite, étant située derrière l'autre et cachée par elle) qui sont, comme celles de la mandibule, entièrement recouvertes d'émail. Du fait des ressemblances entre rongeurs et lagomorphes, certains auteurs les réunissent dans le super-ordre des glires." (documentation 6 & 17)

J5. 7h. Rêve : Un homme avec une incisive supérieure
au milieu et un trou noir au bout. Il me dit que c’est une carie soignée. La dent a une forme d’amande et est fendue au milieu. (N°10)
(rainure longitudinale sur les incisives)

GÎTE:
Voir les rêves de maisons: sans confort, avec des parties à ciel ouvert, dans lesquelles il peut pleuvoir.
ALIMENTATION:
Sa nourriture "se compose de toutes les semences et plantes des bois, des champs, des prés, des vignes, d'écorce, de grain, de racines, de plantes, de carottes, de laitues, de navets et autres légumes, d'herbes, de trèfle, de laiteron et de chicorée, de fleurs de jardins, de champignons, de campagnols. Il ne s'attaque aux écorces des jeunes arbres qu'en cas de disette, par hiver rigoureux.”(Documentation 4, seule mentionnant les campagnols, toutes les autres considèrent le lièvre comme strictement végétarien, voir document 18)

J5. Rêve: Un moment après, nous nous retrouvions (l’équipe ?) autour d’une table et j’avais une amie qui me proposait de la
salade qu’elle avait, disait-elle, cultivée dans le sud de la France…. Cette salade était présentée dans un petit saladier et il y avait en fait plusieurs variétés sûrement quelques feuilles de pissenlit, un peu de mâche, quelques autres feuilles de la salade inconnue et surtout des feuilles blanc crème avec de nombreux petits points noirs sur le dessus !! et puis aussi quelques feuilles de menthe, je me souviens de l’odeur dans le rêve et voilà, je goûtais cette salade que je trouvais très bonne. (N°1)

J3. J’arrive, je suis nouvelle pour travailler dans un hôpital ou plutôt dans une maison de personnes âgées. Je monte un escalier pour arriver au bureau, il n’y a personne, j’entre dans une cuisine et me prépare à manger des choses que j’ai apporté et des choses du frigo que j’explore et notamment il y a un bac du frigo rempli
d’endives coupées en morceaux…(N°12)

J27. …
Au marché de ce village, je cherche un chou mais je ne trouve pas ce que je veux. Ils sont sales ou coupés….(N°10)

EXCRÉMENTS :
"Les lagomorphes présentent une adaptation particulière à la digestion de la cellulose. leur intestin possède un gros cæcum à fonction fermentaire dans lequel des bactéries attaquent la cellulose en produisant des acides gras volatils qui servent de nutriments. De plus, à certains moments, les lagomorphes évacuent de ce cæcum des crottes molles et sphériques qu'ils réavalent. Cette matière riche en vitamines et en protéines bactériennes est redigérée. C'est la cæcothrophie, une adaptation qui leur permet, comme la rumination chez les ruminants, de tirer parti de la cellulose et d'augmenter leur ration protéique alors qu'ils ont un régime végétarien strict." (Documentation 6)

« Lorsqu'on voyage dans les régions arctiques, on a souvent l'impression que les populations de lièvres sont importantes parce qu'on aperçoit leurs excréments un peu partout. La raison en est qu'à ma connaissance, aucun autre animal ne mange cet excrément… En cas d'urgence, l'excrément peut servir d'aliment pour l'homme, mais il n'est pas bon au goût et il est sans doute très pauvre en valeurs nutritives. Si on ne trouve pas de graisse de phoque pour l'accompagner, il devient très difficile à avaler à la longue. » - Freuchen 1935. (Documentation 5)

Aspect :
J5  9h selles plus souples que d'habitude mais avec effort, en forme d'olive  mais passent sans laisser de trace.  C'est ainsi depuis 3 à 4 jours. (N°10)

Odeur "alimentaire":
J2 à 9h30 : Ce matin mes selles sentaient le café. Idem J3 (N°1)

J10. Toujours augmentation des gaz intestinaux avec légère odeur de légumes cuits, peut-être un peu alliacée. (N°10)


PRÉDATION:
J6. Avec un ami on fait du tir au fusil, il me demande de m'éloigner pour faire un essai à un endroit où il faudrait que je tire du bras gauche "ça ne fait rien" dis-je…. J'ai pour munitions, en fait, une coupe avec du lait et une poudre blanche au fond, je me demande comment faire. (N°10)

J9. : J’étais invitée chez mon amie d’enfance divorcée qui devait me présenter son nouvel ami. Il était prévu que j’apporte le dessert et je me suis rendu compte que j’avais oublié de l’acheter en arrivant chez elle. Je m’en excuse et à partir de là le scénario devient extravagant.
Ils me prêtent une place de parking, style parking à étages dans une ville surpeuplée ou les garages sont les seuls moyens de stationner. Je trouve le parking en question, puis la place, et part à pied acheter le gâteau. Je ne me rappelle pas de l’achat. Par contre c’est le retour vers la voiture qui est très difficile et angoissant, je ne me reconnais plus, je ne retrouve plus le parking, la population et le trafic de voitures est dense, c’est dangereux, je risque de me faire agresser. D’ailleurs je me fais accoster par des jeunes pas très sympathiques. Je commence à paniquer. Je cours. Je pleure. Je monte, je descends, j’arpente tous ces garages qui sont souvent situés à côté de stations essence et tout se ressemble et je ne reconnais plus rien. Le danger arrive de la rue. Les gens deviennent violents. Je ne trouve toujours pas la voiture, cours après chaque parking, mais je ne reconnais plus les lieux, je suis seule et en grand danger. Derrière moi, une meute violente, il faut courir pour sauver sa peau. La destruction, le feu, la violence sont derrière moi et me rattrapent, je cours, je cours, je fuis, je veux sauver ma peau. Puis je m’arrête, je comprends que si je m’arrête à un certain endroit qui très curieusement est le devant de mon école primaire, perdue dans la campagne gersoise, je suis en sécurité et la meute passera sans m’atteindre. OUF ! fin du rêve. (N°7)

La chasse à courre du lièvre ou petite vénerie

 "Les veneurs sont unanimes sur le sujet : après le courre du loup, celui du lièvre est le plus difficile qui soit. Les Gaulois utilisaient déjà des chiens courants pour prendre le lièvre ; ils excellaient dans cette discipline et l'ont faite apprécier de leurs occupants romains.
 Forcer un lièvre à courre n'est pas une chasse aisée. Même pour les équipages spécialisés, la bredouille est monnaie courante, tandis que les prises relèvent de l'exception.
Il s'agit de la chasse la plus "écologique" qui soit, où les chiens sont les véritables acteurs, puisqu'ils sont chargés de prendre le lièvre, lequel par sa voie légère et ses ruses sophistiquées, a souvent la vie sauve. Si la bredouille est fréquente lors du courre du lièvre, pour les veneurs, cela n'a aucune importance, seule la chasse compte.
Contrairement à la chasse à tir, un lièvre peut vous passer plusieurs fois à portée sans courir le moindre risque. À portée de fusil ne signifie pas à portée de dents des chiens. Car à courre, ce sont les chiens qui prennent et il leur faut de temps à autre des prises afin que l'instinct de capture ne mollisse pas.
 Les chiens doivent être parfaitement créancés bien sûr, fins de nez et rapides. Des chiens trop lents ne prendront jamais le lièvre qui ménagera toujours une longueur d'avance sur eux. Les veneurs qui suivent la chasse à pied, doivent avoir des qualités de coureur de fond et être en bonne forme car il faudra garder le rythme sur de longues distances avant que le lièvre soit épuisé. Le veneur aidera les chiens en défaut en les remettant sur la voie légère et volatile de l'animal de chasse. Il ne faut pas oublier non plus l'aide précieuse des gens qui suivent la chasse et qui depuis les chemins ou des postes d'observation élevés vont informer le maître d'équipage sur la vue par corps de l'animal. Véritable parcours du combattant aux allures de marathon, la petite vénerie du lièvre ne souffre d'aucune médiocrité, c'est une chasse loyale où le lièvre confronté aux chiens, conserve toutes ses chances de fuite." (Document 8)

"L'animal a tendance à randonner, c'est-à-dire à se remettre à son point de lancer; il est très rusé, trace des crochets, des hourvaris, double sa voie. Les inventions du lièvre sont d'une fantaisie diabolique; il prend l'eau, gîte dans un îlot, grimpe sur une tête de saule, se cache sous la rive; sur ses fins, portant queue et oreilles basses, il se gîte une dernière fois, cherchant un trou de lapin, une garenne de blaireau, un arbre creux, même les jupes d'une paysanne. Les chiens le relancent et le prendront en quelques foulées." (Document 4)
4- AUTRES SIGNES PSYCHIQUES:
Activité manuelle ; désir d’ :
J8 à 17h pendant 1h. Envie de faire un métier plus manuel que celui-là. (N°3)
Agacement; opposition : et voir: "Tâches répétitives", "Colère", " Rêves; agacement"
J4. De plus en plus d'agacement vis-à-vis d'une de mes amies très proche qui va mal je supporte peu son malaise résigné et son besoin de faire le bien de tout le monde mes remarques ironiques ne faisant pas évoluer grand chose évidemment (N°4)

J3 à 14h pendant une heure. Je ressens un certain agacement envers un salarié quand il faut que je lui explique le risque chimique auquel il est confronté dans son travail, les informations à collecter et à connaître (j’aime bien en principe cette mission). Je ne peux pas faire mon travail correctement car il ne m'a pas apporté tous les éléments, et je suis agacée contre le salarié ce qui est inhabituel. J’ai hâte de terminer.
Un peu plus tard, je dois taper un courrier et je peste contre le clavier et les quelques erreurs de frappe que je fais. (N°7)

J8.
9h. Je déjeune, mon coryza repart (commencé avant la prise). 2 ou 3 éternuements que je ne peux enrayer comme d'habitude et ça m'énerve, ça fait 8 jours que ça traîne, d'habitude c'est 3 jours maximum, il est vrai que je ne peux me soigner (il prend d’habitude des remèdes homéopathiques) (N°10)

J5. Autant au début ça semblait être de l’ouverture autant là j’ai la sensation de fermeture sur moi-même et un peu d’opposition. (N°12)

J6. Je me sens énervée, je n’ai vu que deux personnes en consultation ce matin. (N°12)

Beauté du corps:
J16 : Je me rends compte que, depuis la prise de "Lièvre" je regarde les jeunes femmes, sans aucune attirance homosexuelle, mais je remarque des fesses trop cambrées, des démarches disgracieuses, de beaux seins. Il me semble que je trouve moins de défauts à celles qui sont un peu grasses. (Voir « RÊVES : Femmes plantureuses ») J28 : Je continue à regarder les seins des femmes jeunes dans la rue, mais maintenant avec dégoût. Cela ne se produit pas lors des examens que je fais en consultation, qui se passent sans affect particulier, comme d’habitude. (N°8)

J1. Dans la même journée, je suis allée chez le coiffeur, je me suis acheté des produits de beauté afin de prendre soin de mon visage (soin fait le soir même) et avant de m’endormir j’ai limé et poli mes ongles. J’ai éprouvé le besoin de m’embellir. (N°7)

Chanter ; améliore :
J13 à 19h. Meilleur moral après avoir chanté. (N°3)
Compagnie; aversion pour:
« Le Lièvre est solitaire sauf en période de rut (bouquinage) à la fin de l’hiver et au printemps où les sujets des 2 sexes se rassemblent, se poursuivent, se battent, sautent en l’air. Les femelles non réceptives repoussent les mâles. » (Documentation 9)
J1. …Je ne cherche pas à connaître les autres du stage s’ils n’ont pas envie de parler d’eux, pas vraiment envie d’être portée par un accompagnant dans l’eau. (N°3)

J5. Je suis restée seule durant le week-end en m’occupant. J’ai décliné l’offre d’une randonnée équestre avec mon compagnon pour le dimanche. (N°3)

J16. J’ai envie de voir personne, enfin bref: super ce remède …(N°12)

J17. … Elle arrive vendredi soir et voudrait être hébergée et emmenée, je n’ai pas du tout envie de le faire, je me sens envahie. Si je le faisais ce ne serait pas par plaisir mais par obligation. J’ai fait des pieds et des mains pour ne pas le faire et ça semble marcher. J’ai réussi à lui dire que je souhaitais être seule le dimanche soir également parce qu’elle voulait aussi être hébergée le dimanche soir. Ah c’est sûr, ça ne me rend pas très sociable. (N°12)

Dépenses :
Le lendemain de la trituration. Dépense de vêtement avec plaisir. (N°3)
Dynamisme ; Gaieté :
Le lendemain matin de la trituration du groupe, levée de bonne heure (à cause de mon fils). Malgré l'heure du coucher tardive et la fatigue chronique que j'ai habituellement, je vaque toute la matinée sans coup de pompe ce qui est exceptionnel, … c'est du bonheur que je ressens comme s'il y avait à cet instant une forme de réponse simple à mes questions. Et je me sens d'humeur enjouée et épouse et mère accomplie et heureuse de l'être. (Superviseuse)

J8. Humeur plutôt joyeuse
malgré la fatigue (couchée tard et peu dormie car réveillée de bonne heure par ma fille) (N°7)

Paresse :
J7. 15h    Depuis la prise du remède baisse de dynamisme, tristesse, tête vide, paresse. (N°10)
Pleurs :
J9 à 20h. Au bord des larmes pour une contrariété due à mon inattention habituelle. (N°10)
Prémonitions : et voir "Rêves prémonitoires"
J16. Le jeudi matin, je suis allé au siège d’une Société en dehors de Toulouse. Après avoir roulé environ 1Km depuis la maison, j’ai eu le pressentiment que la personne que je devais voir ne serait pas là dans son bureau ! Je n’avais pas pris de rendez-vous avec elle car elle n’en prend jamais : "vous passez quand vous voulez, je suis là tous les jours de 8H30 à 16H.30 du lundi au vendredi." Donc, arrivé sur place, puis direction bureau de la dame, là une secrétaire m’interpelle. "Désolée, la personne que vous deviez voir est malade." (N°2)

Repos; désir de:
J9. ce matin après m’être levé, préparé et prêt à me replonger dans le travail, j’ai décidé de faire une pause et de me forcer à rester au calme en restant allongé la matinée pour récupérer un peu des ces dernières nuits de sommeil hachés. (Il s’était réveillé à 2h, 3h et 5h1/2 à cause de la toux.) Bien m’en a pris, l’après midi je me suis senti bien plus efficace que les deux derniers jours réunis! (N°2)

J6. Je n’ai envie de voir personne mais contrairement à d’habitude quand je traverse des épisodes semblables je me sens bien enracinée. Je passe l’après-midi à me reposer et à lire. (N°12)
Tâches méthodiques fastidieuses: et voir « Rêves »
L’expérimentatrice N°9 (Hase 30CH) a du être relancée à de multiples reprises pour finir par envoyer un compte-rendu succinct, sans avoir respecté les modalités de tenue du journal qui avaient été indiquées (ni d’ailleurs les modalités de prise du remède, pris trois fois par jour pendant 4 jours). "Ce n'est pas de la mauvaise volonté, mais manier l'ordinateur me prend du temps".

L'expérimentatrice N°12 (Hase 12CH) a pris le remède sans respecter les consignes, plusieurs jours de suite, plusieurs fois par jour, puis l'a gardé sur elle. Elle a eu des signes très intéressants mais très exacerbés et une exaspération qui augmentait de jour en jour.

J4. Aujourd’hui j’ai oublié mon carnet d'expérimentation. Je me dis que l’expérience ne va pas marcher sur moi. Je sens une espèce d’opposition avec le médicament. Je ne ressens pas de modification particulière, même mon rêve de cette nuit ne me semble pas rattaché comme les 2 autres. Je me sens quand même plus ancrée. Je ne sais pas si c’est le médicament ou la présence à soi-même que ça impose mais bon, j’en ai marre. (N°12)

J5: Rêve en rapport avec le temps, mais je ne sais plus quoi. De toute façon je n’ai pas envie de faire l’effort de me rappeler, j’en ai de plus en plus marre. J6: Rêve de forêt, je rechigne à noter mon rêve et à m’en rappeler, me lève à la dernière minute. Je trouve ça trop contraignant. J15: (
Après avoir transcrit, très succinctement, son rêve:) J’ai la flemme de me rappeler la suite, j’en ai un peu ras-le-bol. J16: Pas noté de rêve ce matin, je ne m’en souvenais plus une fois réveillée et j’avais pas envie. (N°12)

J16. J’apprécie de ne rien avoir à faire de particulier parce que travailler, plus me lever tôt, plus le remède ça me fait disjoncter. J’ai vraiment l’impression d’être en prison avec ce remède qui m’empêche de m’échapper Je deviens parano. J’ai envie de voir personne, enfin bref: super ce remède …(N°12)

J18. Je crois que c’est surtout la contrainte qui m’énerve, quand je n’ai rien à faire de particulier (si je ne travaille pas). En ce moment, je ne peux me contraindre à rien ou à peu de choses. Je me rends compte d’ailleurs que, depuis 2 ou3 jours, je ne me suis rien vraiment mitonné à manger alors que ça n’est pas mon habitude, je laisse un peu tout aller, je ne peux guère que lire et encore pas des trucs trop sérieux, ça me distrait. Si je fais quelque chose de contraignant, il ne faut pas que ça dure trop longtemps sinon ça m’énerve. En fait je me sens contrainte de l’intérieur par ce remède et, du coup, la moindre contrainte extérieure me fait disjoncter, me met en colère, comme si le fait d’avoir les 2 contraintes risquait de me faire disparaître, de me faire perdre mon intégrité. C’est de la colère de survie un peu paranoïaque. C’est vrai que d’habitude je supporte mal les contraintes, mais j’arrive quand même aisément à m’y faire et à les gérer et de mieux en mieux même, mais là c’est tout de suite trop. C’est vraiment un ressenti intérieur, au creux du ventre, comme si je sentais violemment que ça, non, je ne peux pas, je ne sais pas pourquoi mais instinctivement je ne peux pas. (N°12)

Tristesse :
2 jours après la 1ère trituration du poil de hase. Je vais mal, déprimée, découragée… Je me sens incapable de travailler jusqu’à la retraite. (Coordinatrice)

J7 à 15h pendant 5h. Déprime bien qu'active (repassage, comptabilité, gymnastique…) Moral bien meilleur après le dîner à 20h30, mais pas au point d’aller ce soir au cours de théâtre (N°3)

J7. 15h    Depuis la prise du remède baisse de dynamisme, tristesse, tête vide, paresse. (N°10)

X- AUTRES RÊVES :
Accidents:
La nuit après les triturations en 3CH du groupe Je rentre en voiture à la maison. Je veux, comme d'habitude la garer à côté de la maison. Sur le toit de la maison, il y a une échelle couchée sur le toit. Au moment où je m'approche l’échelle glisse et tombe vers la voiture. Réveil avant le contact. (Superviseur)

J3. : Autre scène: c’est l’accident, je ne suis pas seule puisque ce qui me marque le plus, c’est le bus entier ou le wagon de train qui doit expédier ces blessés à l’hôpital. Il y a de l’attente pour prendre ce transport en commun un peu spécial, et puis de nouveau de l’attente à l’arrivée à l’hôpital. Je ne me rappelle pas vraiment de la blessure ou de la douleur, mais c’est l’attente qui est insupportable, on se dispute les places assises et à moment donné, je m’évanouis sur ma chaise (stratégie pour qu’on s’occupe de moi plus vite? ) (N°7)

J33. … Plus loin j'aperçois un petit avion qui s'approche d'un paquebot, il tente un looping à faible altitude et plonge dans la mer. (N°10)

La nuit qui a suivi la trituration. Iceberg qui glisse dans la mer comme des bateaux à toute vitesse. Les bateaux de pêcheur arrivent au port à toute vitesse sans ralentir et viennent percuter le bord de la banquise et cognent les autres bateaux, puis encore un autre bateau arrive au port en ce précipitant sur les autres, c’est un bateau ou un iceberg? (N°11)
Agacement; exaspération :
J4. …Je recevais beaucoup de monde…c’était très convivial mais je me demandais au bout d’un moment comment faire partir tout le monde car j’en avais un peu marre. (N°1)

J2 après les triturations en 3CH du groupej’ai perdu mon sac à main. Je redescends du bus et reviens dans une maison où j’ai séjourné. Je ne le trouve nulle part. Je croise ma mère. Je lui parle avec impatience car, alors que je viens de lui dire que j’ai perdu mon sac, elle me demande si j’ai bien tout ce qu’il me faut… (Coordinatrice)

J3. … je me perds, je cherche quelqu’un, je râle. (N°7)

J3. 06h. Je suis dans une maison qui n'est pas la mienne, ma chatte marche sur une étagère pleine de bibelots, bouscule et casse une petite fiole de verre, mon fils est là et je suis désagréable avec lui. Je cherche une vieille hache que l'on m'a offert pour réparer le manche. Je la vois dehors sur un tas de gravas, je ramasse une branche sèche comme si c'était un manche
et je tape avec contre le mur. (N°10)

J7. Je me promène en voiture avec mon amie, à un moment on a un désaccord et on décide de ne plus se parler. (N°10) 
Animaux :
J6. Sur une table il y a un cafard, un moment d'inattention et puis on ne voit plus le cafard mais il y a le sac de mon amie je dis qu'il doit être dedans elle s'affole et renverse le sac avec son contenu (N°10)

J3. 06h. Je suis dans une maison qui n'est pas la mienne, ma
chatte marche sur une étagère pleine de bibelots…(N°10)

J4. 6h. Il y a un petit
chat, j'essaie de l'attraper mais il fuit; puis je le vois au milieu du chemin mon fils va marcher dessus, mais il est entre les pieds. Je lui dis qu'il a failli l'écraser mais il ne l'avait pas vu. Puis mon amie arrive, elle a changé et grandi de 20 cm, elle dit qu'on lui a greffé un corps, elle a ainsi 15 cm de plus que moi et je me demande ce qui m'attend ce soir ! (N°10)

J38. Dans une salle de spectacle il y a des affaires des danseurs posées sur un banc, entre deux je vois un rat mort. Il y a une musique de tango et je vais danser seul et avec virtuosité. (N°10)

J14. je me rappelle juste un épisode de quelqu'un qui approche de moi un petit rat blanc que je repousse avec force, je n’apprécie pas outre mesure ces bestioles. (N°12)

Qui deviennent humains, ou humains qui deviennent, ou en partie, animaux :
Réunion de synthèse: j'ai rêvé (une fois) de personnages avec des têtes d'oiseau, quelque chose à faire, beaucoup de monde. C'est un cauchemar qui ne me fait pas peur. (N°4)

J20. Je veux vacciner ma chatte, je l'emmène dans un local et ferme le rideau. Je demande le pot à mon amie car la chatte veut uriner, je la prends pour l'y mettre et c'est un bébé. Le pot est de travers, je la pose mal et j'en fais grief à mon amie, de l'urine passe à côté (N°10)

J15. Je suis dans la campagne, on doit se battre, je suis avec un garçon, c’est flou. L’histoire a un rapport avec un livre que je suis en train de lire où un garçon est en contact avec un loup par la pensée et par moments devient le loup. J’ai la flemme de me rappeler la suite, j’en ai un peu ras-le-bol. (N°12)

Argent:
J11. Rêve d’une liasse de chèques dont certains sont des chèques en blanc et qui sont laissés négligemment par mon compagnon. Je lui fais remarquer le risque potentiel de cette attitude, qu’une autre personne pourrait l’abuser. (N°3)

J16. Je suis en Pologne, je demande ou je pourrais acheter de l'argent (des devises)On m'emmène dans une salle, une personne sort des billets neufs, une autre me dit que ce sont peut-être des faux. (N°10)

Ces deux rêves sont à rapprocher de la peur de la coordinatrice que son paiement d'une commande par internet soit piraté (voir "Danger, menace")

J7. J’ai rêvé de personnes avec qui j’ai passé la soirée hier soir, les parents du copain de mon fils. On était sur un bateau leur appartenant et nous voguions sur un canal ou un cours d’eau.
Ils nous étalaient leur fortune et nous n’avions pas le même. On a accosté puis on s’est promené dans une ville, l’homme rentrait dans des boutiques de vêtements de luxe et s’achetait plusieurs affaires. Mon mari restait dehors. Moi j’étais avec son épouse et essayait de lui expliquer notre situation financière et que nos revenus ne nous permettaient pas ce rythme de vie.
(Cet homme gère un golf dans la vie et a effectivement un niveau de revenus différent du nôtre et il m’a demandé hier soir si « mes affaires » allaient bien : le mot « affaires » signifiant pour lui ma nouvelle installation. Quand j’ai compris de quoi il parlait -surprise par le mot dans de telles circonstances- je lui ai répondu que financièrement parlant je ne m’en sortais pas, que les charges étaient plus élevées que les recettes mais qu’humainement j’étais enthousiaste par ce que je faisais et je crois avoir perçu de l’incompréhension de sa part.) (N°7)

J28. J'avais rendez-vous à 16h avec le banquier, mais j'apprends qu'il y a un concert à l'église. Il me dit que j'ai rendez- vous et je reste à la banque, je m'assieds. À droite il y a une fenêtre puis un couloir, une femme passe, c'est une jeune brune, on se sourit. Le directeur n'est pas là,, puis il revient s'assied, derrière lui il y a la mer et les vagues éclaboussent jusqu'à sa chaise. Je lui pose des questions embêtantes sur le crédit immobilier. (N°10)

J19. Je trouve dans mon porte-monnaie une pièce en argent de 20 francs, je sais que j'ai une petite collection de pièces. Dans le rouleau je vois une pièce qui lui ressemble, c'est la même, je mets les deux côte à côte. (N°10)

Collant : et voir Physique : "selles", "bouche"
J15. … je me demandais comment on pouvait utiliser ce produit sans en mettre partout! Et le sirop, ça colle!!! Je n’achetais pas ce produit qui de toute façon ne m’intéressait pas particulièrement. (N°1)
Couleurs : et voir "Yeux, Vision"
J10. J’ai rêvé que j’étais dans une salle avec plusieurs tables et chaque table avait une nappe de couleur différente, c’était des couleurs assez pâles dans les jaune, vert ou orange. Nous étions assis, il y avait plusieurs personnes à des tables différentes et on nous donnait des petits bouts de papier bien pliés, qu’il fallait déplier et il y avait un mot inscrit en allemand et nous devions poser ce petit bout papier en fonction de sa couleur sur une table bien précise par exemple le petit papier jaune sur la table avec la nappe verte ... (N°1)

J15. Je me souviens que j’étais dans une grande surface, il y avait du monde mais sans plus. Au rayon boisson, je voyais du sirop de menthe qui était dans une sorte de poche transparente et cette poche contenait 5 litres de sirop. Je me rappelle bien de la couleur très agréable un joli vert, je trouvais cet emballage très esthétique, cette couleur me plaisait vraiment mais je me demandais comment on pouvait utiliser ce produit sans en mettre partout ! Et le sirop, ça colle!!! Je n’achetais pas ce produit qui de toute façon ne m’intéressait pas particulièrement. (N°1)

J16. Je me souviens que je voyais un très joli ballon bleu foncé certainement en plastique assez gros, mais ce ballon avait plein de petits pics rouge vif (un peu comme ces ballons pour chien), je trouvais ce ballon très joli, j’étais une fois de plus sensible aux couleurs, surtout qu’il était posé sur un joli tapis bien vert, mais je me disais que ce ne devait pas être très pratique de jouer avec. Il y avait des personnes autour de moi, mais je ne sais pas qui. Autre détail important je me souviens très nettement de cette réflexion : ah c’est bien toutes ces couleurs, ma superviseuse va vraiment être contente quand je lui raconterai!!!! (N°1)

4 jours après la trituration …Je me retrouve à part à observer de haut et de loin et je remarquais alors que notre groupe était habillé avec des couleurs, rouge, rose, violet, bleu marine, comme un signe de reconnaissance, et je redescends pour leur faire part de cette remarque. Puis je m’en vais toute seule, je quitte le groupe, à pied il me semble. (N°6)

J4. 06h. …Je note que les tranches de melon sont d'un vermillon étonnant. (N°10)

J32. Je suis dans un musée devant un tableau, j'explique à une jeune femme devant moi comment on obtient cette couleur rouge lumineuse, en fait je n'y connais pas grand-chose. (N°10)

J3. … Elle me montre dans un sac, qu’elle a acheté pour l’anniversaire de son ami, un gâteau de toutes les couleurs, plus pour le look que pour le goût, elle dit que, même si il n’est pas très bon, ce n’est pas grave: il aime tellement les choses originales. (N°12)

Danse:
J38. Dans une salle de spectacle il y a des affaires des danseurs posées sur un banc, entre deux je vois un rat mort. Il y a une musique de tango et je vais danser seul et avec virtuosité. (N°10)

J17. Je fais un stage de danse, on danse une ronde mais on n'arrive pas à être ensemble. Au début certains font 2 pas à droite, 2 pas à gauche et d’autres 3 pas à droite, 3 pas à gauche, on arrête. … (N°12)

Doubles ; objets :
(à rapprocher du curieux besoin de se grouper deux par deux lors de la réunion de trituration)

J2. Deux jarres à couvercle en porcelaine blanche finement cannelée, qu’on ne devait pas vendre séparément car elles ne devaient pas être dissociées. (N°8)

J7. …Je vais chercher ma voiture, il y en a deux
pareilles… (N°10)

J19. Je trouve dans mon porte-monnaie une pièce en argent de 20 francs, je sais que j'ai une petite collection de pièces. Dans le rouleau je vois une pièce qui lui ressemble, c'est la même, je mets les deux côte à côte. (N°10)

J7.
J'achète des sortes de boules qui s'appellent des ki (boules de Qi-Gong?) à des Portugais il y en a coupées en 2, je prends 2 moitiés, on me dit que ce n'est pas de la bonne qualité. (N°10)

J27. Un repas, on sert le vin, j'arrête le geste du serveur en disant "pas trop", il répond que ce n'est pas le mien. Je vois que deux verres sont reliés par des fils, comme ça quand le premier est vide ça sonne dans le 2ème. (N°10)
Eau; inondé; noyade:
"La hase va mettre bas dans un nid caché dans la végétation et garni de ses propres poils…En dehors des prédateurs, la réussite des portées dépend de plusieurs facteurs climatiques, une pluie prolongée constitue certainement l'élément le plus néfaste occasionnant un taux important de mortalité." (Documentation 13)
J2 après les triturations en 3CH du groupe. Je me noie, je suis dans une vaste étendue d’eau avec mes vêtements. Je n’ai plus la force de rester à la surface et pourtant une embarcation approche. Je coule. Je trouve stupide de mourir alors que les secours sont si proches. J’essaie, d’un coup de talon, de remonter à la surface. Je ne pense pas que j’y arrive. (Coordinatrice)

J22. Je me trouvais dans un endroit style sauna, hammam, je ne sais pas trop, un endroit très calme, avec du carrelage bleu et il y avait un endroit un peu plus bas avec quelques marches et, dans cette sorte de pièce entièrement carrelée et non fermée, il y avait un ou deux bains à bulles à même le sol (pas en hauteur) dans ces petits bains il y avait de l’eau. J’étais assise sur les marches des escaliers de cette pièce et je regardais un enfant de ma classe qui jouait tout seul, il n’y avait pas de monde autour. Et puis un monsieur de cet établissement venait et il remplissait très rapidement cette sorte de pièce avec de l’eau, le niveau montait rapidement. L’enfant que je regardais (ou surveillais ?), trouvait cela très amusant et il continuait à jouer en rigolant. Et puis tout d’un coup, il tombait dans un des bains à bulles et bien sûr, il n’avait plus pied…(N°1)

J7. À Paris, je me gare au bord de la Seine mais côté eau, devant un pont, comme une péniche. Je redescends d'un appartement au 3ème, je passe devant les appartements des 2ème et 1er, que l'on déménage. Dans celui du 1er (celui d'un ancien collègue) je reconnais des meubles que j'ai connu, dont une table basse faite de faïences colorées, j'en éprouve du chagrin. Je vais chercher ma voiture, il y en a 2 pareilles, une a de l'eau par-dessus le capot, j'espère que ce n'est pas la mienne. Elle flotte, on me propose une grue mais ça va l'abîmer, je vais appeler les pompiers ou les gendarmes. Si c'est l'autre je ne sais pas comment y accéder. (N°10)

J20. Je dois prendre un paquebot pour l'Italie, mais je voudrais qu'il fasse escale dans une certaine ville, on me dit de me dépêcher car il part, je fais mes bagages en vitesse. Il paraît qu'il y a des sortes d'averses terribles, sortes de trombes d'eau brèves qu'on appelle des bouchons car c'est comme un nuage qui se débouche, et je viens juste d'en voir une. Je n'ai pas le temps de tout prendre, je prends la serviette de bain mais pas le maillot. (N°10)

J28. … Le directeur n'est pas là, puis il revient s'assied, derrière lui il y a la mer et les vagues éclaboussent jusqu'à sa chaise. …(N°10)

J33. … Plus loin j'aperçois un petit avion qui s'approche d'un paquebot, il tente un looping à faible altitude et plonge dans la mer. (N°10)

Encombrement; désordre; saleté; laideur:
J4 après les triturations en 3CH du groupe. Je visite une très vielle bâtisse qui semble transformée en musée, austère, dépouillée comme un couvent. Dans une pièce, mon compagnon et moi ouvrons des tiroirs pour voir ce qu’ils contiennent, peut-être des objets de laboratoire, je ne sais plus. Une femme, sorte d’infirmière, entre, allume la lumière, nous voit faire et ressort en éteignant. Nous allumons et continuons à prospecter dans les tiroirs. Je passe dans une pièce à côté, débarras vétuste et encombré. Je trouve un amoncellement de vieux jouets vétustes et abîmés, dont un oiseau de dessin animé, monstrueux, en ballon dont on a peint la moitié de la tête en bleu, tout dégonflé. J’aurais voulu quelque chose pour mon petit neveu, qui est présent, tout petit enfant, dans la pièce d’à côté, mais tout était trop laid et abîmé. Je pense que tout cela aurait dû être jeté et non déménagé. (Coordinatrice)

J4 après les triturations en 3CH du groupe. …La table est
encombrée de victuailles … je ne trouve que des tasses et cuillères sales... (Coordinatrice)

J22. Je me souviens du premier rêve, j’étais au gymnase à côté de l’école avec les enfants de ma classe (nous y allons les lundis) et là j’avais sorti beaucoup, beaucoup de matériel de sport, le temps passait très vite et c’était l’heure et je me demandais comment faire pour ranger ce matériel rapidement, heureusement il y avait des adultes de l’école qui arrivaient pour m’aider. ( N°1)

J2. J’étais dans un magasin avec beaucoup de vêtements et de nombreuses soldes, mais tout était
moche et sans intérêt et j’ai aussi le souvenir de me dire que ce rêve aussi était vraiment sans intérêt (N°1)

.J27. … Au marché de ce village, je cherche un chou mais je ne trouve pas ce que je veux. Ils sont sales ou coupés … (N°10)

J8. Je suis partie en voyage en voiture, je rentre, je vide la voiture et apporte mon
linge sale à ma mère qui est en train de trier celui du reste de la famille. (N°12)

J5… un lit superposé dont les draps et couvertures sont pleins de poussière. Il faut les épousseter car des gens (des amis ?) viennent dormir. (N°6)

Enfants, bébés :
"Cette espèce peut être très prolifique, puisqu’une femelle a entre 3 et 5 portées par an (parfois 7) suivant les années, ce qui lui permet de donner naissance à 10 ou 13 levrauts par an en moyenne. Ceux-ci, très précoces, sont capables de se reproduire à leur tour dès l’âge de 3-4 mois. Cependant, la mortalité des jeunes étant importante, seul un quart environ d’entre eux atteindront effectivement la maturité sexuelle." (Document 10)

J2. J’ai rêvé que je m’occupais d’un bébé, j’étais en train de le changer, je le connaissais bien. C’était sûrement le mien, un très joli bébé avec des cheveux blonds et des yeux clairs. D’habitude quand je rêve maintenant que j’ai un bébé, je sens qu’il y a dans le rêve quelque chose d’anormal! Là rien de tout cela, c’était très agréable et tout à fait naturel. Dans ce même rêve, il y avait aussi ma grand-mère, il m’arrive encore de rêver d’elle, mais dans les rêves je suis toujours consciente qu’elle n’est là que pour un moment et je sais qu’elle est morte et dans ce rêve je n’avais absolument pas cette impression, elle était là, elle ne m’aidait pas, elle avait l’air heureuse et souriait à ce bébé et discutait avec moi. C’était un rêve très agréable. Je tiens cependant à préciser qu’il y a peu de temps j’ai regardé avec mes filles des films où on les voyait petites (N°1)

J12. J’ai rêvé cette nuit, plusieurs fois me semble t-il, que j’étais à l’école (la fin des vacances approche). Je me souviens tout particulièrement que je me retrouvais à la piscine avec ma classe, c’était une très très grande piscine avec beaucoup, beaucoup d’enfants, du bruit, beaucoup d’adultes aussi. Je devais superviser mon groupe dont je n’étais pas vraiment responsable, j’avais juste des conseils à donner sur la façon de s’occuper des enfants et ma foi ce n’était pas si désagréable de ne pas toujours être dans le feu de l’action. (N°1)

J18. …Ensuite s’en suivait une discussion avec une personne sûrement celle qui m’accompagnait, discussion dans laquelle elle me disait que c’était bien dommage que je n’aie pas eu un 4ème enfant comme j’en avais eu envie
(un peu après la naissance de ma dernière fille, il est vrai qu’avec mon mari nous avions eu ce désir mais il nous semblait alors que cela deviendrait trop difficile matériellement et nous avions donc renoncé à ce projet sans aucune nostalgie ou regret). J’expliquais donc cela à cette personne qui me disait encore que c’était dommage, je lui répondais que tout était très bien comme ça et que j’étais tellement bien avec mes trois. (N°1)

- Qui semblent plus âgés :
"petits naissant velus, yeux ouverts et capables de se déplacer, ce qui est tout à fait différent de l'aspect de foetus présenté par le lapereau nouveau-né." (Documentation 8)

J9. …Je voyais une maman d’élève qui téléphonait avec le téléphone de la classe (qui en réalité bien sûr n’existe pas) et je me disais que ce coup de fil devait être urgent car elle ne m’avait même pas demandé la permission… En m’approchant je voyais en fait que c’était une petite élève habillée comme une dame et qui faisait semblant de téléphoner avec l’extincteur. Dans le rêve, je me disais que quand même confondre un adulte et un enfant c’était pas normal! Je me souviens que c’était troublant et quand je me suis réveillée c’était un souvenir important du rêve. (N°1)

J18. … Je regardais enfin le bébé qui était une très joli petite fille avec des yeux un peu particulier en amande mais relevé un peu vers le haut, très bleus et elle avait des cheveux très longs, je disais au couple qu’elle était très jolie et que je n’avais jamais vu un bébé avec les cheveux si longs. En fait elle avait la tête d’une petite fille de 3 ou 4 ans, le papa la changeait (N°1)

La nuit après la trituration. Rêve éveillé d'un bébé allongé sur le dos, nu, et déjà avec un corps robuste (bien ferme). (N°3)
- qui n’obéissent pas : (à rapprocher de la rétivité à se soumettre aux obligations vue dans le psychisme)
J3. J’étais à l’école entourée de beaucoup d’enfants et j’appelais un enfant pour lui demander d’arrêter de "faire le fou" et comme je ne me rappelais plus son prénom cet enfant continuait à s’agiter comme si de rien n’était. Je me disais qu’en fait il avait bien raison de faire comme ça puisque je ne me rappelais plus son prénom, il pouvait donc faire semblant ne pas comprendre que je lui parlais ….Cela m’énervait bien sûr, mais bon je retrouvais son prénom et je pouvais donc remettre "les choses en place". Je me rappelle très bien de cet enfant, il est effectivement réellement dans l’école et il est d’ordinaire juste un peu coquin !!! …(N°1)

J9. J’ai rêvé que j’étais à l’école (une fois de plus)
(elle est institutrice) c’était la rentrée des vacances. Les enfants étaient en pleine forme, ils ne m’écoutaient absolument pas, s'échappaient un peu partout … je trouvais ça quand même fatigant mais pas si horrible, il me semblait que c’était normal. …(N°1)

- à protéger; en danger :
J22. Je me trouvais dans un endroit style sauna, hammam, je ne sais pas trop, un endroit très calme, avec du carrelage bleu et il y avait un endroit un peu plus bas avec quelques marches et, dans cette sorte de pièce entièrement carrelée et non fermée, il y avait un ou deux bains à bulles à même le sol (pas en hauteur) dans ces petits bains il y avait de l’eau. J’étais assise sur les marches des escaliers de cette pièce et je regardais un enfant de ma classe qui jouait tout seul, il n’y avait pas de monde autour. Et puis un monsieur de cet établissement venait et il remplissait très rapidement cette sorte de pièce avec de l’eau, le niveau montait rapidement. L’enfant que je regardais (ou surveillais?), trouvait cela très amusant et il continuait à jouer en rigolant. Et puis tout d’un coup, il tombait dans un des bains à bulles et bien sûr, il n’avait plus pied, personne de l’avait vu (il y avait des personnes mais je crois derrière une vitre) Mais bien sûr Zorro était là et oui c’était moi une fois de plus!!! et je sautais à l’eau tout habillée pour le sauver, il était très lourd et il s’était endormi (non pas évanoui!!! mais endormi) et puis il se réveillait et me souriait très gentiment et à partir de là ce n’était plus le même enfant mais le visage d’un enfant que je n’ai pas vu depuis très longtemps, un enfant blond aux yeux bleus (il était avec ma fille aînée en primaire) il me racontait son rêve et je me disais que c’était un rêve de "transition", ça existe? Je trouvais cela normal puisqu’il avait failli se noyer !!!! Je voulais également préciser que l’élève dont j’ai rêvé est un enfant noir qui vit actuellement en attente de régularisation et que cette situation, comme celles des autres enfants dans le même cas, me dérange beaucoup et m’inquiète, je me sens relativement (mais sûrement pas assez !) impliquée dans cette lutte. Est-ce que ça a un lien ? Je ne sais pas ? Ce même enfant s’est avéré très téméraire quand nous sommes allés à la piscine dans le cadre de l’école (mais ces sorties ont eu lieu jusqu’en décembre et nous sommes en mars). (N°1)

J2. Je suis en pyjama et je vais chercher 1 catalogue ou 1 atlas chez 1 voisin au-dessus, je me mets dans son lit (il fait froid) pour lire le document. Lui est à côté en train de s’occuper d’une petite fille (ce n’est pas son père, est-ce son maître d’école?), puis je m’en vais chez moi parce que je ‘’faisais trop de bruit’’ en feuilletant les pages; mais en partant je mets son pantalon genre "jean": je ris de mon étourderie en le lui racontant, puis je m’en vais. Ensuite il m’amène la petite fille, et je pars avec elle, qui sautille, dans le bâtiment (est-ce une école?), et en arrivant au bas d’1 escalier, je me rends compte qu’il n’y a pas de rambarde sur la partie de la terrasse juste en face de cet escalier; scandalisée par le danger représenté je veux faire un rapport, mais je ne sais pas à qui ni comment. (genre, qui contacter si c’est un organisme du type Éducation nationale?)…(N°6)

J16. J’apprends par connaissance lointaine qu’une de mes amies habitant sur la Côte d’Azur a perdu deux membres proches de sa famille. Je comprends alors pourquoi, lors d’une lettre qu’elle m’avait écrite, j’avais ressenti qu’elle n’allait pas bien. Mais à ce moment-là, je n’avais rien fait, je ne l’avais pas appelé au téléphone, ni répondu par courrier, j’avais été négligente par manque de temps. Et en apprenant cela, je culpabilise beaucoup et je m’en veux ce n’avoir rien fait alors que j’avais pressenti quelque chose. J’habitais dans un immeuble et cette amie possédait toujours un appartement (qu’elle n’habitait plus) dans cet immeuble. Après avoir appris cette nouvelle, je reviens chez moi, et je remarque des pleurs d’enfants soutenus dans un appartement de l’immeuble. Je m’interroge, j’essaie de comprendre d’où ces cris viennent et je constate qu’ils proviennent de l’appartement de mon amie qui est en principe inoccupé. La porte est ouverte, je rentre, et je vois un enfant dans un lit, perdu, paraissant apeuré et seul dans cet appartement. Je reconnais un des enfants de mon amie et je suis prise d’une grande affection pour cet enfant que je dois consoler et prendre en charge. Je l’habille, le tiens dans mes bras et arrivent alors deux ou trois femmes avec d’autres enfants et qui n’acceptent pas trop de me voir dans cet appartement. Une m’explique qu’elle a en charge de s’occuper des enfants de mon amie pendant quelque temps car celle-ci ne va pas bien du tout et qu’elle ne peut plus s’en occuper elle-même. Je suis prise d’une immense tristesse pour mon amie et d’une grande tendresse pour ses enfants qui ne me semblent pas être dans des mains très aimantes. Cette dame me présente les autres enfants, il y en a cinq ou six et elle me dit que mon amie a gardé la petite dernière, âgée de quelques mois, avec elle. J’essaie de les reconnaître mais je ne les reconnais pas tous car il y a longtemps que je n’ai pas revu mon amie. Je culpabilise de ne pas avoir donné de nouvelles et je ressens beaucoup de tristesse et de compassion pour cette amie qui doit être très mal pour avoir quasiment abandonné ses enfants à une inconnue qui n’est pas très affectueuse. Je suis choquée de cette situation, interloquée, je veux m’occuper de ces enfants qui me semblent malheureux mais je n’ose pas m’interposer. Ils partent et j’ai le cœur gros pour mon amie. Il faut que je rentre chez moi et que je l’appelle immédiatement au téléphone afin de proposer mon aide. (N°7)

J27.
Nous sommes allongés, 3 ou 4, dans une pièce. Une femme me raconte qu'elle a vu un voisin renverser un bébé, puis il l'a menacée et tenté de la renverser pour qu'elle ne témoigne pas. Puis je vois un bébé à côté d'elle, assis par terre comme un chat. Elle en a marre de le porter, elle dit qu'elle tremble trop depuis, il faut qu'elle pose sa main. Elle est allongée parmi d'autres et face à moi. Je lui demande de lever la main, en effet elle tremble, ça fait un vrai ventilateur, alors je prends tendrement sa main dans la mienne un moment et elle ne tremble plus. (N°10)

J50. Un petit garçon perdu dans la rue, je le ramène, il habite dans une maison chez des gens à côté. On entre puis il va vers une autre pièce où il habite, qui est ouverte, mais il faut qu'il entre un code pour prévenir qu'il entre. Je le laisse à ses grands-parents. En sortant je m'aperçois qu'il y avait un chien de garde, noir je crois, et qui n'a pas bougé. (N°10)

J17. Je fais un stage de danse, on danse une ronde mais on n'arrive pas à être ensemble. Au début certains font 2 pas à droite, 2 pas à gauche et d’autres 3 pas à droite, 3 pas à gauche, on arrête. Une petite fille pleure, est toute crispée, j’essaie de la consoler c’est pas facile. J’y arrive en lui mettant un objet en plastique genre ruban mou dans les cheveux. Une autre fille passe en déchirant un papier, comme je la regarde elle me dit que sa maladie lui donne des problèmes de mémoire et qu’elle écrit. (N°12)

Femme plantureuse:
J11. Une femme plantureuse sort de la baignade et je lui passe une serviette, je pense que le soir j'aurai du plaisir avec elle. (N°10)

Labyrinthe:
J3. Impression de dormir en pointillé cauchemar au milieu de la nuit une maison avec plein de pièces vides avec une personne par pièce des membres de ma famille morts et d'autres vivants. Mon but? Les réunir les sortir du labyrinthe? (N°4)

La nuit qui a suivi la trituration. …Puis je me retrouve dans un bus bondé, remplis de personnes en fuite, il circule dans un
dédale de couloir, on croise dans l’autre sens d’autres bus qui vont vers l’immeuble et un tracteur qui change de direction. (N°11)

Langage inconnu (langue étrangère) :
J3. … j'entends la femme rouspéter, je ne comprends pas ce qu'elle dit, puis il me semble que c'est du serbo-croate (langue maternelle de mon père). (N°10)

J4. 06h. Je vais à Toulouse, il y a réunion d'amis
(personne de connu dans le réel). L'un d'eux a inventé une sorte de javanais qui consiste à rajouter "la" après chaque mot, c'est incompréhensible. … (N°10)

J28. Je vais à la banque, là il y a un homme très brun qui s'appelle Etchémara, il est basque. Mais "mara" n'existe pas dans les noms basques, "etche" veut dire maison, je me perds en conjectures sur le sens de "mara". Un autre s'appelle Etchévetché, que je veux prononcer tchevetche, je ne sais pourquoi. "Vetché" n'existe pas non plus en basque, je crois ça veut dire soir en slave. Je me gare et me trompe de direction, je fais demi-tour. J'avais rendez-vous à 16h avec le banquier, mais j'apprends qu'il y a un concert à l'église. Il me dit que j'ai rendez- vous et je reste à la banque, je m'assieds. À droite il y a une fenêtre puis un couloir, une femme passe, c'est une jeune brune, on se sourit. Le directeur n'est pas là, puis il revient s'assied, derrière lui il y a la mer et les vagues éclaboussent jusqu'à sa chaise. Je lui pose des questions embêtantes sur le crédit immobilier. (N°10)

Machines agricoles, engins mécaniques:
Longévité des lièvres; "12,5 ans maximum dans la nature… Nombreuses causes de mortalité  : chasse, trafic routier, beaucoup de levrauts sont tués par les machines agricoles dépourvues de barres d’effarouchement, (Documentation 9)

3 jours après la 1ère trituration du poil de hase. Pays asiatique en guerre. Il y a une bande d’individus dangereux. Un vieil homme érudit est à quatre pattes, je ne sais pas ce qu’il arrange par terre. Un homme arrive vers lui sur un engin lourd à très grosses roues qui semble un engin agricole. Le vieil homme n’a pas le temps de se relever, le conducteur de l’engin lui roule dessus. (Coordinatrice)

La nuit qui a suivi la triturationDans un immeuble, en haut, dernier étage, il ne fallait pas faire de cuisine avant 20h du soir sinon on était attaqué par une monstrueuse géante bête mécanique. Quelqu’un est venu faire de la cuisine à 19h30, il fallait cacher le plat dans le réfrigérateur pour que les odeurs n’attirent pas la bête, on entendait ses pas lourds, secousses et vibrations dans tous l’immeuble à chaque pas. Puis je me retrouve dans un bus bondé, remplis de personnes en fuite, il circule dans un dédale de couloir, on croise dans l’autre sens d’autres bus qui vont vers l’immeuble et un tracteur qui change de direction. (N°11)
Maison :
Compliquée; biscornue:
J22. Dans mon rêve de ce matin, nous étions toute la famille dans une maison en forme de grotte, avec beaucoup de pièces taillées dans la roche, avec un plafond assez haut au centre mais descendant très vite sur les côtés, mais quand même avec tout le confort moderne ! (électricité, chauffage, literie, ordinateur). Je ne savais pas pourquoi ni pour combien de temps on était là ! (N°2)

3 jours après la trituration : Nous étions en groupe dans une maison très compliquée pour préparer (?…) quelque chose, un repas?...(N°6)

4 jours après la trituration  …Puis nous sommes tous dans une grande maison biscornue et on dormait là puisque j’avais un problème de pyjama…(N°6)

Lendemain de la trituration: Je me trouve en groupe dans une grande maison sans confort pour une "expérience" (?…) mais à un moment donné on devait atteindre l’étage supérieur de la maison en passant par une fenêtre intérieure qu’on ne pouvait atteindre qu’en grimpant une rampe lisse: pas simple. Mon mari s’était mis derrière moi pour me pousser et je me hissais à la force des bras, mais épuisée j’ai demandé de l’aide à une personne qui avait déjà atteint ce niveau. Un homme s’est approché de moi et me regardait sans me tendre la main. En désespoir de cause j’ai poussé très fort sur les bras et enfin réussi à me hisser sur le rebord (large) de ladite ouverture. (N°6)

J22. En Afrique un village, il y a un château carré en pierre avec des voûtes romanes.
En face, une maison de 2 ou 3 étages avec des sortes de balcons en pierre et brique dépassant de plus d'un mètre. Quelqu'un dit "on dirait qu'ils tombent" car ils sont inclinés. Au-dessus d'une fenêtre, une sorte de bâti fait de cartes à jouer et à côté, une cloche en bronze, j'attire l'attention de mon amie là-dessus. (N°10)

Ouverte car en construction, inachevée, transparente ou détériorée:
5 jours après la trituration : Je suis en voyage en Espagne (j’en viens) avec des amis dans un hôtel très grand et très moderne (un palace), mais ma chambre, qui donnait sur un extraordinaire jardin, fuyait comme une passoire et il pleuvait sur le lit et à côté, sans que cela pose un problème à la direction de l’hôtel, hôtel vraiment immense…(N°6)

J5…je suis dans une maison au bord de la mer, ouverte à tous vents (ou transparente ?) une chambre à l’étage avec seulement 1 mur sur lequel est appuyé un lit superposé dont les draps et couvertures sont pleins de poussière. Il faut les épousseter car des gens (des amis ?) viennent dormir. (N°6)

J32. Je dois m'inscrire à la fac, on m'indique le bâtiment n°1. Je ne le trouve pas, personne ne sait, puis on m'indique une fente dans un mur comme une boite à lettre, il faut y mettre un document après on t'endort et on sait tout sur toi. Une dame me dit qu'on n'est pas obligé. Puis je trouve le bâtiment n°1, c'est un grand immeuble au bord de la rue, il est fini à demi, de dedans on voit la moitié inachevée, c'est immense et vide comme un grand immeuble où il n'y aurait que les murs et le toit. Un prof fait le laïus d'accueil, je me dis qu'il doit savoir que je ne suis pas passé par la fente et tout ...J'essaie d'expliquer le sentiment d'immensité que procure ce morceau pas fini. (N°10)

J25. Une sorte d'usine ou de magasin, une amie jeune et jolie y est. J'essaie de la voir et quand elle me regarde le bâtiment devient transparent et je la vois et je me dis que c'est un jour formidable car j'ai eu ce privilège, je ne sais quand cela se reverra. (N°10)

J11. Une maison à moitié vieille à moitié neuve qui est l’immeuble qui se trouve en face de moi, elle est habitée. On lui enlève un morceau à la base en laissant l’étage correspondant. Comment ça tient? Avec des grues et on essaie de mettre à la place des colonnes, mais la maison s’écroule à l’introduction des colonnes. Je regarde tout ça d’en face, dans un centre de remise en forme où je fais partie d’un groupe. (N°12)
Pièces nombreuses habitées :
J22. Dans mon rêve de ce matin, nous étions toute la famille dans une maison en forme de grotte, avec beaucoup de pièces…(N°2)

J3. Impression de dormir en pointillé cauchemar au milieu de la nuit une maison avec plein de pièces vides avec une personne par pièce des membres de ma famille morts et d'autres vivants. Mon but? Les réunir les sortir du labyrinthe?. J7: nuit avec cauchemar un peu comme image figée la maison avec chaque personne dans sa boite. J8: Nuit plus calme juste un réveil il y a moins de monde coincé. J9: le cauchemar encore là (N°4)
Issue, en sortir :
J3. Impression de dormir en pointillé cauchemar au milieu de la nuit une maison avec plein de pièces vides avec une personne par pièce des membres de ma famille morts et d'autres vivants mon but? Les réunir les sortir du labyrinthe? J4 : cauchemar, je surplombe la maison ou les personnes cherchent le plan pour se retrouver il n'y a qu'une issue par pièce (N°4)
Vue d’en haut, surplombante :
J4. Cauchemar je surplombe la maison ou les personnes cherchent le plan pour se retrouver il n'y a qu'une issue par pièce (N°4)

Lors de la réunion de synthèse N°5 rapporte un rêve qui concerne l'habitat : je rentre chez moi verticalement tout est en équilibre, comme dans un trou vertical (d'abord meublé comme un studio) de quelques mètres de profondeur. Je dois le quitter momentanément et je le remplis de sable mais longitudinalement, et ça tient par miracle: un pan de sable, tout devrait s'effondrer, d'autant plus que tout l'ameublement a disparu, mais ça tient. J'ai l'impression d'habiter un terrier

Maladie:
Nuit de J2 à J3. Rêve que mes jambes sont oedématiées, comme gorgées d’eau des pieds jusqu’aux cuisses, elles prennent le godet et que je vais sous la douche (de mon ancienne maison) pour faire des exercices de flexion-extension des membres inférieurs, et des sautillements d’un pied à l’autre pour les désengorger. (N°3)

J17. …Une autre fille passe en déchirant un papier, comme je la regarde, elle me dit que sa maladie lui donne des problèmes de mémoire et qu’elle écrit. (N°12)

J11. Rêve parlant de leucémie. (N°12)
Monde (beaucoup de), foule :
J3. J’étais à l’école entourée de beaucoup d’enfants…(N°1)

J4. J’étais à la maison (ou dans ma maison, je crois que c’était une maison différente de celle que j’habite actuellement) mais dans le rêve c’était ma maison et je recevais beaucoup de monde, une grande partie des enfants de l’école et sûrement leurs parents, c’était très convivial, mais je me demandais au bout d’un moment comment faire partir tout le monde car j’en avais un peu marre ….(N°1)

J7. …Il y avait autour de nous une foule importante mais plutôt anonyme, je n’ai pas de souvenir précis de cette foule. (N°1)

J12. … Je me souviens tout particulièrement que je me retrouvais à la piscine avec ma classe, c’était une très très grande piscine avec beaucoup, beaucoup d’enfants, du bruit, beaucoup d’adultes aussi….(N°1)

3 jours après la trituration. … Nous nous sommes retrouvés en montagne pour une randonnée magnifique. À la fin de cette randonnée, nous sommes descendus vers le village et il y avait beaucoup de monde qui redescendait comme nous et c’était très compliqué d’arriver jusqu’au village pour retrouver la voiture. Comme je fendais rapidement la foule sans me retourner, je me suis retrouvée seule ayant perdu le groupe avec lequel mon mari était resté. Pas de stress. Je savais que je les retrouverais. (N°6)

4 jours après la trituration. Je me trouve avec un groupe d’amis et autres personnes inconnues dans un hôtel d’abord pour écouter un candidat à l’élection présidentielle. Arrive le candidat, un homme jeune avec sa femme et le reconnaissant, nous nous embrassons. Je l’avais déjà rencontré chez des amis.
Puis nous sommes tous dans une grande maison biscornue et on dormait là puisque j’avais un problème de pyjama. Quelques jours plus tard on se retrouve tous (encore plus nombreux) pour un immense pique-nique. (N°6)

La nuit qui a suivi la trituration. …Je suis au téléphone avec une copine qui me dit qu’elle ne veut pas manger de foie gras pour le repas de Noël. Une grande tablée avec beaucoup de monde, je suis en bout de table, en jupe noire et sans culotte. (N°11)

J3. Une amie d’enfance à moi fait une galette des rois que nous consommons autour d’une grande table, nous sommes nombreux, elle a mis dans sa galette toutes les fèves qu’elle a trouvées… (N°12)
Moquerie; humiliation, vexation:
La nuit après les triturations "Lièvre" et "Hase" 2CH. Une bande de femmes, style femmes de rotariens, tournicotent autour de ma nièce et l’embêtent. Je lui ai offert un petit appareil photo très simple, comme ceux qu’on gagnait lorsque j’étais enfant dans les concours de châteaux de sable. Je la prends en photo avec. Elle grimace, a envie de pleurer, puis finit par faire un piteux sourire pour la photo. (Coordinatrice)

J6. ...Puis je vais à un autre endroit qui est une salle d'école où je vois une fille isolée a une table, elle est immigrée, elle a une sonnette de vélo qui ne marche pas, j'essaie de la faire tinter c'est pas convaincant "ça ne fait rien" dit-elle, les autres se moquent d'elle. ... (N°10)

J7. Mon père joue au piano un air de ma composition (pas réel), sur le papier il y a une sorte de purée. Puis je vais au W.C., je crois qu'il veut passer avant moi, je lui demande s'il est pressé, vexé il s'en va. (N°10)  

J28. …On arrive au bar, le garçon est de dos, je lui trace une grande croix dorée avec un feutre pour plaisanter, il ne le prend pas mal, moi je trouve que je n'aurais pas dû. …(N°10)
Montagne; neige: (mais c'était la période des congés d'hiver)
3 jours après la trituration : …Puis nous nous sommes retrouvés en montagne pour une randonnée magnifique… (N°6)

J3. Le décor est montagnard, une
station de ski d’hiver, style Font-Romeu, avec de la neige sur la route, des gens qui skient partout, je me perds, je cherche quelqu’un, je râle. (N°7)

J5. Le temps se gâte, on attend pour faire des achats, il pleut, il
neige même. Je dis à mon fils (je ne sais pas lequel) "regarde contre les nuages noirs, on voit les flocons". Il me répond "on hésite et puis c'est quand ça s'aggrave que l'on se décide ", alors on est parti dans la tempête de neige. (N°10)

La nuit qui a suivi la trituration en groupe. Une espèce de couloir presque plat, avec de la
neige, les gens glissent doucement. Une personne lâche quelque chose derrière elle pour se faire pulvériser à toute allure en renversant les gens sur son passage. Puis, des gens sont réunis, on nous demande d’inscrire sur un papier ce que l’on n’acceptera pas de faire au cours du voyage que nous devons faire ensemble. J’inscris que je ne veux pas partir avec la personne qui vend l’eau. (N°11)

J7. Rêve tournant autour de l’impuissance à agir. Je suis en visite chez mes parents, des amis viennent me voir. J’irais bien au
ski, mais je n’ai pas pris mes affaires, et tout me semble trop compliqué à organiser. (N°12)

Mort:
J19. Je vois dans le jardin mes deux chattes (qui sont mortes de maladie depuis plus de deux ans en réalité), elles essaient de s'échapper par le grillage. J'accours et je vois la blanche restée sur le grillage, morte empoisonnée à la strychnine apparemment. Elle est raide, les pattes de devant fléchies symétriquement et celles de derrière allongées raides. Ça ressemblait à un totem. Je pense l'amener chez un vétérinaire pour un contre poison, mais elle se ranime peu à peu sous mes caresses. (N°10)
Prochaine, imminente:
J2 après les triturations en 3CH du groupe.: je me noie, je suis dans une vaste étendue d’eau avec mes vêtements. Je n’ai plus la force de rester à la surface et pourtant une embarcation approche. Je coule. Je trouve stupide de mourir alors que les secours sont si proches. J’essaie, d’un coup de talon, de remonter à la surface. Je ne pense pas que j’y arrive. (Coordinatrice)

J11.
Il y a quelque chose sur le sommet de ma tête, quand j'appuie dessus tout s'éteint, tout est noir, je me dis que ce doit être la mort et j'arrête. (N°10)

J27…. Il me raconte qu'un paysan a acheté un âne et que peu après il a poussé des cornes à l'âne. En fait, on lui a vendu un buffle qui doit mourir après un jour de travail….(N°10)
Nourriture, aliments :
Insuffisante, risquer de manquer de:
J3. C’est la St Valentin et mon mari décide de nous offrir un bon repas commandé chez un excellent traiteur et que nous devons aller chercher pour le manger à la maison. Joie au départ, déception à l’arrivée, le plat est servi sur un plateau, certes cela à l’air plutôt appétissant mais les quantités sont insuffisantes et surtout il manque le dessert. On peut avoir un morceau de fromage moyennant un supplément que nous refusons de payer. Et problème quand il faut partir en voiture avec les plateaux, un verre de vin sans protection posé sur le plateau nous pose problème. Comment le transporter sans le renverser ? Alors la colère me monte et je deviens vraiment mécontente envers ce traiteur. (N°7)

J27. … Je vais directement au restaurant, je me sers, le patron veut enlever le plat mais je l'arrête car je désire prendre le jus… (N°10)

J36. … On apporte le reste de choucroute que j'avais faite, il ne reste que du gras et des pommes de terre. …(N°10)

J2 à 6h25. préparatif d’un mariage, je suis invitée quelques jours avant par la mariée au restaurant pour finaliser les préparatifs. ... Pour le café, arrivent plusieurs personnes à notre table, le café est servi avec nos trois desserts. La mariée se sert une part, il reste deux gâteaux, la seconde personne prend une moitié d’une autre part, moi un tout petit morceau en espérant bien me resservir, mais les personnes venues pour le café grappillent tout jusqu’à deux dernières miettes, on se dispute presque les deux dernières miettes avec quelqu’un d’autre, je râle car je voulais ma part, mon dû, on a mangé mon morceau. (N°7)

Prise en groupe, banquets:
2 jours après la 1ère trituration du poil de hase. Je flirte avec un jeune homme, je dois être jeune moi-même. Nous sommes à une table très grande avec d’autres personnes. Il semble qu’un aliment apporté soit empoisonné et destiné à quelqu’un de précis. Les autres n’en mangeront pas car ce sont des radis, je crois, et qu’ils savent que la personne qui les a cueillis se les est mis dans le nez. (Coordinatrice)

3 jours après la 1ère trituration du poil de hase. Je suis de passage dans une communauté religieuse. J’ai mangé, au bout de la table communautaire, des choses simples. Le plat contenait des vermicelles chinois (je me nourrirais de cela en ce moment). J’aide une fille à faire la vaisselle…(Coordinatrice)

J2. Je suis avec un groupe d’amis (appelés les "Boufmâles" parce que ce sont les mâles qui font la cuisine!) à Biarritz, et la ville se transforme, on voit sur une photo ou un plan en couleur, une des collines qui doit être entièrement construite…(N°6)

3 jours après la trituration :
Nous étions en groupe dans une maison très compliquée pour préparer (?…) quelque chose, un repas ?...(N°6)

4 jours après la trituration.
Rêve: …Quelques jours plus tard on se retrouve tous (encore plus nombreux) pour un immense pique-nique…(N°6)

J2 à 6h25. préparatif d’un mariage, je suis invitée quelques jours avant par la mariée au restaurant pour finaliser les préparatifs. ... Pour le café, arrivent plusieurs personnes à notre table … (N°7)

J4. 06h. Je vais à Toulouse, il y a réunion d'amis
(personne de connu dans le réel). L'un d'eux a inventé une sorte de javanais qui consiste à rajouter "la" après chaque mot, c'est incompréhensible; puis on mange en ville, il y a du foie gras. Quelqu'un dit à sa femme "il était meilleur en 92, année de ton accident, elle répond "ce n'est pas l'année de mon accident, tu te rappelles mieux du foie gras que de mon accident". On est 3 en bout de table, je prends le plat et me coupe une demie part puis passe le plat. Je note que les tranches de melon sont d'un vermillon étonnant. (N°10)

La nuit qui a suivi la trituration. … je suis au téléphone avec une copine qui me dit qu’elle ne veut pas manger de foie gras pour le repas de Noël. Une grande tablée avec beaucoup de monde, je suis en bout de table, en jupe noire et sans culotte. (N°11)

J3. Une amie d’enfance à moi fait une galette des rois que nous consommons autour d’une grande table, nous sommes nombreux, elle a mis dans sa galette toutes les fèves qu’elle a trouvées. Je prends une part, il y a au moins 7 ou 8 fèves dedans je suis contente. Elle me montre dans un sac, qu’elle a acheté pour l’anniversaire de son ami, un gâteau de toutes les couleurs, plus pour le look que pour le goût, elle dit que, même si il n’est pas très bon, ce n’est pas grave: il aime tellement les choses originales. (N°12)

Salade, légumes : voir "Signes évocateurs du lièvre"

Divers rêves d’aliments:
J4 après les triturations en 3CH du groupe. Je suis à la cafétéria d’un grand magasin, il y a mon compagnon, sa sœur et son ami et quelqu’un d’autre. La table est encombrée de victuailles dont deux grands plats couverts de parts de gâteaux au chocolat. Je n’ai pas eu mon café, je ne trouve que des tasses et cuillères sales. J’emporte dans du film plastique des morceaux de gâteaux et des décors en chocolat. (Coordinatrice)

J6. Un seul rêve très court dont je me souviens ; il y avait dans mon frigo beaucoup de plaquettes de beurre (celles que j’achète habituellement). Elles étaient très bien rangées … Je me demandais pourquoi il y en avait autant. Détail amusant ce soir je suis allée faire les courses et pour le beurre comme je ne me souvenais plus très bien s’il en restait, j’en ai pris 2 plaquettes et en rentrant ma fille qui était en train de m’aider m’a demandé ce que nous allions faire de 4 plaquettes de beurre !!! (rêve prémonitoire ou désir de réaliser mes rêves ?) (N°1)

J36. Je dois dîner avec mon fils, il arrive et dit qu'il a déjà mangé, alors je dis que je ne mange pas. Il s'assied et commande, je me dis que j'aurais dû manger aussi. On est dans un restaurant, à une table plus loin est assis Picasso avec quelqu'un, le garçon lui fait des réflexions, son ami part. Il s'adresse à mon fils, il lui demande ce qui ne va pas dans sa vie, puis il vient s'asseoir à notre table et demande à manger. On apporte le reste de choucroute que j'avais faite, il ne reste que du gras et des pommes de terre. Je me dis que quand je dirai que j'ai mangé avec Picasso on ne me croira pas. …(N°10)

La nuit qui a suivi la trituration. Un immeuble, en haut, dernier étage, il ne fallait pas faire de cuisine avant 20h du soir sinon on était attaqué par une monstrueuse géante bête mécanique. Quelqu’un est venu faire de la cuisine à 19h30, il fallait cacher le plat dans le réfrigérateur pour que les odeurs n’attirent pas la bête, on entendait ses pas lourds, secousses et vibrations dans tous l’immeuble à chaque pas…. (N°11)

J7. Sieste: rêve d’œufs. (N°12)
Nu :
J18. J’ai rêvé que j’allais voir une personne qui venait juste d’accoucher, j’allais la voir en salle d’accouchement. En fait je ne connaissais pas cette personne ni dans le rêve ni en réalité. Par contre je connaissais le papa qui était mon collègue dans l’école (qui est jeune et n’a pas d’enfant) c’était lui, en tout cas je l’identifiais comme tel alors que dans le rêve il était blond, en réalité il est très brun. Ce jeune homme était tout nu, ce qui nous surprenait un peu (je n’étais pas seule, mais je ne sais plus avec qui j’étais) mais il nous expliquait que c’était une nouvelle technique pour accoucher (le papa tout nu), une façon plus décontractée nous disait-il. Ah bon, cela ne nous semblait alors tout à fait normal… (N°1)

La nuit après la trituration. Rêve éveillé d'un bébé allongé sur le dos, nu, et déjà avec un corps robuste (bien ferme). (N°3)
J2. …je me trouve dans une salle où toutes les femmes sont nues et moi aussi donc, les hommes non, mais ça ne nous gêne pas, sauf que l’une d’elles dit : « Ah non, on serait mieux entre femmes, c’est notre club », mais rien ne se passe…(N°6)

La nuit qui a suivi la trituration. … je suis en bout de table, en jupe noire et sans culotte. (N°11)
Ordinateur, problème d':
2 jours après la 1ère trituration du poil de hase. Je vais à une réunion sans mon ordinateur alors qu’il était nécessaire, les autres travaillent, je reste assise avec eux, inactive. Quand je récupère mon ordinateur il y a un virus dedans, je vois un texte indiquant qu’une tentative de réparation est en cours, mais elle échoue. (Coordinatrice)

J19. Réveillé avec un rêve dans la tête en lien direct avec les évènements du jour.
Ce qui m’arrive tout de même très rarement de rêver avec autant d’ampleur sur un événement à vivre.
NOTE  DU CONTEXTE : je reçois aujourd’hui des salariés d’une entreprise qui m’a demandé beaucoup de travail afin de comprendre les conditions physiques nécessaires à l’aptitude (définies à partir de plusieurs décrets qu’il a fallu décortiquer), j’ai dû mettre un réseau de spécialistes afin de rechercher des pathologies bien précises, rédiger une vingtaine de documents pour réaliser ces visites d’embauche. Bref beaucoup de travail, une première dans mon exercice de médecin du travail.
Je suis réveillée ce matin par un rêve qui m’a donné des sueurs froides de stress. J’arrive au travail, le fameux jour pour les visites de ces salariés hors du commun. Le médecin inspecteur du travail est là afin que je lui expose mon travail et je ne retrouve plus aucun fichier sur mon ordinateur, tout mon travail a disparu et je ne vais pas pouvoir recevoir ces salariés et effectuer mes visites. Je n’ai plus rien, je suis désespérée, je cours partout dans les bureaux, fouille dans les ordinateurs de mes collègues à la recherche de ces dossiers, le temps presse, le médecin inspecteur attend, les salariés arrivent, comment fais-je faire ? C’est la grande panique, mon assistante, tente de faire patienter les salariés, il y en a un puis deux, trois, quatre…Je me réveille dans un état de stress immense. (N°7)
Perdu; égaré:
J2 après les triturations en 3CH du groupe. Je suis perdue dans une ville que je ne connais pas. Après un rêve compliqué, oublié, je suis sur le point de repartir chez moi. Je finis par reconnaître un terminus de bus qui vont à la gare. Je demande à la conductrice si elle y va bien, elle me fait signe que c’est le bus de l’arrêt d’en face, mais le temps qu’elle me le dise, il démarre à une vitesse invraisemblable et ni elle ni moi n’avons le temps de le héler. Elle me voit si désemparée qu‘elle me propose de m’y conduire, et elle trouve ce qu’a fait son collègue inacceptable. À peine a t’on démarré que je me rends compte que j’ai perdu mon sac à main. Je redescends du bus et reviens dans une maison où j’ai séjourné. Je ne le trouve nulle part. Je croise ma mère. Je lui parle avec impatience car, alors que je viens de lui dire que j’ai perdu mon sac, elle me demande si j’ai bien tout ce qu’il me faut. Je rêve qu’il faut que j’aille aux toilettes et je me réveille avec une forte envie d’uriner. (Coordinatrice)

3 jours après la trituration :
À la fin de cette randonnée, nous sommes descendus vers le village et il y avait beaucoup de monde qui redescendait comme nous et c’était très compliqué d’arriver jusqu’au village pour retrouver la voiture. Comme je fendais rapidement la foule sans me retourner, je me suis retrouvée seule ayant perdu le groupe avec lequel mon mari était resté. Pas de stress. Je savais que je les retrouverais. (N°6)

J3. le décor est montagnard, une station de ski d’hiver, style Fond Romeu, avec de la neige sur la route, des gens qui skient partout,
je me perds, je cherche quelqu’un, je râle. (N°7)

J5. Même cauchemar qui me réveille au milieu de la nuit je n'arrive pas à
faire se retrouver les personnes de chaque pièce et ça m'angoisse (N°4)

J1. Mon ex-épouse, décédée il y a 1 an,
a perdu un collier type chaînette dorée. Je vais dans un bureau voir si on l'a retrouvé, on me présente un collier fait d'espèces de perles vertes mais cela ne lui va pas au teint qu'elle un peu rougeaud (dans le rêve) et je refuse. (N°10)

J28. …
. Je me gare et me trompe de direction, je fais demi-tour. (N°10)

J29. J'ai amené des petites cuillères au restaurant. Après j'ai peur de les avoir oubliées et je pense téléphoner, puis je vois des petites cuillères attachée ensemble par 3 ou 4. N°10.
Poison:
2 jours après la 1ère trituration du poil de hase. … Nous sommes à une table très grande avec d’autres personnes. Il semble qu’un aliment apporté soit empoisonné et destiné à quelqu’un de précis. Les autres n’en mangeront pas car ce sont des radis, je crois, et qu’ils savent que la personne qui les a cueillis se les est mis dans le nez. (Coordinatrice)

J19.
Je vois dans le jardin mes deux chattes (qui sont mortes de maladie depuis plus de deux ans en réalité), elles essaient de s'échapper par le grillage. J'accours et je vois la blanche restée sur le grillage, morte empoisonnée à la strychnine apparemment. Elle est raide, les pattes de devant fléchies symétriquement et celles de derrière allongées raides. Ça ressemblait à un totem. Je pense l'amener chez un vétérinaire pour un contre poison, mais elle se ranime peu à peu sous mes caresses. (N°10)
Des appâts empoisonnés à la strychnine sont encore parfois employés pour détruire les nuisibles, en particulier les rongeurs. Les lièvres sont aussi victimes des insecticides, pesticides, herbicides, fongicides dont sont abondamment imprégnés les végétaux qu’ils mangent et, s’ils n’en meurent pas, cela peut altérer leur santé et les rendre plus vulnérables à la prédation et aux maladies.
(Documentation 18)

Prémonitoires, prophétiques :
J6. Un seul rêve très court dont je me souviens; il y avait dans mon frigo beaucoup de plaquettes de beurre (celles que j’achète habituellement). Elles étaient très bien rangées … Je me demandais pourquoi il y en avait autant. Détail amusant ce soir je suis allée faire les courses et pour le beurre comme je ne me souvenais plus très bien s’il en restait, j’en ai pris 2 plaquettes et en rentrant ma fille qui était en train de m’aider m’a demandé ce que nous allions faire de 4 plaquettes de beurre!!! (rêve prémonitoire ou désir de réaliser mes rêves?) (N°1)

J6. Petit hasard curieux par rapport au rêve de la nuit dernière: j’ai vu en vrai les "étagères alvéolées". Cet après-midi, pendant la visite de la Cité de l'Espace à Toulouse, dans un endroit improbable: la copie du lieu de vie des astronautes dans la Station Internationale ISS! Bon, cette étagère n’était pas en U, mais sur un seul côté, mais tout à fait ce que j’ai vu en rêve! Dans ces casiers les stocks de victuailles! (N°2)

J14. Nouveau rêve ce matin, ou plutôt léger cauchemar qui m’a réveillé: J’avais loupé un rendez-vous très important avec la maire adjointe pour présenter mon entreprise! Erreur de date sur mon planning! Bon là, rien de spécial à part le réveil un peu désagréable. Mais ce qui est curieux, c’est que dans la matinée vers 9H30 , la secrétaire de la Maire adjointe m’appelle pour me proposer de venir ce matin à 11H30 voir l’adjointe au maire, une personne s’étant désistée pour cette heure-là! Mon RDV initial, pris avant le début de l’expérimentation, était programmé le mois suivant le mardi 27 mars à 11H30. Le plus surprenant c’est que j’avais marqué par erreur sur mon agenda ce rendez-vous du 27 mars au mardi 27 février! (d’où certainement le rêve sur l’oubli du rendez-vous). (N°2)
Protecteurs, héros :
J5. j’ai rêvé que j’étais "Flic" dans une série américaine, J’étais bien une femme en tenue bleu marine! J’avais une chef (une femme aussi) très sympathique. Je trouvais cette situation amusante mais quand même un peu bête. Je me disais que puisque j’étais dans cette série, je serais plutôt un héros mais pas violente, mais je serai capable d’arrêter de manière pacifique les meurtriers les plus violents! (ben voyons!) (N°1)

J22. …L’enfant que je regardais (ou surveillais?), trouvait cela très amusant et il continuait à jouer en rigolant. Et puis tout d’un coup, il tombait dans un des bains à bulles et bien sûr, il n’avait plus pied, personne de l’avait vu (il y avait des personnes mais je crois derrière une vitre) Mais bien sûr Zorro était là et oui c’était moi une fois de plus!!! et je sautais à l’eau tout habillée pour le sauver… (N°1)
Répétés plusieurs nuits :
L’expérimentatrice N°4 a fait un rêve similaire à J3, J4, J7, J8 et J9.
Réprimandes, reproches, gronderies :
J8. J’ai rêvé que j’étais probablement dans un collège et une personne ou plutôt 2 personnes étaient derrière un bureau avec une feuille et m’expliquaient qu’une de mes filles ne pouvait pas rentrer au collège, elle devait redoubler le CM2 …. J’étais quand même étonnée et je leur disais que si c’était nécessaire et bien je n’y voyais pas d’inconvénient. Mais je leur disais aussi que je ne comprenais pas trop puisque l’enseignante de ma fille ne m’avait jamais parlé de cette éventualité …. Et qu’elle était une bonne élève avec des notes plus que correctes. Une des 2 personnes se mettait alors en colère et me disait que je n’avais rien compris, que les appréciations n’avaient rien à voir et que ce qui comptait c’était uniquement un tableau qu’elle me montrait et surtout me disait –elle "c’est cette grosse flèche rouge ici!!! tout dépend de ça"… et que je n’avais pas le choix, sinon il faudrait que ma fille aille dans un établissement spécialisé…. Je trouvais ce comportement surprenant, mais je ne me révoltais pas et je partais en me disant que je n’avais peut-être pas assez suivi ou observé ma fille mais j’étais quand même décidée à rencontrer son enseignante … (ma fille doit effectivement rentrer au collège l’année prochaine … à moins qu’elle ne redouble!!! non en fait, elle ne rencontre aucune difficulté particulière et je ne m’inquiète pas pour sa scolarité). (N°1)

J22. J’étais dans un jardin (peut-être celui de mes parents), nous étions soit en famille, soit entre amis et mon mari prenait une cigarette et je lui disais que ce n’était pas possible et comme il ne m’écoutait pas, je prenais cette cigarette et je la découpais en rondelles (et toc non mais!!!). C’est vrai qu’en réalité, je n’ai aucune envie qu’il recommence à fumer, surtout quand il tousse, et quand je le revois très occasionnellement reprendre une cigarette ça m’énerve mais je crois que je ne me permettrais pas de la lui arracher pour en faire des confettis. (N°1)

3 jours après la trituration. Je me mets un DIU, mais le crochet en ferraille me blesse à la longue, la gynécologue que je consulte me l'enlève et me gronde de l'avoir posé moi-même car c'est mal fait. (N°3)

J2 à 6h25. préparatif d’un mariage, je suis invitée quelques jours avant par la mariée au restaurant pour finaliser les préparatifs. Celle-ci nous annonce au cours du repas que la situation financière de ses parents a changé et que si elle avait su, elle ne nous aurait pas invité (elle organise comme ça chaque repas avec différents invités deux à trois jours avant le mariage), je ressens de la gêne, je n’avais rien demandé et voilà qu’on me met dans une situation délicate (je pense alors à donner de l’argent pour le cadeau de mariage, notamment pour couvrir les frais de restaurant). Avant le dessert, on nous enlève la carafe d’eau et j’ai très soif, comme le serveur ne revient pas, je me lève et je me déplace près de chaque table vide à la recherche d’une carafe même entamée, j’ai très soif et me fiche de savoir que la carafe a servi à qu’un avant moi. J’en trouve une pleine sur une table, la serveuse passe alors par là et critique ma conduite puis s’excuse quand je lui dis qu’on n’a plus d’eau…(N°7)

J3. … les quantités sont insuffisantes et surtout il manque le dessert. On peut avoir un morceau de fromage moyennant un supplément que nous refusons de payer. Et problème quand il faut partir en voiture avec les plateaux, un verre de vin sans protection posé sur le plateau nous pose problème. Comment le transporter sans le renverser? Alors la colère monte et je deviens vraiment mécontente envers ce traiteur. (N°7)

J3. 07h. J'ai loué un garage chez des gens et je dois passer par leur chambre
pour y accéder, je fais attention de ne pas les réveiller en passant, pensant qu'il aurait été plus simple de me donner la clé du garage, mais une fois passé j'entends la femme rouspéter, je ne comprends pas ce qu'elle dit, puis il me semble que c'est du serbo-croate (langue maternelle de mon père). (N°10)

J4. 06h. … puis on mange en ville, il y a du foie gras. Quelqu'un dit à sa femme "il était meilleur en 92, année de ton accident, elle répond "ce n'est pas l'année de mon accident, tu te souviens mieux du foie gras que de mon accident". (N°10)

J20. Je veux vacciner ma chatte, je l'emmène dans un local et ferme le rideau. Je demande le pot à mon amie car la chatte veut uriner, je la prends pour l'y mettre et c'est un bébé. Le pot est de travers, je la pose mal et j'en fais grief à mon amie, de l'urine passe à côté (N°10)

J36. …On est dans un restaurant, à une table plus loin est assis Picasso avec quelqu'un, le garçon lui fait des réflexions, son ami part. …il vient s'asseoir à notre table et demande à manger…Il demande si on peut faire venir des journalistes, mais je lui dis que l'on se ferait engueuler par nos femmes, il répond que ça ne lui fait rien. (N°10)

J12. Je suis dans ma chambre chez ma mère, j’ai passé la nuit chez une copine, je rentre et elle n’est pas là, elle est dans l’appartement de ma grand-mère. J’essaie de téléphoner, mais je tombe sur ma mère qui ne m’entend pas, elle téléphone aussi depuis l’appartement de la grand-mère et ça bloque la ligne. Elle revient, je lui dis: c’est pas dommage, je peux enfin téléphoner…. (N°12)
Rire, Gaieté:
J2. …Dans ce rêve des femmes du personnel municipal qui aide les enseignants en maternelle partaient se promener ou plutôt travailler (elles avaient des dossiers sous le bras!) à bord d’un magnifique petit bus très joli mis à disposition exprès pour elle, elles avaient l’air très contentes. Je trouvais cela particulièrement curieux mais plutôt amusant! ( N°1)

J2 à 7h. Rêve de quelque chose en rapport avec le rire , comme s'il y avait 2 chemins à prendre dont le chemin du rire, je sens en le notant un rapport avec le remède. (N°12)

Tâches méthodiques; fastidieuses :
La nuit après les triturations en 3CH du groupe. Je suis devant un tableau électronique avec des dizaines de boutons lumineux, de forme rectangulaire et de couleur jaune orangé. Ma tâche consiste à éteindre un à un tous ces boutons lumineux en appuyant dessus. Le premier sur lequel j'appuie se comporte bizarrement. Au lieu de s'éteindre il commence à se déliter, tomber en miettes lumineuses, un peu comme un ancien pare-brise quand ça cassait. Donc le bouton ne s'éteint pas vraiment, mais des points lumineux s'éteignent les uns après les autres, jusqu'à disparition totale. Ce qui est net, c'est que tant qu'un point reste allumé, il garde sa couleur et sa luminosité d'origine. La lumière de chaque point passe de tout à rien. Après constatation des effets sur le premier bouton, je recommence sur un autre avec les mêmes résultats, et ainsi de suite. Pas d'émotion ou de sensation particulière. Je suis juste intrigué. (Superviseur)

J10. …on nous donnait des petits bouts de papier bien plié, qu’il fallait déplier et il y avait un mot inscrit en allemand et nous devions poser ce petit bout papier en fonction de sa couleur sur une table bien précise par exemple le petit papier jaune sur la table avec la nappe verte. Je trouvais cette tâche beaucoup trop méthodique et très énervante, je me demandais à quoi ça servait. (N°1)

J7. j’ai fait un rêve qui m’a semblé durer très longtemps et qui était fatigant et énervant! J’écoutais les discours de la candidate à la présidence de la République et je devais lui faire part quasiment en direct de mes réflexions. Il y avait autour de nous une foule importante mais plutôt anonyme, je n’ai pas de souvenir précis de cette foule. (N°1)

J3. Après avoir eu l’impression d’avoir eu une nuit agitée, sur le petit matin je me souviens de rêves confus: une mise en place d’une méthodologie, d’un "process" style "NF" pour les phases de l’endormissement et du réveil. Des méthodes qui avaient la fâcheuse tendance à changer toutes les heures! avec, je ne sais pourquoi, un soupçon d’expérimentation homéopathique, du style: penser à noter les réactions aux changements des façons de s’endormir et de se réveiller. Finalement, je me suis réveillé bien content d’arrêter cette "gymnastique"! (N°2)

J3 à 02h. …Je reçois un message avec des petits ronds de papier blancs, certains sont des moitiés, ce serait pour les allergies, je suis sur le balcon ne comprenant pas et je reçois une feuille avec plein de ces ronds à détacher et coller. Réveil jusqu'à 4h. (N°10)
Temps:
J5. Rêve en rapport avec le temps, mais je ne sais plus quoi. De toute façon je n’ai pas envie de faire l’effort de me rappeler, j’en ai de plus en plus marre. (N°12)

J9. Comme si le temps était ramené à zéro chaque fois que je l’utilise ce qui me laisse l’occasion de faire des expériences sans perdre mon temps. Je suis dans un endroit ancien, je passe dans une sorte de stand de kermesse ou la blague tourne autour du Haut-Doubs (département français) et ça s’adresse à tout le monde. Au départ je dois décompter mon temps, puis je vois l’instant où tout est ramené à 0, j’en suis très contente. (N°12)
Titres de transport:
J9.: Je prends le métro, mais mon ticket est abîmé et ne passe pas, je franchis quand même le portillon, je cherche par terre un ticket du jour qu’aurait jeté un usager; je ne trouve que des coupons ou cartes de réduction. Je vais sur le quai, la ligne fait une boucle dans la station, comme un méandre. (N°10)

J4. Rêve de train, dans une gare ou une aérogare, je suis avec une amie et on échange nos billets contre d’autres. Je paye 1.50 et elle 4.50E. On bouquine en attendant le train, je recopie un cours. Nous avons des trains différents, elle part 3h après moi. (N°12)
Tunnels, couloirs, corridors: (voir les conditions d'élevage des animaux de l'expérimentation)
J34. Je vais m'asseoir à une terrasse de café, je m'aperçois que je suis dans un train qui rentre dans un tunnel, je me dis qu'il peut tomber en panne et que je peux rester 21 jours sans boire ni manger. Je me vois allongé dans un étroit boyau sans savoir si je m'en sortirai et je me réveille. (N°10)

La nuit qui a suivi la trituration. Rêve d’un couloir avec plein de gens qui doivent le traverser, poursuite. (N°11)

La nuit qui a suivi la trituration…Puis je me retrouve dans un bus bondé, remplis de personnes en fuite, il circule dans un dédale de couloir, on croise dans l’autre sens d’autres bus qui vont vers l’immeuble et un tracteur qui change de direction. (N°11)
Vent :
J27 … Alors je me mets à côté, contre une sorte de cloison, mais le vent d'autan me gêne pour écouter, il résonne dans mon abri. (N°10)
Voyage :
J10. Rêve histoire d’emménagement dans une grande ville genre Paris. Voyage, itinéraire. (N°12)

J4. Rêve de train, dans une gare ou une aérogare, je suis avec une amie et on échange nos billets contre d’autres. Je paye 1.50 et elle 4.50E. On bouquine en attendant le train, je recopie un cours. Nous avons des trains différents, elle part 3h après moi. (N°12)
Divers :
J12. …Dans une autre partie du rêve, j’allais voir une copine dans une autre école, cette amie me montrait des petites chaises, il y en avait des bleues et d’autres blanches, mais je lui disais qu’elles risquaient d’être trop grandes pour notre spectacle (N°1)

La nuit d’après la trituration. Je me souviens très bien d’un rêve fait dans la nuit de la 1
ère soirée chez la directrice d’expérimentation: la sensation de voler dans les airs, attention pas très haut pour cause de vertige, sensation très agréable, mais un peu bizarre, voire anormale, même dans mon rêve. (N°2)

J5. Je me suis réveillé vers 6h30 par une toux et je me suis souvenu d’un rêve étrange où devant mes yeux il y avait une étagère en U, virtuelle, formée par des alvéoles où je pouvais ranger des objets usuels (téléphone, clés, médicaments, papiers) et qui disparaissait dès quelle était pleine et réapparaissait en fonction de mes besoins ou envies! (N°2)

3 jours après la trituration. Agriculteur qui travaille dur la terre, recherche un trésor dans son champ et le trouve en tapant un muret séparant deux champs. Il trouve une petite caisse scellée dans un petit escalier inclus dans ce muret. (N°3)

J8 : une seconde avant la sonnerie du réveil, dans mon rêve, trois brèves sonneries différentes de celui-ci, comme un appel téléphonique. (N°8)

J7. Dans un village il y a un ancien patient (non réel). Il veut me voir, il est dans un théâtre au 11ème rang. En fait je compte, il est en haut, il est content de me voir. (N°10)
J16. On construit une décharge comm
e un large mur de 100 m de long, on ajoute 20 cm de plus chaque jour et je dis que dans quelques années ce sera aussi haut que les immeubles à côté. (N°10)

J16. Une grande pièce carrée avec des étages à l'intérieur (une université?). Je demande s'il y a quelqu'un; il y a une prise où l'on peut brancher son téléphone et comme cela on peut avoir des informations, je dis que c'est important en ce moment, l'autre est d'accord. (N°10)

J25. Je suis avec des amies, je prends la cigarette entamée de l'une et vais fumer, je trouve cela absolument délicieux, ça remplit la bouche d'une saveur piquante agréable mais n'ose pas avaler la fumée, alors je décide de ne pas rendre la cigarette (en vérité je ne fume pas du tout). (N°10)

J25. J'apprends qu'existe un règlement du travail qui limite le nombre de trajets aller et retour du personnel à 20 par semaine. (N°10)

J27. Je suis en retard au travail car j'ai oublié qu'il y a 1 h de route et j'arrive en 20 minutes. Je vais directement au restaurant, je me sers, le patron veut enlever le plat mais je l'arrête car je désire prendre le jus. Il me raconte qu'un paysan a acheté un âne et que peu après il a poussé des cornes à l'âne. En fait, on lui a vendu un buffle qui doit mourir après un jour de travail. Au marché de ce village, je cherche un chou mais je ne trouve pas ce que je veux. Ils sont sales ou coupés. En marchant, je joue du tamtam avec une planchette en bois, on dirait du djembee, on me dit que je joue bien et qu'il y a une messe chantée de communion à l'église. Je demande si je peux aller écouter, mais on me dit que je serai gêné par des adolescents qui en sortent souvent. Alors je me mets à côté, contre une sorte de cloison, mais le vent d'autan me gêne pour écouter, il résonne dans mon abri. (N°10)
J28. Un ami (décédé il y a quelques années) me dit qu'il a mis des bombes ou des incendies dans la ville pour désorganiser la police et pouvoir piller les grands magasins. Tout le monde pille et je me hasarde moi aussi à prendre des choses encombrantes, le paquet trop long me gêne. Puis il dit qu'il a une parente (soeur?) qui a des origines marocaines, elle est basanée, personne n'ose le lui dire, quelqu'un le lui dit, elle devient furieuse. (N°10)
J29. On se promène dans un site touristique, avec un autre on prend des chaises, fauteuil et petites tables en osier, c'est pas lourd et ça s'emboîte. On veut aller à la réception et on se dit qu'il ne faut pas les laisser là. On les prend et on descend avec une échelle en bambou en se tenant par une main à la rampe, il manque un barreau, je dis de faire attention. On arrive au bar, le garçon est de dos, je lui trace une grande croix dorée avec un feutre pour plaisanter, il ne le prend pas mal, moi je trouve que je n'aurais pas dû. (N°10)

J29. Une jeune femme nord-africaine me regarde, il émane d'elle une sorte de longue feuille étroite repliée en 2 en forme de V qui part de sa figure en biais vers le sol. Image persistante. (N°10)
J32. Je cherche l'adresse de mon amie pour lui envoyer quelque chose. Sur l'enveloppe, je mets des explications pour le facteur: au coin de l'avenue, au feu rouge, en face de la clinique vétérinaire. (N°10)

J33.
Je trouve un paquet enveloppé dans une toile, laissé par mon père après sa mort et qu'on avait oublié. Il y a une lettre disant "voyez comme votre père était un grand peintre". Il y a des dessins en couleur qui sont des portraits de lui. Des gens arrivent, on se met à table et il y avait aussi à manger dans ce paquet. Puis on voit une invention de mon père, c'est un bateau pour personnes infirmes où elles peuvent manger sur la mer. La barque est attachée au quai. Plus loin j'aperçois un petit avion qui s'approche d'un paquebot, il tente un looping à faible altitude et plonge dans la mer. (N°10)

J36. Je dois dîner avec mon fils, il arrive et dit qu'il a déjà mangé, alors je dis que je ne mange pas. Il s'assied et commande, je me dis que j'aurais dû manger aussi. On est dans un restaurant, à une table plus loin est assis Picasso avec quelqu'un, le garçon lui fait des réflexions, son ami part. Il s'adresse à mon fils, il lui demande ce qui ne va pas dans sa vie, puis il vient s'asseoir à notre table et demande à manger. On apporte le reste de choucroute que j'avais faite, il ne reste que du gras et des pommes de terre. Je me dis que quand je dirai que j'ai mangé avec Picasso on ne me croira pas. Il est très sympa, je ne sais quoi lui dire. Il demande si on peut faire venir des journalistes, mais je lui dis que l'on se ferait engueuler par nos femmes, il répond que ça ne lui fait rien. Un autre ami à lui arrive, c'est un géant, il s'assied à côté de Picasso et étend ses bras qui vont jusqu'à ma chaise on se sert. (N°10)

J37.
Des gens sont assis à une table, un homme passe en bousculant vivement entre deux personnes, l'une est son amie ou épouse. Puis c'est elle qui passe en bousculant. Je vais m'asseoir plus loin pour rêver. (N°10)

J39. Dans un magasin, j'achète plein de choses et cherche comment les combiner pour pouvoir tout transporter ensemble. (N°10)

Bien qu'intéressants, les rêves suivants de cet expérimentateur sont tardifs et il est difficile de dire s'ils sont encore en relation avec la prise du remède
J41. Je vais tailler les figuiers chez mon amie. Ils forment une haie, des branches tombent sur la clôture. Je m'aperçois qu'il y a des figues mûres déjà, j'en mange. Il y en a une qui contient une sorte de poche avec des petits fruits rouges dedans mais c'est bon aussi. (N°10)

J42. Un gros chien noir, une chatte noire avec son petit, en arrivant chez moi je m'aperçois qu'ils sont montés dans ma voiture. Chez moi ils s'entendent bien avec mes chats sauf une noire (en vrai décédée) qui attaque le chien. J'essaie de les remettre dans la voiture pour les ramener. (N°10)


J43. Voyage en bateau. Des paysans que je connais du marché m'offrent de l'ail, l'un d'eux me donne une qualité inférieure mais l'autre, que je connais, me donne de belles gousses. (N°10)

J44.
Une salle de spectacle sombre. Un couple se donne rendez-vous à l'aide de petits ordinateurs où le trajet pour se rejoindre se trace en trait lumineux. Je note que ces gens suivent ce trajet. Puis il doit y avoir de la musique pour danser, je n'ai pas envie de rester. Je rencontre un noir qui ressemble a un que j'ai connu, je voulais lui demander s'il est de la même ethnie. Puis il est question de traversée de l'Atlantique en avion. L'avion atterrit à Bordeaux place des quinconces. (N°10)

J46. Un petit garçon sur un balcon, il a vu un chien et, pour montrer comme il fait, se met à tourner sur lui-même comme un danseur très bien. Puis il dit: "il a fait comme çà" et donne un coup de pied en l'air. (N°10)
J50. Sur un bateau, je suis sur le pont, plus bas il y a des pommes, j'en prends une et demande à qui elle est, les gens en bas n'en veulent pas, je la garde. En mangeant les pommes on crache les restes à la mer, ça attire les poissons. Un directeur fait un discours, au retour je lui demande si sa femme a accouché sur le bateau "non à Alger" me répond-il. (N°10)

J3. J’arrive, je suis nouvelle pour travailler dans un hôpital ou plutôt dans une maison de personnes âgées. Je monte un escalier pour arriver au bureau, il n’y a personne, j’entre dans une cuisine et me prépare à manger des choses que j’ai amené et des choses du frigo que j’explore et notamment il y a un bac du frigo rempli d’endives coupées en morceaux. Je mange rapidement et je me fais du café et en même temps que je prends le café, j’ai dans la poche la moitié d’un calmant que je prends (je n’ai jamais pris de calmants de ma vie et n’en ai jamais rêvé) comme si mon état plus le café ça faisait trop d’excitation. J’ai quand même peur de mal doser la chose et d’être assommée. Les infirmières arrivent, elles sont contentes que l’on m’ait choisie car je suis jeune et d’allure alerte. Je commence un tour avec une infirmière, je l’aide à préparer des médicaments, beaucoup de médicaments pour dormir sur la liste. (N°12)

J6. Rêve de forêt, je rechigne à noter mon rêve et à m’en rappeler, me lève à la dernière minute. Je trouve ça trop contraignant. (N°12)

J13. Je fais un stage de décodage, à la pause on se réunit dans ma chambre. J’ai 2 lits que je bouche en vitesse pour qu’on s’en serve de canapé. Quelqu’un dit qu’il faut aérer la pièce après et se propose de le faire. (N°12)

-------------------------------------------------------------------------



physique :
Maladies du lièvre (Documentation 9):
EBHS virus hémorragique entraînant une nécrose hépatique (proche du VHD du lapin),
tularémie maladie bactérienne protéiforme: fièvre, adénopathies, ulcères cutanés, signes respiratoires ou oculaires http://www.maladies-a-tiques.com/Tularemie.htm
coccidiose chez les jeunes en automne (parasitose, diarrhée)
strongylose (parasitose pulmonaire, bronchopneumonie)
pseudotuberculose (Yersinia, septicémie : l’animal meurt en quelques jours, ou forme subaiguë: amaigrissement, poil terne, oedème des paupières et mâchoires, mort en quelques semaines)

Signes généraux :
Aliments et boissons :
Chocolat :
J10 à 21h. Envie le soir après le dîner, en regardant la télévision, de manger une grosse boîte de bonbons au chocolat, effet pas terrible sur l’estomac par la suite… Réveil à 2H du matin avec une langue complètement rôtie par la sécheresse! (N°3)
Brièveté des symptômes

Chaleur :
J1 à J3. Le soir chaleur intense au coucher ou dans la nuit à plusieurs reprises. J4 Le soir même difficulté à dormir chaleur à ce moment de manière courte et violente qui envahit tout le corps comme une flamme. J6: encore chaleur en me couchant, très rapide (N°4)

Engourdissement :
J2 10h30 pendant ¼ d’h ou ½ h., sensation d’oppression thoracique en avant du thorax, nécessitant un effort pour inspirer (ce qui m’a fait prendre conscience de quelque chose de bizarre), pas de gêne à l’expiration, accompagnée d’un léger engourdissement du corps, plus difficile à mobiliser dans les déplacements (lever/assis/quelques pas) (N°7)

Étirement :
J2 à 7h30 au réveil. Au réveil, douleur de la ceinture scapulaire et envie d’étirer mes membres et mon corps vers l’arrière. (N°3). En fin de la séance de trituration, l'expérimentatrice N°4 avait également ressenti le besoin de s’étirer vers l’arrière, les deux mains sur la nuque,

Fatigue :
J2 à 16h30. Coup de barre. À 19h30 la forme revient. (N°3)

J7. 15h. Depuis la prise du remède baisse de dynamisme, tristesse, tête vide, paresse. (N°10)

J10. (
Au 10ème jour d’un rhume). 8h. Je décide de faire en bus le trajet habituel de 40 Km, je ne me sens pas capable de conduire. (N°10)

Tonus (Force musculaire, vigueur) :
J1 à 20h. Au niveau du corps sensation de tonicité comme si j’étais plus contractée que d’habitude ou plutôt plus tonique. (N°12) (À rapprocher du rêve de bébé vigoureux)

Tremblements :
J1. Remède pris à 10h30. Une heure après, ça tremble, ça bouge, en partant du milieu du corps. Tremblement des membres supérieurs, même en écrivant. Sensation: Tout le corps tremble un peu pendant toute la journée. J2: Dans la journée tremblements au milieu du corps et dans les jambes. J3: Installation organisation du séjour au ski avec tremblements et vertige dès que je ne bouge plus. J5: ne reste au milieu du corps qu'un petit tremblement. J6: j'ai le vertige, mais une fois sur les skis ça va, rien ne tremble plus à l'intérieur (N°4)

Tête :
J2 8h21-9h. Une sensation de gêne au vertex, comme au lendemain d’un effort cérébral soutenu (N°3)

J8 à 7h30 pendant 3h. Céphalée plus à droite par manque de sommeil avec douleur du maxillaire droit, aggravé par les mouvements de la tête et du corps. (N°3)

J2. La tête est tirée en arrière depuis le dessus des orbites (N°4)

J3. Mal de tête qui part du dessus des orbites et remonte en suivant tout le derrière du crâne comme un casque (N°4)

J5. Démarrage avec la tête prise mais ça passe un peu dans la journée pour revenir le soir. J7: très en forme même si ma tête est prise la journée se passe bien sans manifestation particulière. J9: Ma tête est très prise au matin (N°4)

J7. Au moment de m’endormir, à 1h du matin, désagréable sensation temporale droite, comme s’il y avait un mouvement de reptation dans une veine. (N°8)

J10.
Mes cheveux graissent plus facilement. (N°12)

Face : (Voir les sensations particulières décrites dans les signes évocateurs du lièvre)

J4 19h pendant 2h. douleur angle mandibulaire gauche (N°3)

J8 à 7h30 pendant 3h. Céphalée plus à droite par manque de sommeil avec douleur du maxillaire droit, aggravé par les mouvements de la tête et du corps. (N°3)

J16 à 20h30 jusqu’au coucher. Douleur articulation temporo-maxillaire gauche (N°3)

J3 à 1h15 du matin. Douleur derrière l’arcade sourcilière gauche, à type de lancements, dans un contexte de colère. (N°8)

J10. Je me trouve un air fatigué et très sévère, presque en colère, objectivé par la photo pour la carte d’identité où j’avais l’impression d’avoir été inexpressive, comme cela est exigé. (N°8)

J5.
11 et 17h. Quelques brèves clonies de la lèvre inf. gauche, en voiture (N°10)

J2 à 10h45. Picotements à gauche de la lèvre supérieure. (N°12)

J10. Je remarque que j’ai la peau plus nette. (N°12)

Yeux, vision:
J1. 8h30. Les couleurs des fleurs sont plus vives. (N°3)

J1. Les yeux sont comme écarquillés. (N°4)

J2. Sensation d'avoir les yeux très grands ouverts. (N°4)

J2 à J4 : Comme si je voyais très nettement. Couleurs plus intenses, plus saturées. Sensation que la lumière est plus intense et le contraste plus important. J5 à J7: les formes de tout sont toujours aussi distinctes (N°4)

2 jours après avoir manipulé les granules à donner aux expérimentateurs. Ecchymose lie-de-vin, violacée, de toute la partie interne de la paupière supérieure de l’œil gauche, indolore. Je pense que j’ai dû me frotter l’œil car prurit de l'angle interne. Si ce prurit est relativement fréquent, le fait de me frotter les yeux ne me fait pas d’ecchymose habituellement. Cet "œil au beurre noir" a guéri très rapidement: plus rien de visible cinq jours plus tard. (Coordinatrice)
Oreilles, audition:
J2 8h40 pendant 15’’. Après un reniflement, clapet de l’oreille droite qui se bouche et se débouche (N°3)

J13 à 17h pendant 2 jours. Début d’un furoncle douloureux du conduit auditif externe droit qui s’est estompé tout seul au bout de 2 jours, j’avais du mal à dormir la tête appuyée sur le côté droit. (N°3)

J1. 10h45 pendant 45’. Après la 1ère prise, je suis sortie pour chercher à pied mon courrier à la boîte postale (5 Km de marche) et j'ai ressenti comme encore plus pénible que d'habitude le bruit des voitures et camions circulant à mes côtés. L'acuité auditive au bruit des moteurs me semblait nettement augmentée. (N°4)
Nez :
Coryza : (mais épidémie)
J20 : fatigue due au rhume et à l’extinction de voix. (N°1)

J5. À noter un rhume qui ne se décide pas à sortir depuis 4 jours, quelques écoulements clairs et des picotements accompagné de froid. J10: 10°jour de rhume avec picotement dans le nez, irrité dedans, les défenses ont sans doute baissé. (N°10)

J16: J’éternue ce matin plus toux et légère rhinite. J17: Je tousse toujours et j’éternue avec le nez qui coule un peu. J18: Je suis toujours enrhumée avec nez qui coule un peu et bouché, éternuements par moments, écoulement postérieur avec toux par quintes, majorée par des fausses route en mangeant. Un peu de fièvre le soir. (N°12)
Écoulement :
Disparu :
J35. Ce n’est qu’avec du recul que je remarque que ma rhinorrhée (avant l’expérimentation : rhume persistant avec mouchage liquide jaune + sang, depuis un mois avec légère sinusite maxillaire bilatérale) est arrêtée depuis un mois environ (peut être lié à plus de clarté dans mes choix?) (N°3)
Odeurs :
-Odeurs imaginaires ou dénaturées :
2 jours après la trituration du poil de hase. Fugacement, en faisant le Qi-Gong du matin, j’ai eu une odeur de charogne dans le nez. Brève peur, puis je me suis souvenu que j’ai dû retirer hier un tampon périodique oublié en place par une patiente. C’est le geste le plus répugnant de mon métier. (Coordinatrice)

J2 à 9h30 : Ce matin mes selles sentaient le café. Idem J3 (N°1)

J8. Au petit-déjeuner mon café avait une odeur d’excrément, pas à midi alors que c’était le même. (N°8)

J3. Ce matin, l’odeur du parfum de ma femme dans la salle de bain m’a indisposé, comme s’il était périmé, ranci, comme s’il avait très mal "viré" dans le volume confiné de la salle de bain, alors que d’habitude j’adore ce parfum à base de vanille. (N°2)

J4. En fin d’après-midi, installé sur le lit dans notre chambre pour lire, j’ai été de nouveau dérangé par l’odeur du "parfum" de ma femme qui se dégageait de la salle de bain (sachant qu’elle n’en avait pas mis sur elle ce samedi) jusqu’à fermer la porte de celle-ci. (N°2)

J5. Au cours du repas de dimanche midi, chez les beaux-parents, je me suis surpris à sentir la serviette en papier décorée, elle avait, selon moi, une odeur de tabac à pipe blond, avec une agréable odeur de pain d’épice. Ma fille l’a sentie et d’après elle plutôt une odeur de bougie qui a brûlé. (N°2)

J2 12h30. Haleine à l’odeur d’orange d’un patient (alors qu’il m’a dit n’en avoir pas mangé) (N°3)

J4, J5, J6: pendant un congrès, je trouve à plusieurs de mes consoeurs une mauvaise haleine ou une mauvaise odeur corporelle. J9: Toujours l’impression de sentir plus intensément les mauvaises odeurs "digestives" environnantes (haleines, excréments), ou de les inventer (odeur du doigtier de la dentiste). Ce ne sont pas des odeurs émises par moi. J10: Je trouve toujours mauvaise haleine à la plupart des personnes qui me parlent. J16. Toujours sensible à l’odeur de l’haleine des gens. (N°8)

- Sensibilité aux odeurs, hyperosmie:
J7. Après une journée passée à Bonascre, sur le chemin du retour, j’ai senti une forte odeur de "grillé", et en conduisant j’ai demandé aux filles si elles sentaient cette odeur, je pensais même qu’elle pouvait venir de l’extérieur de la voiture. En fait une de mes filles mangeait des chips d’un petit paquet. J’ai apparemment été le seul à ressentir aussi fort l’odeur de la "chip grillée". (N°2)

J7. Les odeurs d’excréments, d’ordures et d’égouts m’ont particulièrement gênée. (N°8)

J6. Au retour d’une absence de 2 jours, je trouve repoussante l’odeur de la litière d’un de mes oiseaux, ce qui est réellement le cas, mais cette odeur est sentie à distance, de façon fugace, le lendemain depuis ma chambre située un étage plus haut et malgré les portes fermées. (N°8)

Dents :
J35 au réveil, pendant 2 jours. (signe antérieur modifié: avait une douleur dentaire à droite qu’elle attribuait à une sinusite maxillaire) Douleur de la mandibule droite, surtout au niveau de l’articulation temporo-maxillaire, l’ouverture totale de la bouche est douloureuse. Le lendemain je constate l’origine du mal: un abcès d’une poche de rétraction de la 2ème molaire… (auparavant la douleur des abcès était plus circonscrite). (N°3)

J10. Douleur molaires, maxillaire supérieur, surtout à droite. (N°9)

Bouche :
J1 à 14h et tout le reste de la journée. Sensation d’hypertrophie de la muqueuse buccale (lèvres et joues) avec salive gluante qui fait du bruit à la déglutition, langue propre mais fines traînées blanchâtres en arrière de la langue avec soif d’eau. Il y a un fourmillement autour de la bouche et la sensation comme quelque chose qui veut aller vers l'avant dans la bouche. (N°7)

J2 10h30 et toute la journée. Apparition dans la demi-heure suivant de la même sensation locale au niveau de la muqueuse buccale, surtout à l’intérieur des lèvres, comme si elles étaient augmentées de volume, un peu collantes. (N°7)

2 jours après avoir manipulé les granules à donner aux expérimentateurs. J’ai saigné de la bouche qui est pleine de sang noir coagulé. Je le constate sans émotion. (Coordinatrice)

Goût:
J1à 11h15. Goût un peu douçâtre en fin de fonte des granules. À 17h: Toujours ce goût à la fin de la prise ou plutôt un léger écoeurement qui ne vient pas de l’estomac mais de la bouche. Un peu de dégoût, je me demande ce qu’est le médicament, quelque chose qui me dégoûte? (N°12)

Langue:
J10 à 21h. Envie le soir après le dîner, en regardant la télévision, de manger une grosse boîte de bonbons au chocolat (le désir de chocolat noir est antérieur à l’expérimentation, mais la notion d’abus pas mentionnée), effet pas terrible sur l’estomac par la suite… Réveil à 2H du matin avec une langue complètement rôtie par la sécheresse ! (N°3)

J10. Ce soir, j’ai la langue blanc sale, avec empreinte des dents, alors que je mange et bois très raisonnablement. (N°8)

Gorge, larynx, trachée :
J20 : fatigue due au rhume et à l’extinction de voix. (N°1)

Le lendemain de la trituration. 15H30. Je chante d'une
voix étonnement puissante et juste (envie de chanter avec plaisir de l'accomplir) (N°3)
J.Y. Rousseau note comme caractéristique la "voix perçante" des lièvres. (documentation 4)

J15. Début de pharyngite avec grattement de gorge et toux, impression d’être un peu fébrile. (N°12)

J16: fausses route en mangeant. (en cours de coryza). (N°12)

Estomac :
Douleur constrictive :
J1 à 17h, pendant 2h. Sensation de tension-striction musculaire entre nombril et ombilic (?) puis en dessous de l'ombilic. À 23h pendant 1h: vidange gastrique accélérée avec bruit de glouglou, pas désagréable, sensation de détente (au lit) puis de nouveau sensation de striction des muscles autour de l'estomac. (N°10)
Appétit :
J2 12h45. Bon appétit. (N°3)

J2. Pas faim du tout. J3 : pas envie de manger comme déjà rassasiée. J6: j'ai peu faim par rapport à l'effort physique (au ski) très vite rassasiée (N°4)
Soif :
J1 à 14h et tout le reste de la journée. salive gluante qui fait du bruit à la déglutition, langue propre mais fines traînées blanchâtres en arrière de la langue avec soif d’eau (N°7)

Abdomen :
Le lendemain de la trituration. 20H. Colite gauche douloureuse m'obligeant à m'arrêter de marcher pour me plier en deux de douleur. Ballonnée. (N°3)

J2 après les triturations en 3CH du groupe. Dans la nuit, entre deux rêves, et au réveil: peur dans le ventre.

Rectum / Selles :
J2 à 9h30 : Ce matin mes selles sentaient le café. Idem J3 (N°1)

J10.
Toujours augmentation des gaz intestinaux avec légère odeur de légumes cuits. (N°10)

J6 à15h et le reste de la journée. Douleur comme une contusion du sphincter anal, aggravée assise (N°3)

J7 pendant 10h. La douleur du sphincter était en fait une grosse papule au niveau de la marge anale, douloureuse, et qui a régressé dans la journée. (N°3)

J2 14h. Selles moulées
collantes, adhérant à la peau et difficile à nettoyer. La salive étant collante aussi, elle s’est dit "j’ai de la glue partout". (N°7)

J7. Émission de selles plus ou moins liquides, nauséabondes ce matin et durant la journée, redevenue normale le soir. (N°7)

J3. Constipation importante. (N°9)

J11. Diarrhée très importante (suite à une "cure" d'oranges en Espagne). À J14: malgré le régime, peu d'amélioration. L'anus très inflammatoire donnant des faux besoins. (N°9)

J29. .Une crise de gaz intestinaux d'odeur âcre comme jamais, obligé de m'éloigner. Ça ne s'est pas reproduit. (N°10)
Appareil urinaire:
-Vessie :
J6 10h. Perte d’une goutte d’urine en faisant un petit vent (symptôme survenant aussi les autres jours; alors que cette petite insécurité ne survenait que pendant des toux tenaces auparavant de l’expérimentation) (N°3)
Génital masculin :
J3. En fin de nuit. Réveil avec érection matinale bizarrement dure et non douloureuse. J5 à 6h: toujours une érection bizarre et non douloureuse à cette heure-là. (N°10)
Thorax / Respiration / Toux :

J2 8h20. Petite sorte de frisson allant du thorax à la tête (N°3)

J4 18h pendant 3 minutes. Léger élancement sein droit (N°3)

J2 10h30 pendant ¼ d’h ou ½ h., sensation d’oppression thoracique en avant du thorax, nécessitant un effort pour inspirer (ce qui m’a fait prendre conscience de quelque chose de bizarre), pas de gêne à l’expiration, accompagnée d’un léger engourdissement du corps, plus difficile à mobiliser dans les déplacements (lever/assis/quelques pas) (N°7)

J19. 20H. Assis avant le repas, douleurs piquantes dans les côtes à droite, aggravées par le mouvement mais recherche d'une position. (N°10)

J9. A 20h.
Deux courtes salves d'extrasystoles à 2 battements. (N°10)

J16: J’éternue ce matin plus toux et légère rhinite. J17: Je tousse toujours et j’éternue avec le nez qui coule un peu. J18: Je suis toujours enrhumée avec nez qui coule un peu et bouché, éternuements par moments, écoulement postérieur avec toux par quintes, majorée par des fausses route en mangeant. Un peu de fièvre le soir. (N°12)

Cou / Dos :
J2: Depuis plusieurs jours j’avais un peu mal en bas du dos en me levant le matin et cela pouvait persister dans la journée (le matelas est à changer) mais aujourd’hui dès le matin plus aucune douleur. (signe guéri) (N°1)

J8. Je me suis réveillée avec une contracture cervicale (N°7)

J37. Dans l'après-midi, depuis quelques jours, sensation comme une petite araignée qui bouge sur ou sous la peau quand je m'appuie au niveau de l'omoplate gauche. (N°10)
Extrémités :
J1. Retour d'un symptôme connu: sensation de membres inférieurs coupés, au niveau de la cuisse, comme si le quadriceps ne tenait pas bien. (N°4)

J2 à 7h30 au réveil. Au réveil, douleur de la ceinture scapulaire et envie d’étirer mes membres et mon corps vers l’arrière. (N°3).
En fin de la séance de trituration, l'expérimentatrice N°4 avait également ressenti le besoin de s’étirer vers l’arrière, les deux mains sur la nuque.

J2 à 8h30 Au lever, muscles des mollets tendus et envie de faire craquer les articulations. Muscles mâchés comme après le lendemain d’une grande randonnée. (N°3)
Crampes, tension musculaire, contractures :
Le jour des triturations en 3CH du groupe. Pas de crampe la nuit alors que j’ai mangé des laitages, que j’y suis allergique et que j’ai toujours de crampes dans ce cas. (Coordinatrice)

J35 à minuit. Réveil avec crampes du dessus du pied. Très douloureux, aggravé par le toucher et un peu calmé par la flexion. (N°3)

J1 à 20h. Au niveau du corps sensation de tonicité comme si j’étais plus contractée que d’habitude ou plutôt plus tonique. (N°12)

Douleur:
J3 à 11h45. Légère sciatalgie droite plutôt haute qui dure toute la soirée. Disparue le lendemain (N°12)

Engourdissement :
3 jours après la trituration. Engourdissement rapide de mes membres dès que je ne prends pas une bonne position (pour m'asseoir) cela dure 3 jours. (N°3)

J2 10h30 pendant ¼ d’h ou ½ h. Léger engourdissement du corps, plus difficile à mobiliser dans les déplacements (lever/assis/quelques pas) (N°7)
Froid :
J3 après les triturations en 3CH du groupe. Au coucher, à minuit, j’ai le pied gauche terriblement froid. (Coordinatrice)
Impatiences :
J6. Réveil à 4H et impatience des jambes. (N°9)
Prurit :
J2 après les triturations en 3CH du groupe. Avant de m’endormir, prurit soudain et violent de la base renflée du pouce droit. Je me gratte férocement. (Coordinatrice)

Tremblements :
J1. Remède pris à 10h30. Une heure après, ça tremble, ça bouge, en partant du milieu du corps. Tremblement des membres supérieurs, même en écrivant. J2: Dans la journée tremblements au milieu du corps et dans les jambes (N°4)

Vibrations :
7h après la prise: Au moment de m’endormir, fines vibrations dans la cuisse gauche à plusieurs reprises. Idem à J2, au lit avant de dormir, dans la cuisse et la jambe gauches. (N°8)

Sommeil :
Assoupissement :
J5 à 18H (coucher du soleil à 18H28) Très forte envie de dormir, je me suis endormie les bras croisés sur la table, je suis donc allée m’allonger et j’ai dormi environ 1heure (N°1)

J9 à 15h pendant 2h. J’ai dormi l’après-midi pour récupérer le manque de sommeil. En forme le soir pour écouter une conférence. (N°3)

Bâillements :
J1. 18h30 (coucher de soleil à 18h23). Bâillements incontrôlables et répétitifs à 18h30 pendant 20 minutes, puis plus espacés (environ jusqu'à 20H). (N°2)

Insomnie :
J4. 21h30. Suite aux échanges téléphoniques sur l'expérimentation je n'ai pas sommeil Je me plonge dans mes cours de japonais pendant 3/4 d'h. C'est un monde bizarre et fascinant. Puis je joue avec le chat. C'est comme si j'avais pris un café. (N°10)
Profond :
J2. J'ai dormi comme une masse, j'étais ratatinée au réveil. (N°4)
Somnolence :
J1 à 18H05, pendant 20’ (coucher du soleil à 18H23): Une grande et forte envie de dormir. J’ai déjà eu quelques fois cette sensation mais uniquement après avoir très peu dormi la nuit d’avant ce qui n’était pas le cas aujourd’hui. Cette sensation m’a dérangée, mais ce n’était pas vraiment désagréable car elle ne s’accompagnait pas de fatigue mais plutôt d’un certain état de relaxation. Même sensation à 19h30 pendant 15’ puis à 21h pendant 5’ (N°1)

J6. Aucun signe particulier aujourd’hui, un peu de somnolence mais rien de bien important (N°1)

J8. 16H pendant 15mn. Envie très forte à nouveau de dormir. (N°1)

J10. 19H pendant 15mn. Envie très prononcée de dormir. (N°1)

J12. 19H pendant 10mn. Envie légèrement prononcée de dormir. (N°1)

J18. 15H30 et tout le reste de la journée. Grande envie de dormir (je suis allée voir ma fille qui avait une compétition dans une piscine surchauffée) mais cette envie de dormir était vraiment tenace et a duré jusqu’à ce que je me couche. (N°1)

J2. Vers 18h 30
(coucher de soleil à 18h24), j’ai eu envie d’aller faire un petit somme, Je n’ai pas vraiment dormi, mais plutôt somnolé, jusqu'à environ 19h40. (N°2)

Réveil trop tôt, ou dans la nuit :
J3 6h30. Me suis réveillée plus tôt (j’ai parlé hier soir à mon compagnon de mon désir d’avoir un enfant dans notre couple, mais il reste sourd…) est-ce pour cela que je me suis réveillée plus tôt ? (N°3)

J7. 0 à 02h. Réveil trop exténué pour pouvoir me lever écrire quelques images de mes rêves. (N°10)

J10. 6h30. Comme hier je me lève tôt sans enthousiasme. (N°10)

-------------------------------------------------------------------------
COMMENTAIRES:


Que penser des
différences mâle/femelle, que cette étude en parallèle essayait de mettre en évidence?

Essentiellement que, s’il y a une même sensibilité aux même problématiques: par exemple une mauvaise tolérance aux tâches méthodiques, elle n’entraîne pas d’acte d’opposition chez les expérimentateurs "Lièvre" qui s’y soumettent avec application (voir la trituration) alors que les "Hases" réagissent par l’évitement et la rétivité.

Lièvre:
L'expérimentatrice N°1 a bien éprouvé que les tâches méthodiques étaient énervantes et fastidieuses mais a exprimé, lors de la réunion de synthèse, avoir ressenti une notion d'ordre des choses: "comme si j'avais à entrer dans un ordre établi, avec une mission, notion éthique, sauver un enfant, analyser tous les discours".

N°2, lors de la réunion de synthèse, s'est souvenu que, dans le rêve où il restait bien calme dans une circulation embouteillée, il y avait un couloir pour chaque type de personnes, il ne fallait pas changer de couloir.


Hase:
Il est remarquable de voir à quel point il s'agit d'animaux peu "soumis", même au moment du rut:"Les joutes opposant un mâle à une hase récalcitrante paraissent moins violentes que celles entre bouquins. Ce ne sont que démarrages, poursuites, crochets, esquives, corps à corps fougueux où s'emmêlent bras et poitrine. Éconduit mais têtu, après des heures de pressions endiablées, le bouquin arrive souvent à ses fins; soumise et essoufflée, la hase accepte enfin la saillie." (Documentation 13)

Cette
insoumission s'est donc exprimée au cours de l'expérimentation;
- La plupart des "femelles" ont ignoré les consignes de prise du remède, pourtant expliquées lors de la 1
ère réunion et remises sous forme d'un texte écrit: en particulier, les expérimentatrices N°12 et 9 ont répété la prise plusieurs jours de suite malgré l'apparition manifeste de signes tout à fait inhabituels.
- La N°5, passé le 2ème jour, transmettait son journal avec seulement la mention "rien à signaler, pas de rêves". Il a fallu attendre la réunion de synthèse pour qu'elle raconte un rêve fort intéressant sur le thème de l'habitat. N°4 a également donné un rêve ce jour-la, non mentionné dans le compte-rendu de la totalité de son observation, qu'elle avait transmis en une seule fois et non au jour le jour.
- La coordinatrice a d'ailleurs eu, en général, toutes les peines du monde à obtenir les comptes-rendus journaliers, malgré des relances courtoises puis quelque chose qui ressemblait à des récriminations…

N°4 a bien résumé le problème, lors de la synthèse, en expliquant son agacement profond, pendant 2 jours, "par rapport à l'attitude d'une de mes amies que je supporte bien habituellement: elle était dans un truc de sacrifice familial, au groupe, exaspérant."
Et N°12: " Je me sens à nouveau en résistance avec cette énergie qui voudrait m’emmener là ou je n’ai pas envie d’aller. Je me sens fatiguée et énervée comme il y a longtemps que je n’ai pas été. Je crois que je comprends que c’est cet enracinement permanent qui m’énerve, je ne sais pas être là tout le temps sans m’échapper de temps en temps et là je ne peux pas, je supporte difficilement cette contrainte. Je ne me sens pas moi-même et je résiste."


RÉPERTORISATION Lepus europaeus:

LEPUS europaeus (fur): Lepu-e
LEPUS europaeus (female) Lepu-ef
LEPUS europaeus (male) Lepu-em

En bleu -ou gris clair pour le polycopié- : les néorubriques

Il est nécessaire de créer le moins possible de nouvelles rubriques, les répertoires informatiques sont encombrés de signes identiques sous des appellations différentes rendant ceux-ci hypertrophiés et difficiles à consulter.
Pour cette répertorisation de l’expérimentation, si malgré un effort important d’intégration des signes dans des appellations déjà existantes vous constatez que certaines néorubriques pourraient également l’être, merci de prévenir la coordinatrice : mic.sar@wanadoo.fr

Il est vraisemblable que certains des signes décrits uniquement par les expérimentateurs d’un genre auraient pu être éprouvé par des personnes ayant expérimenté l’autre genre, si ce travail avait comporté un plus grand nombre de personnes. Ce sera l’étude de cas guéris qui permettra de mieux préciser les signes spécifiques des mâles et des femelles. Cependant, dans le paragraphe intitulé « 
COMMENTAIRES » il est indiqué une différence de comportement qui nous a paru spécifique.

SIGNES décrits dans les deux genres ou lorsque la distinction était impossible (signes des superviseurs lors des triturations)

PSYCHISME - COLÈRE
PSYCHISME - CONVERSATION  à deux ; désir de

PSYCHISME – DÉTACHÉ

2e degré PSYCHISME - EFFICACE, organisé

PSYCHISME - GAI, joyeux; caractère

PSYCHISME - GAI, joyeux; caractère - faiblesse; avec


PSYCHISME - GASPILLAGE, prodigalité
2e degré PSYCHISME - IRRITABILITÉ
PSYCHISME - PEUR

2e degré PSYCHISME - SENSIBLE - odeurs; aux
2e degré
PSYCHISME – TRANQUILLITÉ
AISANCE - tâches quotidiennes ; pour les
PSYCHISME - MÉMOIRE - faiblesse de mémoire

PSYCHISME - REPOSER; se - désir de repos


PSYCHISME - TRANQUILLITÉ

PSYCHISME - TRISTESSE

2e degré RÊVES - ACCIDENTS; d'
2e degré
RÊVES - ALIMENTS d’

2e degré
RÊVES - ALIMENTS ;
salades

RÊVES - ALIMENTS ;
sales
2e degré
RÊVES - MANGER; de
2e degré RÊVES - BANQUET

RÊVES - ANIMAUX; d'

RÊVES - ANIMAUX : INSECTES; d’
RÊVES - ANIMAUX : RATS; de

2e degré RÊVES - ARGENT; d'
RÊVES - MEUBLES ; chaises
RÊVES - CHOSES de; laides
2e degré RÊVES - COLÈRE

RÊVES - COLÈRE ;
nourriture ; au sujet de
3e degré RÊVES - COULEURS; en - vives
2e degré RÊVES - DANGER

RÊVES - DANSER; de
RÊVES - DÉSORDRE, ENCOMBREMENT, de
2e degré
RÊVES - EAU

RÊVES - EAU - danger - dans l'eau; de danger
3e degré RÊVES - ENFANTS; d' - soin d'enfants; de prendre
2e degré RÊVES - ENFANTS; d' - âgés; paraissant plus

RÊVES - EXASPÉRATION; d'
RÊVES - FAMILLE; de sa propre
3e degré RÊVES - MÈRE

RÊVES - FUIR; de

RÊVES - ÉCHAPPER; de s’
3e degré
RÊVES - GENS - foules de gens

RÊVES - HUMILIATION

RÊVES - JEUNESSE, JUVÉNILITÉ
3e degré RÊVES - MAISON

RÊVES - MAISON –
bizarre, biscornue

RÊVES - MAISON - construction; maisons en
(inachevée)

RÊVES - MAISON - pièces; avec de nombreuses

3e degré RÊVES - MANGER; de

RÊVES - MORT; de la - prochaine; d'une mort

RÊVES - NEIGE

RÊVES - NOYADE

RÊVES - NOYADE - danger de noyade
RÊVES - NUDITÉ

RÊVES - NUS; gens


RÊVES - ORDINATEURS

RÊVES - ORDINATEURS - cassés

RÊVES - PERDRE; de - choses; des
3e degré RÊVES - PERDU; d'être

RÊVES - PERDU; d'être - ville; dans une

3e degré RÊVES - ÉGARER; de s'

RÊVES - POISON


RÊVES - RELIGIEUX
2e degré RÊVES - RÉPRIMANDÉ; d'être
3e degré RÊVES - RÉPRIMANDE, REPROCHES
2e degré RÊVES - SALETÉ

RÊVES - TRANQUILLES

RÊVES - TRANQUILLES - danger; dans le
RÊVES - TRANSPORTS
RÊVES - TRANSPORTS ; titres de transport
2e degré RÊVES - TRAVAIL ; fastidieux

RÊVES - VOLER, dérober; de ;
d’escroquerie


TÊTE - DOULEUR - Front - Sinus frontaux

OEIL - ECCHYMOSE – Paupières
NEZ - CORYZA

NEZ - ODEURS, réelles et imaginaires


NEZ - ODORAT - acuité accrue, hyperosmie, hypersensibilité ;
aux odeurs corporelles

NEZ - ODORAT - acuité accrue, hyperosmie, hypersensibilité 
; haleine ; à l’odeur de


ABDOMEN - ANXIÉTÉ dans l'abdomen - nuit

ABDOMEN - ANXIÉTÉ dans l'abdomen - levant; en se


EXTRÉMITÉS - DÉMANGEAISONS, prurit - Pouces - Éminences charnues

EXTRÉMITÉS - FROIDEUR - Pieds - unilatéralement

EXTRÉMITÉS - FROIDEUR - Pieds - gauche; pied


EXTRÉMITÉS – MALADRESSE - mains

SOMMEIL - SOMNOLENCE - après-midi


GÉNÉRAUX – VIGUEUR


GÉNÉRAUX - LASSITUDE, fatigue



SIGNES décrits par les expérimentateurs de « MÂLE » :


PSYCHISME - CLAIRVOYANCE
PSYCHISME - ÉMOTIONS - fortes; trop

PSYCHISME - PARESSE


PSYCHISME - PEUR - réveillant; en se - rêve; d'un

PSYCHISME - SENSIBLE -
apparence physique, à l’

PSYCHISME - PARESSE

VERTIGE - TOMBER; tendance à - avant; vers l'
VERTIGE - FERMER les yeux - agg.

RÊVES - AGRANDISSENT; gens qui
2e degré RÊVES - ALIMENTS - insuffisante; nourriture
RÊVES - AMUSANTS

RÊVES - INSECTES

RÊVES - ANIMAUX; d' ; devenants humains

RÊVES - ARGENT; d' - fausse monnaie


RÊVES - BOMBES

RÊVES - CHOSES de; doubles


RÊVES - CIGARETTES


RÊVES - DANSER; de - tango; le


RÊVES - DENTS; de


RÊVES - ÉGLISES

RÊVES - INONDATION, crue
3e degré RÊVES - ENFANTS; d' - danger; en
3e degré
RÊVES - ENFANTS; d' - secours à des enfants; de porter

RÊVES - ENFANTS; d' - nouveau-nés


RÊVES - ENFANTS; d' -
indociles, désobéissants
RÊVES - ÉROTIQUES - pollutions; avec
RÊVES - FEMMES ;
grasses et belles, plantureuses
RÊVES - FUSILS; de

RÊVES - TIRER des coups de feu
RÊVES - GENS - peau sombre ; à la

RÊVES - HÉROS; d'être le

RÊVES - HOMMES - elle est un
RÊVES - LANGUE étrangère - parlant une langue étrangère; de gens

RÊVES - MAISON - verre; avec des murs de

RÊVES - MARIAGE (noces); de


RÊVES - MORT; de la - animaux domestiques morts; d'

RÊVES - NOYÉ; d'être
RÊVES - Ordures, immondices ;
décharge

RÊVES – PILLAGE

2e degré RÊVES - PROTÉGER; de

RÊVES - POURSUIVI; d'être

RÊVES - POURSUIVI; d'être - animaux; par des ;
chiens

RÊVES - PROPHÉTIQUES, prémonitoires


RÊVES - THÉÂTRE - au théatre; d'être


RÊVES - TUNNEL


RÊVES - VAGUES

RÊVES -
VENT

RÊVES - VOLER dans les airs; de




TÊTE - DOULEUR - Front - colère; après une

TÊTE - MOUVEMENTS dans la tête

TÊTE - REPTATION - Tempe

VISAGE – ALLONGEMENT ; sensation d’ ; bouche

VISAGE - EXPRESSION - dure

VISAGE - EXPRESSION – fatiguée

VISAGE - soubresauts - Lèvres - Inférieure; lèvre


NEZ - ODORAT - acuité accrue, hyperosmie, hypersensibilité

NEZ - chatouillements; petits - Intérieur du nez

NEZ - ODEURS, réelles et imaginaires - café; de

NEZ - ODEURS, réelles et imaginaires - café; de ;
excréments des

NEZ - ODEURS, réelles et imaginaires –
excréments d’; du café

NEZ - ODEURS, réelles et imaginaires - aliments; d'

NEZ - ODORAT - acuité accrue, hyperosmie, hypersensibilité

NEZ - ODORAT - acuité accrue, hyperosmie, hypersensibilité - désagréables; odeurs


BOUCHE - GONFLEMENT, tuméfaction - sensation de

BOUCHE - GONFLEMENT, tuméfaction - Joues; face interne des ; sensation de

BOUCHE - GONFLEMENT, tuméfaction - Lèvres - Interne; face - sensation de gonflement

BOUCHE - POUSSÉE; avant vers ; sensation de
BOUCHE - SALIVE - gluante

BOUCHE - COLORATION - Langue - sale

BOUCHE - COLORATION - Langue - sale - épais enduit sale



ESTOMAC - SOIF


ABDOMEN - TENSION - Ombilic - Région ombilicale

ABDOMEN - CONSTRICTION - Ombilic - Région ombilicale

ABDOMEN - CONSTRICTION - Hypogastre

ABDOMEN - GARGOUILLEMENT

ABDOMEN - GARGOUILLEMENT - nuit


RECTUM - GAZ – nauséabonds


SELLES - BOULES (scybales); en petites
SELLES - ODEUR ;
de café

SELLES - MOUTON; comme des crottes de

SELLES - TENACES

SELLES - FLUIDES, liquides

SELLES - RECTUM - GAZ - odeur;
de légumes
RECTUM - GAZ – (nauséabonds) odeur; d’ail
SELLES - ODEUR - nauséabonde


MASCULINE; SEXUALITÉ - ÉRECTIONS - réveil et après; au



LARYNX ET TRACHÉE - VOIX - enrouement - coryza – pendant


RESPIRATION - DYSPNÉE - inspiration



POITRINE (THORAX) - DOULEUR - Seins - piquante; douleur

POITRINE (THORAX) - OPPRESSION - inspiration - agg.

POITRINE (THORAX) - OPPRESSION


POITRINE (THORAX) - DOULEUR - Intercostale; région

POITRINE (THORAX) - DOULEUR - piquante; douleur

POITRINE (THORAX) - DOULEUR - mouvement - agg. - piquante; douleur

POITRINE (THORAX) - PALPITATIONS cardiaques - irrégulières



DOS - TENSION - Cervicale; région

DOS - TENSION - Cervicale; région - matin - réveillant; en se

DOS - FOURMILLEMENT - Dorsale; région - Omoplates

DOS - FOURMILLEMENT - Dorsale; région - Omoplates - gauche; omoplate



EXTRÉMITÉS - VIBRATION; sensation de - Cuisses



SOMMEIL - BÂILLEMENTS - soir - crépuscule; au
SOMMEIL - SOMNOLENCE - soir - crépuscule; au

SOMMEIL - INSOMNIE - colère; après une

SOMMEIL - INSOMNIE - vivacité; par excès de


GÉNÉRAUX - ENGOURDISSEMENT - Corps; tout le

GÉNÉRAUX - MUQUEUSES ; sécrétions - filantes, tenaces (collantes)


SIGNES décrits par les expérimentateurs de « FEMELLE » :

PSYCHISME - ACTIVITÉ ; désir d’ ; manuelle
3e degré PSYCHISME - AVERSION ; Tâches répétitives

PSYCHISME - CHANTER - amél. les troubles

PSYCHISME - COLÈRE - contrôlé; en étant

PSYCHISME - COLÈRE - autorité; contre l'

PSYCHISME - COMPAGNIE, société - aversion pour

PSYCHISME - CONCENTRATION - difficultés de
PSYCHISME – DÉPENSIER : voir « gaspillage d’argent »

3e degré PSYCHISME - DÉSOBÉISSANCE
3e degré
PSYCHISME - ENTRAVE; intolérance à la moindre

PSYCHISME - ÉROTISME (FLIRT)
3e degré
PSYCHISME - DEVOIR - aversion pour les obligations


PSYCHISME - IRRITABILITÉ ;
tâches répétitives, par les
3e degré
PSYCHISME - REBELLE

PSYCHISME - ILLUSIONS - temps - allongement du temps

PSYCHISME - ILLUSIONS - temps - accélération du temps

VERTIGE - réveillant; en
VERTIGE - DESCENDANT; en
VERTIGE - DESCENDANT; en - voiture; en
VERTIGE - MOUVEMENT - amél.

RÊVES - GENS de; devenant animaux
RÊVES - GENS ; moitié humaine et moitié animale ; avec une

RÊVES - CORRIDORS, couloirs

RÊVES - DANGER ; machines ; agricoles

RÊVES - DANSER; de - cercle; en
RÊVES - FORÊT

RÊVES - ÉCRASÉ; d'être - gens qui se font écraser; de

RÊVES - GUERRE


RÊVES - JAMBE

RÊVES - LABYRINTHE

RÊVES - MACHINE dangereuse

RÊVES - MAISON –
vue d’en haut, du dessus

RÊVES - MAISON - écroulement d'une maison
RÊVES - MALADIE

RÊVES - MONTAGNES

RÊVES - PIQUE-NIQUE

RÊVES - RÉPÉTITIFS
RÊVES - SALE - linge sale
RÊVES - TEMPS; de remonter le

RÊVES - TRAUMATISMES, blessures - machines; par des


RÊVES - TRÉSOR - trouver un trésor; de
RÊVES - VOYAGES


TÊTE - TIRÉE - arrière; en ;
sensation de
TÊTE - DOULEUR - sommeil - perte de sommeil; suite de


TÊTE - VERTEX; troubles du

TÊTE - DOULEUR - extension vers - Mâchoire - Supérieure

TÊTE - DOULEUR - Front - extension vers - Arrière; vers l' - Toute la tête; sur


TÊTE - DOULEUR - matin

TÊTE - CHEVEUX, pilosité - gras


VISAGE - JOUES; TIRÉES vers le haut ; sensation de

VISAGE - DOULEUR, prosopalgie - Mâchoires
VISAGE - DOULEUR, prosopalgie - Mâchoires - Articulations

VISAGE - FOURMILLEMENT - Lèvres

VISAGE - DOULEUR, prosopalgie - picotements; petits ;
lèvre supérieure ;

ŒIL – TIRÉS ; côtés sur les ; sensation d’

OEIL - PROTRUSION - sensation de
VUE - ACUITÉ accrue
VUE - BRILLANTE, lumineuse - couleurs semblent plus éclatantes; les

OEIL - OUVERTES; paupières - grand ouvertes 


OUÏE - ACUITÉ accrue - bruit; au
OREILLE - BOUCHÉES; sensation d'oreilles - soupape ou un clapet; comme par une

OREILLE - ÉRUPTIONS – furoncles


NEZ – ÉTERNUEMENTS
NEZ - ODEURS, réelles et imaginaires - cadavérique


BOUCHE - GOÛT - douceâtre

BOUCHE - GOÛT - nausée; écoeurant, donnant la

BOUCHE - SÉCHERESSE - Langue

DENTS - ABCÈS des racines

DENTS - DOULEUR - Molaires - Supérieures

DENTS - DOULEUR - Molaires



GORGE - GRATTEMENT dans la gorge - coryza; pendant le


ESTOMAC - APPÉTIT - augmenté

ESTOMAC - APPÉTIT - vite rassasié

ABDOMEN - DISTENSION, ballonnement

ABDOMEN - DOULEUR - courber; se - amél.

ABDOMEN - IRRITABILITÉ,
ressentie dans l’.


RECTUM - CONSTIPATION

RECTUM - DOULEUR - contuse; douleur

RECTUM - DOULEUR - assis - agg. - contuse; douleur

RECTUM - ÉRUPTIONS - Anus; autour de l' - boutons

RECTUM - INFLAMMATION

VESSIE - MICTION - involontaire - gaz; pendant l'émission de

LARYNX ET TRACHÉE - VOIX - puissante


TOUX - AVALER - agg. - fausse-route; suite de


EXTRÉMITÉS - AGITATION, impatiences - Jambes - nuit - lit - au lit - agg.

EXTRÉMITÉS – CRAMPES

EXTRÉMITÉS - CRAMPES - Pieds

EXTRÉMITÉS - CRAMPES - Pieds - Dos du pied


EXTRÉMITÉS - CRAQUEMENT des articulations

EXTRÉMITÉS - DOULEUR - Inférieurs; membres - Sciatique; nerf

EXTRÉMITÉS - DOULEUR - Inférieurs; membres - Sciatique; nerf - droit


EXTRÉMITÉS - DOULEUR - Inférieurs; membres – Muscles

EXTRÉMITÉS - ENGOURDISSEMENT

EXTRÉMITÉS - ENGOURDISSEMENT - assis, agg.


EXTRÉMITÉS - ÉTIRER les bras; désir d'

EXTRÉMITÉS - ÉTIREMENT des membres - désir de s'étirer

EXTRÉMITÉS - TENSION - Jambes - Mollets

EXTRÉMITÉS - TENSION - Jambes - Mollets - matin
EXTRÉMITÉS - TREMBLEMENT - Supérieurs; membres

EXTRÉMITÉS - TREMBLEMENT - Inférieurs; membres


SOMMEIL - PROFOND - non réparateur

SOMMEIL - RÉVEIL - tôt; trop

FRISSON - ASCENDANT, montant à la tête

FRISSON - DÉBUTANT au niveau de - Poitrine

GÉNÉRAUX - ALIMENTS et boissons - chocolat - désir

GÉNÉRAUX - ALIMENTS et boissons - chocolat - agg.

GÉNÉRAUX - CHALEUR - sensation de chaleur - nuit

GÉNÉRAUX - ÉTIREMENTS - arrière; vers l'

GÉNÉRAUX - FAIBLESSE -
l’après-midi

GÉNÉRAUX - FORCE; sensation de – Musculaire

GÉNÉRAUX - TREMBLEMENT - Intérieurement


GÉNÉRAUX - TREMBLEMENT - Intérieurement -
immobile



--------------------------------------
-----------------------------------
table des matières

La table des matières est vide car aucun style de paragraphe sélectionné dans l’inspecteur n’est utilisé dans le document.